CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Média du Développement durable > Web
Suite à une campagne internationale de Greenpeace

Facebook s’engage pour un avenir énergétique plus propre

samedi 17 décembre 2011
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Presque deux ans après le lancement de la campagne mondiale de Greenpeace, "unfriend coal" qui demandait à Facebook et à ses dirigeants d’alimenter ses data center grâce aux énergies propres plutôt qu’au charbon, le réseau social prend le virage d’un futur énergétique propre. Une victoire pour Greenpeace qui a réussi à mobiliser 700 000 militants en ligne.



L’ONG précise : "Facebook a annoncé le 15 décembre qu’il s’engage à promouvoir les énergies renouvelables, encourager leur production, et élaborer des programmes permettant aux utilisateurs de Facebook d’économiser l’énergie". Vous pouvez voir la page dédiée Green on Facebook en cliquant ici.

L’industrie informatique et logicielle est aujourd’hui en plein boom, économique mais aussi énergétique. Alimenter des fermes de serveurs constamment en expansion, mais aussi les refroidir sont particulièrement couteux du point de vue énergétique. Pour Greenpeace, ces entreprises innovantes, à la pointe de la technologie, se doivent donc d’innover aussi dans ce domaine.

Une victoire pour Greenpeace qui a réussi à mobiliser 700 000 militants en ligne

Facebook annonce ainsi aujourd’hui une série de mesures clés : d’alimenter en énergie ses installations, et notamment ses data centers, en utilisant les énergies renouvelables. Le réseau social s’engage également à innover en matière énergétique, grâce à l‘Open Compute Project.

Ce projet vise à chercher de nouvelles solutions afin d’optimiser l’énergie utilisée sur les serveurs, tout en assurant un service constant et de qualité à ses utilisateurs. L’Open Compute Project se propose de partager ces connaissances et ce savoir-faire avec les autres acteurs du secteur informatique… Facebook annonce d’ores et déjà des chiffres encourageants : la solution est annoncée comme 38% plus efficace et 24% moins chère qu’un serveur “classique”. En lire plus sur l’Open Compute Project.

"Ce mouvement du réseau social constitue une première, et surtout, un exemple à suivre pour le secteur informatique !" se félicite l’ONG.

Greenpeace va s’impliquer dans ce projet Open Compute, pour accompagner sa mise en œuvre et évaluer les résultats, aux côtés de Facebook, pour contribuer à promouvoir un nouvel avenir énergétique et pousser les industries à basculer vers un modèle énergétique plus efficace, durable, renouvelable au moment où l’urgence climatique se fait pressante. "Facebook positionne la barre très haut, pour les autres entreprises du secteur technologique et du “cloud computing”, telle que Apple, IBM, Microsoft, ou encore Twitter. À nous de leur faire passer le message !" annonce clairement Greenpeace.

Rappel des faits

En septembre 2010, à quelques jours de la sortie en salle du film "The Social Network", qui retrace le parcours de Mark Zuckerberg et les étapes de la création de Facebook, Greenpeace lançait sa propre version du film, intitulée "The So Coal Network". Le scénario retrace la rencontre et l’histoire d’amour de Facebook avec cette énergie polluante, le charbon :

Facebook : Greenpeace invite Mark Zuckerberg à abandonner le charbon Ce sujet a émergé en janvier 2010, lorsque Facebook annonçait la construction d’un data center à Prineville, dans l’Oregon, dont la principale source d’alimentation en énergie seraient des centrales à charbon… Greenpeace a réagi à cette annonce, créant, sur Facebook un groupe We want facebook to use 100% renewable energy pour signifier aux administrateurs et dirigeants du réseau social que les utilisateurs ne voulaient pas utiliser de charbon. Ce groupe s’est enrichi de nouveaux membres, venant du monde entier et regroupe aujourd’hui (décembre 2011) près de 700 000 membres.

Début septembre 2010, Kumi Naidoo, le directeur général de Greenpeace international, interpellait directement Mark Zuckerberg dans une lettre, arguant de la nécessité pour l’entreprise, qui connecte des millions de gens, d’avoir un comportement exemplaire : " Aucun chef d’entreprise mondiale, et surtout pas celui qui arrive à connecter tant de personnes chaque jour, ne peut nier qu’aujourd’hui, c’est à la fois une menace pour la réputation de l’entreprise et un risque pour sa santé financière que d’ignorer les impacts environnementaux de son entreprise". Voici la réponse de Facebook à cette lettre.

Greenpeace indiquait alors : "Nous souhaitons voir le succès de Facebook se confirmer. Mais nous voulons aussi que les utilisateurs, les internautes ne souffrent pas des mauvais choix fait par l’entreprise. Cette vidéo est une nouvelle tentative pour aider Facebook à entrevoir la réalité : le charbon aura des conséquences négatives sur chacun d’entre nous. Il est temps de rompre !"

C’est désormais entendu...

Article lu 3429 fois

lire aussi :
  • L’efficacité énergétique : faire plus avec moins


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9835751

    51 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable