CDURABLE
Cdurable
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Humain - Contribution Sociale
5ème Conférence des Nations Unies sur les PMA

Cinq choses à savoir sur les pays les moins avancés selon l’ONU

Tous les 10 ans, les Nations Unies visent à remettre les PMA sur la voie du développement durable.

samedi 4 mars 2023
Posté par Cyrille Souche

Imprimer

Trois ans après que le monde a commencé à se confiner en raison de la COVID-19, l’ONU et ses partenaires se réuniront à Doha, au Qatar, pour proposer un nouveau pacte historique pour soutenir les pays dont les vulnérabilités ont été les plus exposées par la pandémie.

La conférence des pays les moins avancés, ou PMA, a lieu tous les 10 ans et la réunion de cette année, du 5 au 9 mars 2023, connue sous le nom de PMA5, vise à faire revenir les besoins des 46 pays appartenant à ce groupe en haut de l’agenda mondial et à les aider alors qu’ils s’efforcent de se remettre sur la voie du développement durable.



Des femmes tanzaniennes récoltent des algues dans le cadre d’un projet d’agriculture intelligente face au changement climatique.
UN Women/Phil Kabuje

1. Qu’est-ce qu’un pays moins avancé ?

Les pays les moins avancés (PMA) sont les pays répertoriés par les Nations Unies qui présentent les indicateurs de développement socio-économique les plus bas à travers une gamme d’indices. Tous les PMA ont un revenu national brut par habitant (RNB) inférieur à 1.018 dollars ; comparez cela à près de 71.000 dollars aux États-Unis, 44.000 dollars en France, 9.900 dollars en Turquie et 6.530 dollars en Afrique du Sud, selon les données de la Banque mondiale.

Construction de sanitaires au Cambodge.
ONU Info

Ces pays ont également de faibles scores sur les indicateurs de nutrition, de santé, de scolarisation et d’alphabétisation et des scores élevés pour la vulnérabilité économique et environnementale, qui mesure des facteurs tels que l’éloignement, la dépendance à l’agriculture et l’exposition aux catastrophes naturelles.

Il existe actuellement 46 PMA, dont la grande majorité se trouve en Afrique [voir encadré ci-dessous]. La liste est révisée tous les trois ans par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). Six pays sont sortis du statut de PMA entre 1994 et 2020.

2. Quels sont les défis auxquels sont confrontés les pays les moins avancés ?

Aujourd’hui, les 46 PMA abritent quelque 1,1 milliard de personnes, soit 14% de la population mondiale, et plus de 75% de ces personnes vivent encore dans la pauvreté.

Plus que d’autres pays, les PMA sont menacés par une aggravation de la pauvreté et risquent de rester dans une situation de sous-développement. Ils sont également vulnérables aux chocs économiques externes, aux catastrophes naturelles et causées par l’homme, aux maladies transmissibles et, surtout, au changement climatique.

Des jeunes filles étudient à l’école Al Zyadi dans le gouvernorat de Lahj, au Yémen.
© UNICEF/Gabreez

Actuellement, la planète est en passe de se réchauffer d’environ 2,7 °C au cours de ce siècle, ce qui dévasterait les PMA. Ces pays ont le moins contribué aux émissions de carbone et sont pourtant confrontés à certains des risques les plus élevés liés au changement climatique.

Pendant ce temps, les PMA sont parmi les plus touchés par la COVID-19 ; tous sauf huit ont connu des taux de croissance négatifs en 2020 et les retombées de la pandémie devraient durer plus longtemps que dans les pays plus riches.

La dette est un problème majeur pour tous les PMA : quatre sont classés comme surendettés (Mozambique, Sao Tomé-et-Principe, Somalie et Soudan) et 16 PMA sont à haut risque de surendettement.

En tant que tels, les PMA nécessitent le plus haut niveau d’attention de la part de la communauté internationale.

3. Comment les Nations Unies et la communauté internationale peuvent-elles aider les PMA ?

Une fillette de 5 mois à l’hôpital régional de Paktia à Gardez, en Afghanistan, reçoit du lait thérapeutique pour traiter la malnutrition.
© UNICEF/Sayed Bidel

Les efforts du système des Nations Unies pour inverser la marginalisation croissante des PMA dans l’économie mondiale et les mettre sur la voie d’une croissance et d’un développement durables remontent aux années 1960.

Depuis lors, l’ONU a accordé une attention particulière aux PMA, les reconnaissant comme les plus vulnérables de la communauté internationale et leur accordant certains avantages, notamment :

  • Financement du développement : notamment subventions et prêts des bailleurs de fonds et des institutions financières.
  • Système commercial multilatéral : tels que l’accès préférentiel aux marchés et les traitements spéciaux.
  • Assistance technique : notamment pour soutenir le commerce.

La première conférence des PMA s’est tenue à Paris, en France, en 1981 et PMA5, marquant le 50e anniversaire, devait se tenir en mars 2022, mais a été reportée à cette année en raison de la pandémie de COVID-19.

4. Qu’est-ce que le Programme d’action de Doha ?

Un enfant tient une casserole de criquets dans un camp pour personnes déplacées en République démocratique du Congo.
© UNICEF/Olivia Acland

Le Programme d’action de Doha (ou DPoA, pour les amateurs d’acronymes !) est la feuille de route du développement pour les PMA convenue en mars 2022.

Il comprend six domaines d’intervention clés :

  1. Éliminer la pauvreté et renforcer les capacités.
  2. Tirer parti du pouvoir de la science, de la technologie et de l’innovation pour lutter contre les vulnérabilités et atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).
  3. Soutenir la transformation structurelle en tant que moteur de prospérité.
  4. Renforcer le commerce international des PMA et l’intégration régionale.
  5. Lutter contre le changement climatique, la dégradation de l’environnement, se remettre de la pandémie de COVID-19 et renforcer la résilience face aux chocs futurs.
  6. Mobiliser la solidarité internationale et redynamiser les partenariats mondiaux.

La mise en œuvre complète du DPoA aidera les PMA à faire face à la pandémie de COVID-19 et aux impacts socio-économiques négatifs qui en résultent et leur permettra de se remettre sur la bonne voie pour atteindre les ODD, y compris la lutte contre le changement climatique.

Le texte intégral du Programme d’action de Doha est disponible dans les 6 langues officielles de l’ONU.

5. Que peut-on attendre de PMA5 ?

Haïti est le seul pays des Amériques désigné comme PMA.
© UNICEF/Georges Harry Rouzier

L’ONU, les PMA, les chefs d’État et de gouvernement, les partenaires de développement, le secteur privé, la société civile, les parlementaires et les jeunes se réuniront pour convenir de partenariats, d’engagements, d’innovations et de plans dans le but d’atteindre les ODD.

Le Secrétaire général de l’ONU doit s’adresser à la conférence et a déjà souligné l’importance de soutenir les PMA.

« Le Programme d’action de Doha nous rappelle que la reprise mondiale dépend de l’obtention par les PMA du soutien dont ils ont besoin. Ils ont besoin d’investissements audacieux dans les systèmes de santé, d’éducation et de protection sociale - toutes les ressources nécessaires pour mettre pleinement en œuvre l’Agenda 2030 et les objectifs de développement durable. »

Au fur et à mesure que les PMA feront le premier pas vers ces objectifs, ils atteindront certains objectifs qui leur permettront de sortir du statut de pays les moins avancés.

Six pays sont sortis du statut de PMA : le Botswana (en 1994), Cabo-Verde (2007), les Maldives (2011), les Samoa (2014), la Guinée équatoriale (2017) et le Vanuatu (2020).

Liste des pays les moins avancés :

Les 46 pays suivants figuraient sur la liste des PMA par l’ONU en mars 2023 :

  • Afrique (33) : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, République centrafricaine, Tchad, Comores, République démocratique du Congo, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi , Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda et Zambie
  • Asie (9) : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, République démocratique populaire lao, Myanmar, Népal, Timor-Leste et Yémen
  • Caraïbes (1)  : Haïti
  • Pacifique (3)  : Kiribati, Îles Salomon et Tuvalu
Article lu 639 fois



 
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable