CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en débat

Le pari de l’éolien - un rapport du Centre d’Analyse Stratégique

jeudi 10 décembre 2009
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF

Le contexte actuel de récession économique et d’urgence climatique offre à l’éolien l’opportunité d’un développement de grande ampleur, même si certaines barrières techniques et économiques restent à dépasser. Les critiques sont nombreuses en Europe et semblent s’intensifier dans l’espace français, où la prédominance du nucléaire, énergie non carbonée au coût de production particulièrement compétitif, fragilise l’argumentaire éolien. Qu’en est-il réellement et quels sont les paramètres majeurs dans le coût de l’éolien pour la collectivité ? Quelques pays ont parié sur l’énergie du vent : l’examen attentif de leurs politiques publiques permet de souligner certains leviers intéressants, constate le Centre d’Analyse Stratégique. Son rapport intitulé "Le pari de l’éolien" propose d’évaluer la rentabilité de l’éolien en fonction de l’évolution possible d’un certain nombre de paramètres (prix des énergies fossiles, amélioration de la technologie, optimisation des potentiels de vent). Il souligne également les faiblesses du tissu industriel français. Grâce à l’analyse d’exemples étrangers, il propose des leviers incitatifs afin que les mesures proposées par le Grenelle de l’Environnement répondent à la fois à l’urgence climatique et à la nécessité d’une croissance plus verte.



Introduction du rapport

En octobre 2007, le Grenelle de l’environnement se prononçait pour le développement des énergies renouvelables. L’année suivante, en décembre 2008, l’Union européenne, sous présidence française, adopte une série de propositions – sous l’appellation de paquet « Énergie Climat » – en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Elle préconise notamment pour 2020 un objectif européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % et une part de 20 % des énergies renouvelables dans la consommation énergétique européenne. Le « partage du fardeau » (burden sharing) traduit ce second objectif en un objectif français de 23 %. Endossant ces engagements européens, l’Assemblée nationale puis le Sénat ont adopté le projet de loi relatif à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement, dit Grenelle I.

Dans le plan de développement des énergies renouvelables, présenté en novembre 2008, le ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat a annoncé une clarification des procédures administratives ainsi que des objectifs précis : 19 GW de capacité éolienne terrestre devraient être installés à l’horizon 2020, ainsi que 6 GW en mer, alors que le parc actuel ne se compose que de 3,4 GW1 au total (objectifs réaffirmés par la programmation pluriannuelle des
investissements datant de juin 2009). Dans les conditions techniques actuelles, l’énergie produite à cet horizon de temps par l’ensemble des éoliennes terrestres en France s’élèverait à plus de 40 TWh, soit l’équivalent de l’électricité issue de quatre réacteurs nucléaires.

Développé depuis de nombreuses années dans les pays européens comme l’Allemagne et le Danemark, l’éolien est la technologie renouvelable la plus mature. La capacité éolienne mondiale a atteint 121 GW en 2008, dont 65 GW pour l’UE-27. Cette année-là, l’essor de la filière a été en partie tiré par les États-Unis et la Chine. La croissance de 39 % de l’éolien français entre 2007 et 2008 n’a pas à rougir devant celle de ses voisins, même si un développement tardif du secteur explique le
phénomène de rattrapage des cinq dernières années.

Le contexte actuel de récession économique et d’urgence climatique offre à l’éolien l’opportunité d’un développement de grande ampleur, même si certaines barrières techniques restent à dépasser. Les critiques restent nombreuses en Europe et semblent s’intensifier dans l’espace français, où la prédominance du nucléaire, énergie non carbonée au coût de production particulièrement compétitif, fragilise l’argumentaire éolien. Qu’en est-il réellement et quels sont les paramètres majeurs déterminant le coût de l’éolien pour la collectivité ? Quelques pays ont parié sur l’énergie du vent : l’examen attentif de leurs politiques publiques permet de souligner certains leviers intéressants.

Le document qui suit traite d’abord des critiques adressées à l’éolien puis des spécificités françaises. Il évoque ensuite les leviers de développement mis en oeuvre à l’étranger et propose enfin un certain nombre de moyens d’incitation dans le cas français.

- Télécharger le rapport Le pari de l’éolien

Article lu 914 fois

lire aussi :
  • Les aléas de l’éolien


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 10651981

    61 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable