Dans l'actualité :

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...
Rapport No Plastic In My Sea

500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations

Pour agir en transformant nos modes de production et distribution

Pour préparer la négociations du futur traité international sur la pollution plastique en mai 2023, l’association No Plastic In My Sea et ses partenaires appellent à une accélération des transformations et une application sans délai de tous les articles de loi AGEC. Le rapport « 500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations » démontre la maturité des modes de conception et distribution alternatifs, comme le vrac. Les auteurs du rapport invitent les grands groupes et les distributeurs à utiliser les solutions recensées, pour éliminer de nombreux plastiques à usage unique et à s’engager dans le réemploi.

capture_d_e_cran_2023-03-22_a_16.39_47.png Le rapport « 500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations » invite les grands groupes et les distributeurs à s’appuyer sur les solutions recensées pour éliminer de nombreux plastiques à usage unique et à s’engager fortement dans le réemploi, à un moment où un budget de 50 millions d’euros est ouvert par les éco-organismes.

L’action contre la pollution plastique reste insuffisante

La Directive européenne sur les plastiques à usage unique et la Loi AGEC (anti gaspillage et pour l’économie circulaire) interdisent certains types de plastiques et produits à usage unique. Mais, en France et en Europe, les actions restent incomplètes et ne permettent pas suffisamment de :
  • éviter les pollutions liées aux emballages de la consommation nomade, aux microplastiques, aux mégots et au matériel de pêche.
Pire, on constate de fortes résistances et une difficulté à faire appliquer la loi dans les délais prévus, notamment les articles concernant le développement de points d’eau (articles 77 loi AGEC et D. 541-340 du code de l’environnement) et la réduction de 50% des bouteilles en plastique mises sur le marché en 2030 (article 66 loi AGEC). Or, l’urgence d’agir nous a récemment été rappelée à la fois par la pollution aux granulés de plastique sur la façade atlantique et par trois rapports récents[[ Index plastique de la fondation australienne Minderoo , Rapport « Peak Plastics : Bending the cunsumption curve » de The Economist Impact et de la Nippon Foundation et Rapport de l’association 5 Gyres, qui alertent sur l’insuffisance des mesures actuelles.]] qui dénoncent l’insuffisance des mesures actuelles au plan international et l’impérieuse nécessité de réduire l’augmentation de la production de plastique.

Plus de 500 solutions en France et à l’international

Le rapport « 500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations » propose un référencement et une sélection de solutions (produits, emballages, machines, services…) existantes en France et à l’international ; il s’agit d’initiatives récentes, pour la plupart rentables, centrées sur la réduction de l’emballage, le réemploi et l’éco-innovation. Ces solutions s’affranchissent des modèles linéaires de la grande consommation et de l’emballage tout en devenant compatibles avec des acteurs majeurs qui ont des contraintes industrielles. Or, l’enjeu est bien de faire passer à l’échelle certaines de ces solutions (réemploi, vrac, produits à diluer…) afin de parvenir à un effet volume et de faire en sorte qu’elles deviennent la nouvelle norme. 500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations

12 recommandations pour accélérer et appliquer réellement la loi Agec

Au vu des enjeux de pollution plastique et micro plastique, du cadre réglementaire et de la maturité des solutions disponibles sur le marché, nous émettons 12 recommandations pour accélérer la réduction des plastiques, notamment à usage unique, et enrayer la crise de la pollution plastique et microplastique. Ces recommandations permettent également de soutenir des jeunes entreprises françaises, pionnières sur les solutions alternatives, qui pourraient connaître un développement à l’international dans un contexte global de régulation croissante sur les sources de pollution plastique et microplastique.
  • 1/ Nous incitons les producteurs de boissons et eau embouteillées, ainsi que les distributeurs, à proposer un plan de réduction de 50 % des bouteilles en plastique mises sur le marché en 2030 par rapport à 2020 pour réussir l’objectif fixé par la loi Agec. Continuer à se focaliser uniquement sur le recyclage serait une erreur alors que les alternatives à la bouteille plastique existent et peuvent permettre de réduire considérablement leur empreinte plastique.
  • 2/ Nous incitons tous les ERP (établissements recevant du public) qui n’ont pas encore installé et signalé les points d’eau exigés par la loi Agec à rattraper leur retard d’ici juin 2023 (mise en place initialement prévue à janvier 2022).
  • 3/ Nous appelons tous les secteurs concernés par l’obligation de 5 % de réemploi en 2023 à développer dès le premier semestre des solutions, en s’appuyant sur le budget de réemploi de 50 millions d’euros annoncé par les éco-organismes, ainsi que sur les 500 solutions référencées dans notre rapport et sur les structures du réemploi industriel en France (lavage, logistique, traçabilité…).
  • 4/ Nous appelons les producteurs (et les distributeurs pour leurs marques propres) à développer la recharge concentrée à diluer, associée au réemploi d’une première bouteille, sur les produits contenant de l’eau (boissons, entretien, soins du corps et des cheveux) et/ou les produits solides.
  • 5/ Nous appelons les chaînes de restauration à développer le réemploi pour la vente à emporter ou livrée, et les collectivités locales à soutenir des projets en s’appuyant sur le budget réemploi mis à disposition par les éco-organismes (une partie des 50 millions d’euros est dédiée aux collectivités locales).
  • 6/ Nous appelons les marques de grande consommation à proposer une partie de leurs produits en vente en vrac et la grande distribution à anticiper ses obligations sur le vrac. En effet, les magasins de plus de 400 m2 doivent consacrer au moins 20 % de leur surface de vente à des produits vrac d’ici janvier 2030.
  • 7/ Nous appelons les distributeurs à se saisir de toutes les solutions mises en place par leurs homologues français et étrangers pour réduire le plastique, et à être exemplaires sur leurs marques distributeur.
  • 8/ Nous invitons à envoyer un signal prix favorable sur le réemploi et le vrac dans une période d’inflation. Nous appelons les producteurs et les distributeurs à penser leur offre de vrac et de réemploi/consigne afin qu’elle envoie un signe positif aux consommateurs en termes économiques.
  • 9/ Nous appelons le gouvernement, les éco-organismes et les entreprises à accompagner le réemploi auprès des consommateurs via des campagnes de communication massives, au même niveau d’investissement que celles réalisées depuis des années sur le tri.
  • 10/ Nous incitons à poursuivre l’optimisation des emballages à usage unique et des produits via l’éco-conception dans une logique de réduction des emballages inutiles, de recyclabilité/ incorporation de matière recyclée et de substitution matière.
  • 11/ Nous appelons le gouvernement et les secteurs concernés par la pollution microplastique (plasturgie, textile, pneus, cosmétiques…) à mettre en place un plan global pour résoudre efficacement toutes les formes de pollution microplastique.
  • 12/ Nous appelons à une règlementation plus ambitieuse sur les mégots et les déchets issus de la pêche en France et à l’international, qui constituent deux angles morts de la pollution plastique. Nous appelons notamment à une recommandation scientifique indépendante sur les filtres (en plastique) des cigarettes, leur intérêt étant contesté par les associations de lutte contre le tabac.

A propos

capture_d_e_cran_2023-03-22_a_17.53_15.png « Tous les rapports internationaux appellent à développer des actions plus ambitieuses contre la pollution plastique[[ -*Contribution de l’Union européenne à la deuxième session de négociation du traité ]] ; l’Union européenne est sur cette ligne en proposant notamment d’inscrire dans le futur traité international des objectifs de réduction de la production de plastique . Notre rapport démontre que de nombreuses solutions de réduction et de réemploi sont aujourd’hui suffisamment matures pour pouvoir être déployées à large échelle. Il appartient aux acteurs économiques de s’en saisir sans attendre, pour enfin réduire la courbe exponentielle de la production de plastique ». Muriel Papin, Déléguée Générale de No Plastic in My Sea
  • https://noplasticinmysea.org/
capture_d_e_cran_2023-03-22_a_17.53_29.png « Le réemploi des emballages doit être une priorité absolue afin d’en finir avec l’usage unique. Les structures du réemploi, fédérées au sein de Réseau Consigne se développent partout en France et sur tous les secteurs. Elles peuvent accompagner les entreprises dans cette nécessaire transformation afin de démocratiser l’accès aux emballages réemployables. » Alice Abbat, Coordinatrice du Réseau Consigne
  • https://www.reseauconsigne.com/
capture_d_e_cran_2023-03-22_a_17.53_40.png « Pour faire disparaître le plastique de nos océans, le mieux est de le supprimer depuis nos placards. Régler les problèmes à la source est toujours plus efficace que d’agir sur les conséquences. La consommation en vrac tend à éliminer le plastique à usage unique de nos habitudes plutôt que d’autres aient à le ramasser sur nos plages » Célia Rennesson, Directrice du Réseau Vrac
  • https://reseauvrac.org/
capture_d_e_cran_2023-03-22_a_17.53_50.png « Et si je suis le seul à prendre le risque du changement? Et si ma hiérarchie ne me soutient pas? Et si nous investissons dans le mauvais système? Et si la concurrence me copie? Et si les consommateurs ne suivent pas? Et s’il est déjà trop tard… Le temps du « et si » est révolu. Passons à l’action. Toutes les solutions sont disponibles dans ce guide pour faire autrement et sortir de notre addiction à l’usage unique. L’Institut du Commerce accompagne depuis 2018 avec conviction, sérieux et enthousiasme son écosystème à faire cette bascule. Nous faisons collaborer les marques, les enseignes, les prestataires, le monde académique, les autres organisations professionnelles pour que le parcours d’achat éco-responsable des consommateurs-citoyens devienne désirable et accessible partout et pour tous. » Emilie Chalvignac, directrice des opérations à l’Institut du Commerce
  • https://institutducommerce.org/page/accueil

 

Documents joints

À propos du Traité mondial sur les plastiques :

Le 2 mars 2022, les Nations Unies ont approuvé un accord historique visant à créer le tout premier traité mondial sur la pollution plastique, adopté à l’issue de la cinquième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA 5.2). Le mandat, intitulé « Mettre fin à la pollution plastique : Vers un instrument international juridiquement contraignant », permet de négocier un traité qui couvrira des mesures tout au long du cycle de vie du plastique. Un comité international de négociation (CIN) est chargé de rédiger le traité d’ici fin 2024. Après une première phase de négociations en Uruguay en décembre, Paris accueille la deuxième réunion du CIN du 29 mai au 2 juin, une étape décisive dans l’avancée du traité, qui devrait préciser le niveau de contrainte et les obligations majeures associées.

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...