CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en débat
Accord sur un texte a minima

Sommet Rio+20 : après 2 ans et une nuit de négociations, les diplomates laissent tomber la planète

Un "échec colossal" estiment les ONG

mercredi 20 juin 2012
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

A quelques heures du début de la Conférence, les négociateurs des 193 pays présents au sommet Rio+20 se sont entendus mardi sur un projet de déclaration dont le contenu est jugé bien trop faible par les organisations non gouvernementales". "Après une session très tardive de négociations, le texte révisé s’annone comme un échec majeur en termes de leadership et de vision de la part des diplomates. Nos dirigeants devraient être embarrassés devant leur inaptitude à trouver un terrain d’entente sur un enjeu aussi crucial " estime Jim Leape, Directeur général du WWF International, suite au texte de négociation présenté hier par le Brésil.



Le Brésil, qui tenait absolument à boucler un projet de déclaration finale avant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, a obtenu, à l’arrachée, l’accord des délégués des 193 États membres de l’ONU. Les séances de travail à marche forcée ont abouti à un texte de 49 pages intitulé "l’avenir que nous voulons" ("Future We Want").

Il doit être signé vendredi soir, à la clôture de la conférence de l’ONU Rio+20 sur le développement durable. Cependant, ce texte suscite une grande polémique : le texte a été considérablement allégé comparé aux 81 pages qui étaient encore en discussion vendredi dernier. Conséquence : il ne définit pas les objectifs censés être débattus au cours de cette Conférence des Nations unies sur le développement durable et il ne fixe pas non plus de calendrier précis. Il n’y a pas eu d’accord sur la question de l’"économie verte", le document laissant une marge de manœuvre dans la mise en œuvre de ce principe. "On a été prudents, la définition n’est pas parfaite. Le principe n’a pas à être adopté en tant que tel", explique le porte-parole de la délégation brésilienne. Autre point qui n’a pas véritablement abouti : la création d’une agence onusienne de l’environnement, défendue par la France. Le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) serait simplement renforcé et développé ; ce point doit être évoqué à l’Assemblée générale de l’ONU, en fin d’année.

Le projet de déclaration n’inclut pas de clause invitant les gouvernements à supprimer progressivement les subventions aux carburants fossiles, qui ont quasiment triplé depuis 2009 malgré l’engagement des pays du G20 à les éliminer. La disparition progressive de ces subventions d’ici 2020 permettrait de réduire la demande énergétique mondiale annuelle de 5% et les émissions de dioxyde de carbone de près de 6%, selon l’Agence internationale de l’Energie.

Jim Leape n’en revient toujours pas : "Il est maintenant temps pour les leaders mondiaux de prendre le développement durable au sérieux et surtout de sauver ce processus de négociation. S’ils approuvent ce qui est actuellement sur la table sans y apporter de changements significatifs, ils condamnent la conférence Rio+20 au ridicule. Alors que des mots plutôt faibles ont été supprimés, les diplomates pratiquent maintenant la langue de bois… Et utilisent des formules alambiquées comme ‘engagés à réaliser progressivement’ ou font de nombreuses promesses de ‘reconnaître’ les problèmes et leurs solutions."

"Le fait que personne dans cette pièce où est adoptée le texte n’est content est révélateur. Cela prouve à quel point il est creux", a commenté de son côté sur Twitter la commissaire européenne pour le climat, Connie Hedegaard. Le texte comprend "trop de ’prend note’ et ’réaffirme’ et trop peu de ’décide’ et ’s’engage’", a-t-elle ajouté.

Vingt ans après le sommet de la Terre, qui a fait surgir au premier rang des préoccupations internationales les thèmes du changement climatique ou de la préservation des espèces, le sommet Rio+20 est censé permettre une définition d’"objectifs de développement durable" pour guider l’action publique à travers le monde dans les domaines économique, social et écologique. Mais ces questions semblent désormais reléguées au second rang dans l’esprit des dirigeants de la planète, accaparés par la crise économique. "Après 2 ans et une nuit de négociations, les diplomates présents à Rio laissent tomber la planète. Nous espérons que cela ne se produira pas après tout le travail qui a été effectué jusqu’à présent, notamment, pour le bien-être des populations et de notre planète. Il y a 20 ans, les leaders mondiaux ont ‘reconnu’ les problèmes, mais ils n’ont pas fait grand-chose depuis. Pendant combien de temps allons-nous encore accepter la réponse ‘nous allons y réfléchir’ comme une solution ?" s’interroge Jim Leape.

Des chefs d’Etat et de gouvernement, parmi lesquels les présidents français François Hollande et russe Vladimir Poutine, sont désormais attendus à Rio et pourraient amender le projet de déclaration, ce dont les observateurs doutent. "Ce sommet pourrait être terminé avant même d’avoir commencé. Les dirigeants qui arrivent ce soir doivent le relancer. Rio+20 devrait être un tournant", a dit Stephen Hale, porte-parole d’Oxfam. "On ne voit aucun signe en ce sens. Près d’un milliard de personnes souffrent de la faim et elle méritent mieux."

 Analyse du texte par l’Iddrri

Pour Lucien Chabason, conseiller à la direction à l’Iddri (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales), « l’accord est très en deçà de ce qu’on peut attendre d’un sommet de cette ampleur. Les résultats sont dérisoires. » Laurence Tubiana, directrice de l’Iddri, souligne « qu’il manquait de leadership dans la conduite de la négociation ».

L’accord ne propose aucune décision effective et ne fait que lancer des processus. Pour Laurence Tubiana, « il n’y a pas d’avancée au regard de Rio 92 et il est évident que le texte du Sommet de la Terre ne pourrait pas être négocié aujourd’hui. » Elle estime que « ce qui frappe, c’est que les pays ne voient pas l’intérêt de coopérer, ils y voient un coût, pas un bénéfice ». Et poursuit, « en fait, c’est un processus de négociation par le vide, par la disparition successive des sujets qui fâchent. » Pour Lucien Chabason, le plus décevant est qu’« aucune impulsion n’ait été donnée sur la haute mer. » Pour Tancrède Voituriez, directeur du programme gouvernance, « le seul point d’accroche concret a été la définition et la négociation des ODD ». Laurence Tubiana, qui a animé l’un des dialogues et a participé au panel sur le développement durable pour combattre la crise économique et financière, estime qu’« il ne faut pas sous-estimer cette avancée. La négociation a défini un mécanisme et un calendrier précis et court. La discussion va porter dans chaque pays sur la définition de ces objectifs universels. » Elle souligne cependant que « comme à Durban, les pays en développement acceptent de s’intégrer dans une discussion globale sur les modèles de développement. »

Tancrède Voituriez estime pour sa part que « l’Europe a perdu la bataille conceptuelle sur l’économie verte et a fédéré – jusqu’à la dernière minute – les oppositions contre elle. Elle est devenue l’ennemi ». Et Laurence Tubiana ajoute que « les États-Unis et le Canada ont tiré vers le bas les ambitions. » Concernant les dialogues thématiques, Tancrède Voituriez trouve que ce sont « des expériences très prometteuses de démocratie directe, de dialogues en réseau et d‘enquêtes sur les préférences des populations qui ont été conduites à Rio+20 ». Pour Laurence Tubiana, « elles montrent combien les opportunités sont grandes et les risques politiques faibles de s’engager pour un changement de modèle de développement. C’est le plus précieux acquis de Rio+20. »

 Retour sur une semaine de négociations

  • 13-15 juin : les négociations sous présidence onusienne

La séquence onusienne des négociations s’est achevée vendredi 15 juin au soir. A l’issue de 3 jours de réunions, les négociateurs des 193 États membres des Nations unies s’étaient mis d’accord sur seulement un tiers du texte. Malgré le rythme très intense, il existait encore de forts clivages sur certains points :
- l’ensemble de la partie économie verte et inclusive, partie la plus contentieuse de la négociation sur laquelle les discussions ont à peine démarré ;
- la création d’une agence spécialisée des Nations Unies pour l’environnement (OME/ONUE), qui malgré le ralliement de nombreux pays suscite toujours l’opposition des USA et du Canada, clairement rejoints maintenant par le Brésil ;
- le type de résultat qui pourrait être obtenu en matière d’Objectifs du Développement Durable (ODD) : établissement d’une possible liste de sujets, mécanisme de définition des futurs ODD, articulation avec les OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement)…
- et enfin le blocage des débats sur les moyens de mise en œuvre avec une position très fermée du G77.

  • 16-19 juin : les négociations sous présidence brésilienne

Dès le 16 juin, le Brésil avait repris la suite des négociations, en particulier sur les 199 paragraphes sur lesquels il restait encore un désaccord. Pour tenter d’avancer plus rapidement, le pays hôte avait proposé un nouveau texte d’une cinquantaine de pages sur les paragraphes non-agréés.
Ce projet de texte, jugé peu ambitieux par l’Union européenne comme par les représentants de la société civile, est en retrait sur des sujets chers à l’Union européenne, notamment :
- sur la gouvernance mondiale de l’environnement, où toute référence à l’OME ou ONUE a été écartée au profit d’un langage faible sur le rehaussement du PNUE,
- sur les Objectifs de développement durable (ODD) où le texte se contente de proposer un processus de définition d’ODD sans mentionner aucun thème concret,
- le langage proposé est également très faible sur la Responsabilité Sociétal des Entreprises et sur les indicateurs complémentaires du PIB.
En revanche, le texte présente des avancées sur le sujet des océans et sur celui de la sécurité alimentaire.

L’objectif du Brésil est de terminer les négociations sur le texte de déclaration le 19 au soir, à la veille du segment de haut niveau qui se déroulera du 20 au 22 juin au RioCentro.

Article lu 1775 fois

lire aussi :
  • Le scénario de l’effondrement l’emporte
  • Rio+20 : le Sommet de la Terre brûlée !
  • Changement climatique, impacts et vulnérabilité en Europe
  • WEO 2012 : World Energy Outlook - Perspectives énergétiques mondiales
  • La conférence de Doha renforce la crise climatique
  • 350.org : quand Internet mobilise 200 000 citoyens dans le monde contre le réchauffement climatique
  • Les Objectifs mondiaux en faveur du développement durable (ODD)


  • forum

    • Sommet Rio+20 : après 2 ans et une nuit de négociations, les diplomates laissent tomber la planète
      20 juin 2012

      Le texte sur l’élimination des suventions aux carburants fossiles est au paragraphe 225

     

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9837715

    38 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable