CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Librairie Développement Durable
Un pamphlet impitoyable de Jean-Marc Fedida

Impasses de Grenelle - De la perversité écologiste

mercredi 11 juin 2008
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF

Et si l’écologie était la plus mauvaise réponse politique à la pertinente question de la nécessaire sauvegarde de l’environnement ? Et si à faire une incursion dans le laboratoire d’une telle idéologie, on trouvait d’étranges potions toutes totalitaires et amères, mélangées par de biens rebutants sorciers dictateurs et superstitieux ? Et si l’écologie était tout entière régressive pour l’humanité et agressive pour les droits de l’homme ? Jouant sur nos peurs, ces imprécateurs de l’apocalypse que sont les écologistes ont désigné le coupable de tous nos maux : l’humain, cet ennemi, et ses insupportables libertés. Au nom du principe de précaution, il faut contraindre l’inventivité ! Au nom du droit des animaux il faut substituer à l’expérimentation animale celle des inutiles humains ?
Au nom de la santé de la biosphère, contrôler les naissances, voire diminuer de façon drastique l’espèce humaine ? Mais l’écologie a pourtant saturé tout le champ politique, et les préconisations de ce véritable concile que fut le Grenelle de l’Environnement furent à l’image de cette idéologie en guerre contre l’homme. Créer une fiscalité vertueuse, pénalisant les comportements humains décrétés comme immoraux afin in fine d’influencer le comportement individuel de chacun. Contraindre la liberté d’entreprendre autant que celle de penser. Bref plutôt que cette écologie de guerre n’existe-il pas une écologie de paix ? Un pamphlet impitoyable.



L’auteur : Jean-Marc Fédida est né en 1963 à Lyon, il devient avocat en 1988. Collaborateur de Georges Kiejman, il intervient très tôt dans les affaires les plus sensibles. Installé en 1991, il poursuit une carrière essentiellement consacrée aux affaires politiques et pénales sensibles. Son baptême du feu, c’est la défense de Madeleine Germon dans l’affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras. Depuis il est de tous les combats judiciaires politico-financiers médiatisés : HLM de la Ville de Paris, les affaires Tiberi, Tranchant, Bourgoin, Rossi, Chirac, Schuller, Clearstream, Total, etc. Il fait figure de plus jeune ténor du barreau parisien.
Il a publié en 2006 un essai, salué par toute la presse, intitulé L’Horreur sécuritaire, Les Trente Honteuses, ouvrage dans lequel il développe la thèse d’une régression sans précédent dans l’histoire de la République des libertés individuelles et publiques.

Impasses de Grenelle - De la perversité écologiste de : Jean-Marc Fédida - Editeur : Ramsay - Format : 140 x 205 - Nombre de pages : 208 - ISBN : 978-2-84114-950-6 - EAN : 9782841149506 - Prix public : 17,00

Article lu 2355 fois



forum

  • Impasses de Grenelle - De la perversité écologiste
    25 juillet 2008, par Jop

    Un livre choquant, dépeignant avec hargne une écologie liberticide, totalitaire, véritable étendard d’une guerre vers l’ennemi humain.
    Des parallèles plus que douteux avec le nazisme, les catastrophes d’Hiroshima et Nagazaki, le sida...
    L’auteur illustre ses propos déplacés de données rarement documentées (où est la bibliographie ?), jamais nuancées et parfois à la limite de la désinformation.

    A lire(ou pas)avec un très bon esprit critique !

    • Impasses de Grenelle - De la perversité écologiste
      25 juillet 2008, par François TATARD

      L’intoxication mentale mondiale

      A la fin du 18° siècle et au début du 20°, circulaient des hypothèses farfelues pour expliquer l’incompréhensible. On notera :

      - le fluide calorique que les lois de Joule vont anéantir mais qui restera dans les esprits littéraires pour faire croire à la pompe à chaleur aux rendements supérieurs à l’unité.
      - Le mouvement perpétuel pour lequel il faudra attendre le début du 20° siècle pour voir refuser les brevets par l’Institut de la propriété industrielle.
      - La génération spontanée que seul le grand Pasteur réussit à éradiquer.
      - L’effet de serre provoqué par des gaz erratiques particuliers ce qui entraînait la notion de lévitation des gaz lourds par convexion, dilution et courants d’air.

      De nos jours ne subsistent de ces ragots d’ignares, que la pompe à chaleur et l’effet de serre.

      De ces deux là, seul l’effet de serre connaît une exploitation commerciale en devenir. Cette exploitation est concentrée sur le gaz carbonique qui nourrit nos végétaux, avant de nourrir les hommes et les animaux.

      Comment gagner de l’argent avec le gaz carbonique ?

      La Société l’Air Liquide, un de nos meilleurs placements boursiers dits « de père de famille », vous communiquera les cours de vente au détail du CO2 comprimé dans des bouteilles d’acier.
      Le CO2, sans être rare par rapport à la demande, ne se trouve pas disponible n’importe où. On peut le récupérer, assez propre, dans les cuveries de fermentation. Moins pur, vous le trouvez sortant des sols volcaniques. Alors, direz-vous, pourquoi ne pas le prendre là où il est sensé provoquer le réchauffement climatique en vitrifiant notre atmosphère, par convexion ou dilution ?
      Parce que, à raison de trois litres de CO2 pour 10000…litres d’air, ce n’est pas une mince affaire. Rendez vous compte, c’est comme s’il vous fallait trouver trois billes noires insérées dans un tas de neuf mille neuf cent quatre vingt dix sept billes blanches, du même diamètre. C’est ce qu’on appelle chercher une aiguille dans une botte de foin.

      « Mais ! Monsieur ! Vous n’allez pas me faire croire qu’il n’y a que trois billes noires dans près de dix mille billes blanches pour changer le climat. Il y en aurait-il le double, soit 200% que cela ne changerait rien à la chose. Donc vous me mentez et les « scientifiques » du GIEC rectifieront vos mensonges »

      « Ah bon ! Vous ne voulez pas me croire parce que vous ne voulez pas apprendre les propriétés des gaz ? »

      « Non Monsieur ! Je ne vous crois pas parce que vous n’êtes pas le patron du CNRS, ni de l’ADEME. Tous les dirigeants politiques le confirment. C’est même écrit dans les journaux »

      « Alors si c’est écrit dans le journaux c’est que c’est vrai. Donc, désormais, vous paierez pour récupérer un gaz que les autres vendront »

      « Non Monsieur « ils » ont déjà commencé à le stocker dans la terre et ce n’est pas pour le vendre »

      « Ah Bon ! Mais dites-moi : j’ai besoin de l’échelle ; Tenez bien le pinceau.

      Des dérives encore plus graves : les biocarburants

      « Parfaitement, les journaux le disent : la France est toujours en retard, même sur le Brésil qui roule au sucre de canne. Pardon à l’éthanol »
      « Détrompez-vous cher Monsieur et un peu de patriotisme ! Que diable ! En effet, dès 1938 la France carburait à l’alcool et pas seulement dans le pinard et le pastis. Les excédents vinicoles et les marcs des vendanges étaient distillés. Ce n’était pas une mesure économique, mais politique, si on ne voulait pas voir le Sud vinicole se révolter avec violences. C’était déjà arrivé. Cet alcool était additionné à l’essence pour livrer un carburant au rabais appelé CARBURANT NATIONAL. Il était considéré, à juste titre, comme une belle saloperie. La consommation augmentait, le moteur peinait, n’avait plus de reprise, d’autant plus que les véhicules français étaient sous-puissants donc d’un très mauvais rendement, puisqu’il fallait les pousser à leurs limites. Vous voyez qu’on n’a pas attendu les Brésiliens et qu’on en a tiré une leçon qu’ils tireront plus tard à leur tour »

      Ce qu’on a fait en 1938 pour nos vignerons, l’Etat moutonnier s’apprête à le refaire pour nos betteraviers, enfants gâtes du blocus continental napoléonien. On va même l’étendre à toute l’agriculture en comblant les jachères imposées par l’EUROPE de Bruxelles.

      Intoxications financières

      Quand les services de l’Etat prétendent chiffrer leurs projets insensés, la même démarche les conduit à truquer tous les chiffres et de refuser de comparer ce qui est comparable.
      Ainsi des biocarburants dont le prix de revient hors taxes est comparé au prix de l’essence à la pompe.
      Ainsi des éoliennes qui s’amortissent sur un prix du KWH supérieur aux prix du KWH payé par l’abonné à l’EDF. Ce cadeau qui leur est fait est payé par le consommateur.

      Curieuse démarche de la pensée universelle. Nos « Marie Chantale » de l’écologie nous bourrent le mou avec l’appui des médias. Incapables de faire un simple calcul énergétique ou financier ils plaident pour éradiquer la « faim dans le monde » en conseillant aux affamés de produire un mauvais carburant plutôt que de la nourriture.
      Il y a quelques années, la presse spécialisée dans le sensationnel, pseudo scientifique, celle qui répand les âneries de l’effet de serre, claironnait qu’on avait réussi à extraire ou synthétiser des protéines à partir du pétrole. Les mêmes plaident, maintenant, pour transformer notre nourriture en carburant. Il faut vraiment que le lecteur ait une toute petite cervelle pour ne pas s’apercevoir qu’on se « paie sa tête ».
      Gille de Gennes vient de mourir. Sa grande âme n’aurait pas admis ces supercheries. Mais il n’est pas seul à refuser de suivre les papagalos de l’écologie officielle. Malheureusement, il y a tant de craintifs qu’on n’est pas à la veille de les entendre.

      Les Paniquards intéressés

      Qui sont-ils ?
      On les appelle des « scientologues ». Façonnés à la sauce enseignante de 1968, ils ont été formés aux disciplines abâtardies par les débauches sémantiques des fameuses mathématiques modernes, censées ouvrir à tous l’accès facile aux sciences. On les appelle météorologues, climatologues, astrologues, tous adeptes des sciences divinatoires.
      De leurs études, ils ont retenu des formules sans comprendre ni essayé de comprendre les sciences qu’on leur enseignait si mal.
      Cela a commencé dès l’école primaire. Il suffit de comparer les vieux livres de « leçons de choses » d’avant et d’après 1968.
      A ces ectoplasmes de scientifiques on a donné des chefs formés à Science Po et Normale Sup dans les disciplines littéraires rénovées à l’ENA par un vernis de droit public.
      Une campagne gigantesque, mondiale, d’intoxication, a été lancée avec toute la puissance des médias. Que ce soit pour un motif charitable ou salvateur, un seul but : des crédits, du pognon. Pourtant, tout ce qui avait été découvert aux siècles précédents l’a été sans ces fameux crédits.
      De CROZEMARIE à nos grands patrons du CNRS jusqu’à ce Ministre surnommé « le docker de Somalie », il n’y a pas loin. L’important n’est pas de posséder mais de disposer. Voyages, voitures, hôtels de luxe Etc.…
      Oui ! Mais la recherche a besoin d’argent ? Comment utilise-t-elle cet argent ? Lisez les bilans, ceux des officines de recherche et ceux des professionnels de la charité. Recomptez ce que dépensent les fameux Chefs Chercheurs ou Présidents charitables dans le « tourisme universitaire », dans les « séminaires », « colloques » « voyages d’études ». Ces gens-là se feraient sodomiser pour un billet d’avion, une note de frais, car, ces manifestations se font de préférence dans les hauts lieux du tourisme, le plus loin possible sous les tropiques. Ou alors, on leur paie de beaux bateaux, croisières à la clé.
      Déjà, la République, dans le passé, a financé ce type de tourisme scientifique « bidon ». On a encensé Charcot, médecin allergique à la médecine, yachtman refoulé, navigateur approximatif, auto proclamé Commandant, et son inutile POURQUOI-PAS, financé par le contribuable et naufragé avec lui. ESTIENNE a repris le flambeau. L’océanographie est aussi un prétexte à de bien belles croisières.
      Pour entretenir la pompe à finances, rien de tel que de flanquer la panique. Quand il a la trouille, le contribuable est bien plus malléable ? Pour cela, on va chercher dans le showbiz, les HULOT, les BARNIER,…. Ils sont légion à courir après la manne électorale et ses prébendes. Sans chercher bien loin, on en trouve aussi à l’Académie des Sciences, de toutes les sciences, de tous les pays du monde.

      « Pigeons de tous les pays : unissez-vous…Et payez »

 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 10176360

28 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable