Dans l'actualité :

Ensauvager les villes pour réconcilier nature et société

56 % de la population mondiale habite en ville, une...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...
Le 1er juillet 2010

Ampoules à incandescence : les 60 W sont définitivement retirées des rayons

Conformément à un engagement du Grenelle Environnement, les ampoules à incandescence d’une puissance de 60 W, qui représentent le segment le plus important du marché de l’éclairage, sont retirées aujourd’hui des rayons des magasins, au profit de solutions plus économes en énergie (lampes basse consommation, LED…). Cette mesure sera ensuite généralisée à toute l’Union européenne en septembre 2011.

Dans un communiqué de presse, le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer estime aujourd’hui que la « France anticipe ainsi de plus d’un an la mise en œuvre du paquet énergie-climat européen, et franchit aujourd’hui une étape cruciale dans la mise en œuvre du programme d’économies d’énergie du Grenelle Environnement ». Après le retrait des 100 W il y a un an, restent désormais deux échéances : le retrait des 40 W au 31 août 2011, et des moins puissantes (15 et 25 W) au 1er septembre 2012. « Les 100 W touchaient une frange beaucoup plus faible, les 60 W, c’est environ 80% du marché, c’est l’étape principale », souligne Johan Ransquin, du service bâtiment de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Chaque ménage français possède en moyenne 22 lampes, en achète 3 par an et consomme environ 350 kWh par an pour son éclairage. L’éclairage à la maison représente 9% de sa facture d’électricité. Selon l’Ademe, le remplacement des ampoules à incandescence par des lampes basse consommation permettrait à la France d’économiser chaque année 6 térawatts-heure de consommation d’électricité, soit l’équivalent de deux fois la consommation annuelle des Parisiens. Quelles sont les alternatives aux lampes à filament de tungstène ? Selon le Ministère de l’Écologie, « les « lampes basse consommation » consomment 4 à 5 fois moins d’énergie qu’une ampoule classique à incandescence et durent 6 à 10 fois plus longtemps (voire 15 fois pour une ampoule « professionnelle »). Au total, et même si le coût d’une telle lampe est encore parfois un peu plus élevé à l’achat, le coût global d’une lampe basse consommation est 3 à 4 fois moins élevée qu’une ampoule à incandescence ». Le Ministère l’affirme : « l’acquisition d’une « lampe basse consommation » procure un gain net qui peut aller jusqu’à plusieurs dizaines d’euros sur la durée de vie de l’ampoule ». Cependant, à la différence des ampoules classiques – qui doivent être jetées dans la poubelle ordinaire -, les LBC doivent être récupérées dans les bacs disponibles chez les revendeurs car elles contiennent du mercure (en moyenne 3 mg par ampoule). Avec une durée de vie pouvant dépasser dix ans et leur très faible consommation d’électricité, les ampoules à diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont promises à un avenir brillant mais restent, pour l’heure, nettement plus onéreuses que les LCB.

 

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Ensauvager les villes pour réconcilier nature et société

56 % de la population mondiale habite en ville, une proportion qui atteint 80 % en France. Ce contexte d’urbanisation modifie en profondeur les relations entre...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...