CDURABLE
Cdurable
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Humain - Contribution Sociale > Réseau des acteurs du DD
Pubications I4CE - Institute for Climate Economics

Panorama des investissements climat en France

et Évaluation des besoins d’investissements des collectivités pour le climat

vendredi 14 octobre 2022
Posté par Cyrille Souche

Imprimer

l’I4CE - Institute for Climate Economics publie l’édition 2022 du Panorama des investissements climat en France et le résumé exécutif de l’Évaluation des besoins d’investissements des collectivités pour le climat. Les collectivités devraient plus que doubler leurs investissements climat pour atteindre les objectifs inscrits dans la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Avec la crise énergétique et le bouclier tarifaire, la France paie au prix fort une dépendance aux énergies fossiles entretenue par un manque chronique d’investissements dans la décarbonation de l’économie.



Édition 2022 du Panorama des financements climat

Panorama des investissements climat en France

Avec la crise énergétique et le bouclier tarifaire, la France paie au prix fort une dépendance aux énergies fossiles entretenue par un manque chronique d’investissements dans la décarbonation de l’économie. Cette édition du Panorama dresse un état des lieux détaillé de ces dépenses cruciales entreprises par les ménages, les entreprises et les pouvoirs publics, dans la rénovation des logements, les achats de véhicules électriques, les énergies renouvelables, ou encore les infrastructures du train, des transports en commun et du vélo. De façon encourageante, les investissements climat ont fortement progressé l’an dernier, portés, entre autres facteurs, par des réglementations favorables et par les soutiens publics du plan de relance. Mais leur sursaut reste fragile, et l’analyse de plusieurs scénarios de transition montre qu’il faut encore accroître les investissements climat pour garder le cap sur la neutralité carbone et réduire durablement la dépendance aux énergies fossiles.

Un sursaut encore fragile des investissements climat

Après avoir résisté à la crise sanitaire, les investissements climat des ménages, des entreprises et des administrations publiques augmentent fortement et atteignent 84 milliards d’euros en 2021, soit 18 milliards de plus qu’en 2020. Ils progressent dans la plupart des secteurs, notamment dans les véhicules électriques et hybrides, les énergies renouvelables, ou encore dans la rénovation énergétique des bâtiments. Ce sursaut s’explique par le décalage des projets retardés en 2020, mais aussi par la réglementation, surtout dans l’automobile, et par les soutiens publics accrus, notamment grâce au plan de relance.

Les investissements climat en France

Toutefois, le niveau atteint en 2021 reste fragile. Face à des matériaux plus chers, au manque de main d’œuvre et d’expertise, les ménages, les entreprises et les collectivités ont de plus en plus de mal à entreprendre et à financer leurs projets d’investissements climat. Et les prix exceptionnellement élevés des énergies les privent soudainement d’une partie de leurs capacités de financement.

Il faut encore investir davantage pour garder le cap sur les objectifs climat

Malgré leur croissance notable, les investissements climat restent insuffisants. À partir des scénarios « Transition(s) 2050 » de l’ADEME, nous avons estimé les investissements climat supplémentaires qu’il faudrait réaliser dans les bâtiments, les transports et la production d’énergie pour s’engager sur le chemin de la neutralité carbone. Ils se situent entre 13 milliards d’euros par an pour une transition frugale, et jusqu’à 30 milliards d’euros par an dans un scénario où les progrès techniques préservent les modes de vie. Des montants minimums, qui ne couvrent pas les besoins dans l’agriculture, l’industrie ou encore l’adaptation au changement climatique.

Les besoins d’investissement climat

Le gouvernement révise en ce moment sa stratégie climat et devra trancher parmi ces scénarios de transition. Mais quel que soit le scénario retenu, il impliquera d’investir plus dans les équipements et les infrastructures bas-carbone, notamment pour atteindre le nouvel objectif européen de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 1990. Et tandis que les financements du plan de relance se terminent à la fin de l’année, les pouvoirs publics doivent programmer des moyens dans la durée pour continuer à accompagner les ménages et les entreprises. C’est notamment l’enjeu des débats budgétaires de l’automne, puis de la loi de programmation énergie-climat (LPEC), prévue d’ici l’été 2023.

Les investissements fossiles décrochent, mais peuvent encore rebondir

Les investissements fossiles ont fortement diminué depuis la crise sanitaire, et s’élèvent à 62 milliards d’euros en 2021. Ce décrochage s’explique principalement par le recul des immatriculations des véhicules thermiques, provoqué par les difficultés d’approvisionnement en semi-conducteurs mais aussi par des réglementations plus exigeantes sur les émissions des véhicules. Pour atteindre les objectifs nationaux, les investissements fossiles doivent encore être divisés par deux d’ici 2030.

Les investissements fossiles en France

Cependant, les investissements fossiles peuvent encore rebondir. Si les difficultés d’approvisionnement finissent par se résoudre, davantage de véhicules thermiques pourraient être immatriculés. Et si la crise énergétique se prolonge, elle pourrait amener de nouveaux investissements dans l’importation de gaz ou dans les centrales thermiques. Pour éviter ce rebond et réduire durablement la dépendance aux énergies fossiles, il faut sans attendre accélérer les investissements climat.

Dans cette courte vidéo de deux minutes, Maxime Ledez d’I4CE vous résume ce qu’il faut retenir de l’édition 2022 du Panorama des financements climat, de l’évolution des investissements climat et fossiles ainsi que des besoins de la France pour atteindre la neutralité carbone :

 Télécharger l’Édition 2022 du Panorama des financements climat

Collectivités : les besoins d’investissements et d’ingénierie dans la neutralité carbone

Collectivités : les besoins d’investissements et d’ingénierie dans la neutralité carbone

Les collectivités territoriales ont un rôle majeur à jouer pour l’atteinte des objectifs de la neutralité carbone de la France à 2050, inscrits dans la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Du fait de leur patrimoine et de leurs compétences, les collectivités doivent porter de nombreux investissements climat, mettre en place des stratégies et plans d’actions, et déployer les actions d’animation des acteurs de leur territoire. Cette étude vise à estimer le cout de ces différentes actions climat pour les collectivités.

Au moins 12 Mds d’investissements climat devraient être réalisés par les collectivités chaque année soit presque 20 % de leur budget d’investissement

I4CE estime que les collectivités devraient réaliser au moins 12 milliards euros d’investissements chaque année de 2021 à 2030 pour atteindre les objectifs de la SNBC. Cela représente 18 % de leur budget d’investissement total actuel.

Ces besoins d’investissements climat des collectivités portent sur :

  • La mobilité (67 % des besoins), dont en particulier les aménagements cyclables (3, 3 Mds €/an) et le financement du ferroviaire et des transports en commun (3 Mds €/an)
  • La rénovation énergétique des bâtiments publics (2,7 Mds €/an)
  • L’efficacité énergétique de l’éclairage public et les réseaux de chaleur urbain (1,1 Mds €/an).
Besoins d’investissement des collectivités locales pour le climat

Les collectivités devraient plus que doubler leurs investissements climat

I4CE estime qu’environ 5,5 milliards d’investissements climat sont réalisés aujourd’hui par les collectivités. Ainsi les collectivités devraient chaque année, dès aujourd’hui et jusqu’en 2030, réaliser environ + 6,5 milliards d’euros d’investissements climat additionnels. Cela représente un effort budgétaire conséquent. Le besoin d’accélération des investissements est particulièrement for dans les aménagements cyclables (+2,3 Mds €/an) et dans la rénovation énergétique des bâtiments publics (+ 1,4 Mds €/an), mais aussi dans le ferroviaire et dans l’efficacité énergétique de l’éclairage public (+ 800 M €/an chacun).

Besoins d’investissement des collectivités locales pour le climat

Les collectivités représentent ainsi 30 % de l’effort d’investissements climat additionnel tous acteurs publics et privés confondus (+ 22 Mds €/an, voir le « Panorama des financements climat » (I4CE, 2022)), contre 10 % du besoin total : le déficit d’investissement est particulièrement important dans les secteurs où les collectivités jouent un rôle clé (vélo, ferroviaire…). Par ailleurs, l’effort budgétaire demandé aux collectivités pour l’atteinte des objectifs climat est particulièrement important entre 2021 et 2030 mais devrait diminuer ensuite si les investissements sont engagés dès aujourd’hui.

Quel que soit le scénario retenu pour la nouvelle SNBC, les investissements climat des collectivités devront fortement et rapidement augmenter

La Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC) va être révisée dans les prochains mois, notamment pour prendre en compte les nouveaux objectifs européens de réduction des émissions de GES de – 55 % d’ici 2030 (contre un objectif à 2030 de – 40 % lorsque la SNBC actuelle a été élaborée).

L’élaboration de la nouvelle SNBC est l’occasion de remettre en discussion les orientations prises pour atteindre la neutralité carbone à 2050, par exemple en termes de répartition de l’effort entre les différents secteurs ou d’ambition en termes de sobriété – c’est-à-dire de réduction de la demande en énergie. Selon le scénario retenu par la nouvelle SNBC l’effort d’investissement attendu des collectivités pourrait varier. Pour illustrer ces choix, l’Ademe a publié dans « Transition(s) 2050 » (Ademe, 2021) 4 scénarios contrastés menant à la neutralité carbone de la France en 2050, pour lesquels I4CE a chiffré les besoins d’investissements climats des collectivités.

Besoins d’investissement des collectivités locales pour le climat

Au final, quelques soient les choix pris pour atteindre les objectifs de neutralité carbone à 2050, l’effort d’investissement climat des collectivités devra être important : en moyenne 10 milliards d’euros par an entre 2021 et 2030. Ces besoins varieront surtout selon les objectifs fixés en termes de transport : plus les objectifs en termes de report modal de la voiture vers le vélo et les transports en commun seront élevés, plus les besoins d’investissements seront élevés. Cet effort peut être soutenu pour une partie plus moins importante pour les collectivités. Si les collectivités n’investissent plus fortement, d’autres acteurs devront le faire, et l’effort d’investissement portera sur les ménages et les acteurs privés. Un objectif élevé de baisse des déplacements permettra également de réduire les besoins d’investissement des collectivités, comme des ménages et acteurs privés.

Accélérer l’action climat des collectivités nécessite de renforcer leurs moyens d’ingénierie : au minimum 25000 agents dédiés, soit 1,5 md €/an

Au-delà des besoins d’investissements, les collectivités vont également devoir augmenter leurs moyens humains pour l’ingénierie climat et donc leurs dépenses de fonctionnement : pour lancer et assurer la maîtrise d’ouvrage des investissements climat d’une part, et pour animer la dynamique de décarbonation des acteurs de leur territoire d’autre part.

Ce sont au minimum 25 000 agents dédiés au pilotage des actions climat des collectivités qui seront requis pour atteindre les objectifs de la Stratégie Nationale Bas-Carbone. Cela représente environ 1,5 milliard d’euros de masse salariale chaque année.

Besoins d’ingenierie climat pour le pilotage des actions climat

Quel est le rôle des collectivités pour le climat ? Quels sont les besoins ? Comment finance-t-on ? Retrouvez les réponses à ces questions en deux minutes avec Aurore Colin d’I4CE, l’une des auteures.


 Lire aussi :


I4CE - Institute for Climate Economics

L’Institut de l’économie pour le climat (I4CE – Institute for climate economics) est une association experte de l’économie et de la finance dont la mission est de faire avancer l’action contre les changements climatiques.

Grâce à ses recherches appliquées, l’Institut contribue au débat sur les politiques liées au climat. Il rend aussi publiques des analyses pour appuyer la réflexion des institutions financières, des entreprises ou encore des territoires et les aider à intégrer concrètement les enjeux climatiques dans leurs activités.

I4CE est une association d’intérêt général, à but non lucratif, fondée par la Caisse des Dépôts et l’Agence Française de Développement.



Voir en ligne : www.i4ce.org

Article lu 950 fois



 
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable