CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Média du Développement durable > Cinéma
Le 30 mars 2011 au cinéma

Bonobos avec Claudine André : le combat d’une femme pour sauver les grands singes

mardi 29 mars 2011
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Le producteur de "Loup" et du "dernier trappeur" nous conte l’histoire vraie et émouvante du retour d’un adorable petit bonobo à la vie sauvage, dans un documentaire à découvrir le 30 mars prochain au cinéma. Beni, un jeune bonobo du nord du Congo, est capturé par des braconniers. Sa mère a été abattue en voulant le protéger. Après avoir vécu quelques mois en captivité comme un animal de foire dans un bar de Kinshasa, Béni est récupéré en piteux état par Claudine André.



Cette Française, émule de Diane Fossey ou de Jane Goodall, consacre sa vie à la défense de ce grand singe menacé. Elle ramène alors Beni dans le sanctuaire qu’elle a créé à proximité de Kinshasa. Là, dans ce morceau de jungle, Beni va retrouver goût à la vie au milieu de ses congénères et peut-être pouvoir être réinséré dans son habitat naturel.

A travers l’histoire attendrissante de ce bonobo facétieux et rieur, on découvre une espèce d’une intelligence rare mais menacée, tout autant que le combat admirable de Claudine André pour protéger l’espèce la plus proche de l’Homme sur Terre, miroir de notre propre humanité.

Bande annonce

Claudine André © SND Ce film réalisé par André Tixier, dont l’histoire est racontée par Sandrine Bonnaire, sortira sur vos écrans le 30 mars prochain. En attendant, je vous invite à découvrir le site dédié au sanctuaire créé par Claudine André Lola ya Bonobo ! en cliquant ici. Depuis cette réserve unique au monde, elle recueille les orphelins bonobos et accueille des centaines d’enfants pour des programmes pédagogiques portant sur les espèces protégées, le trafic de viande de brousse, la déforestation...

Claudine André a également écrit Une tendresse sauvage. Dans ce livre publié aux éditions Calmann-Lévy en 2006, on découvre une femme hors du commun, qui se considère comme congolaise malgré ses cheveux roux et ses yeux bleus. Elle raconte son enfance de rêve, digne du Lion de Kessel, sa passion pour l’Afrique, la paupérisation inexorable de son pays et, surtout, sa " tendresse sauvage " pour ses petits pensionnaires, dont la personnalité complexe, très individualisée et pour tout dire étrangement humaine, nous séduit et nous émeut au fil des pages. Pour en savoir plus cliquez ici.

© SND

Qui sont les bonobos ?

© SND Le bonobo est un espèce endémique à la seule République Démocratique du Congo. Il vit au plus profond de la forêt du bassin du Congo, dans une zone de forêt marécageuse située entre le fleuve Congo au nord et les rivières Kasai et Sankuru au sud. C’est tardivement, en 1928, qu’un scientifique américain, Hal Coolidge, découvrit au Musée de Tervuren (Belgique) deux crânes de chimpanzés, considérés pour lui, à tort, comme "juvéniles". Il décida alors, qu’il se trouvait face à une autre espèce. Ce n’est que plus tard, qu’un anatomiste, Ernest Schwartz, lui donna son nom scientifique de Pan Paniscus par comparaison avec le chimpanzé "ordinaire" appelé Pan Troglodytes. Son nom actuel, Bonobo, viendrait d’une déformation du nom du village "Bolobo" qui se trouve sur le fleuve Congo et d’où provenaient les caisses contenant les premiers bonobos.

Le bonobo, 100% Congolais

Le bassin du Congo couvre la deuxième forêt tropicale humide de la planète. Grand comme cinq fois la France, la RDC compte environ 86 millions d’hectares de forêt équatoriale, la moitié de son territoire. Elle abrite une biodiversité importante, avec des espèces de faune et de flore rares et des plus diversifiées – gorilles, éléphants des forêts, okapis et bonobos sont parmi les espèces les plus emblématiques. La forêt congolaise est une ressource vitale, tant pour l’environnement que pour les populations locales. Près de 40 millions de congolais dépendent d’elle pour pourvoir à leurs besoins. Une forêt partiellement classée au patrimoine de l’UNESCO et qui joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la planète.

© SND La coalition des femelles − sexe et paix

Comme les chimpanzés, les bonobos partagent 98,7% de notre patrimoine génétique. Sa croissance morphologique est identique à celle de l’espèce humaine. Ainsi, par exemple, les jeunes bonobos perdent leurs dents de lait entre 5 et 7 ans, l’âge de la puberté varie entre 9 et 11 ans et les femelles ont un cycle ovarien très similaire. Le bonobo est un grand pacifique et ce sont les femelles qui font régner la paix. Les actes et jeux sexuels font partie intégrante de son quotidien. Peu importe votre âge ou votre sexe – si vous êtes un bonobo, le sexe joue un rôle capital dans votre vie sociale et dans la préservation de la paix au sein de votre communauté. Ce qui importe le plus dans une communauté bonobo, c’est la sérénité et le plaisir d’être “heureux” ensemble.

Pourquoi les bonobos sont –ils en danger ?

© SND Notre plus proche cousin est en danger d’extinction. Estimés à environ 100.000 individus dans les années 1980, les sources les plus sérieuses estiment qu’il n’y aurait plus que 5.000 à 20.000 bonobos restant à l’état sauvage – guère plus que la population d’une bourgade ou d’une petite ville de province...

Le biotope des bonobos, longtemps protégé par l’inaccessibilité de sa forêt, est menacé par le braconnage et la déforestation, résultats de plus de 10 ans de conflits violents et meurtriers. Les déplacements de population fuyant les combats ou à la recherche de quoi survivre ont érodé les tabous ancestraux protégeant les bonobos, tandis que la présence de soldats armés mais trop souvent impayés a favorisé la recrudescence de la chasse et du trafic d’espèces protégées...

Protégé par les lois congolaises et par la Convention de Washington (CITES), le bonobo est pourtant toujours victime du trafic de viande de brousse et des braconniers. Lorsque la maman est tuée pour sa viande, le bébé orphelin est vendu sur les marchés et dans les rues de Kinshasa comme animal de compagnie.

Avec la paix récemment retrouvée, la prochaine décennie sera cruciale pour convaincre la nouvelle génération de congolais de contribuer à la survie de l’espèce. Le dernier des Grands Singes a avoir été découvert pourrait être le Premier à disparaître...

© SND

Article lu 5550 fois



forum

  • Bonobos avec Claudine André : le combat d’une femme pour sauver les grands singes
    8 juin 2011

    Bonjour,
    Je crois qu’une mauvaise information vous est parvenue, en effet, Claudine André est née en Belgique à La Hestre de parents
    belges. Son père était vétérinaire.
    En vous remerciant de votre suivi
    Cordialement
    André Dekoster

  • Bonobos avec Claudine André : le combat d’une femme pour sauver les grands singes
    19 février 2011, par La Vallée des Singes

    L’action de Claudine André est absolument admirable et sans pareil.
    Les zoos européens tentent à leur niveau d’oeuvrer à la conservation de cette espèce. Et nous aurons bientôt la chance de pouvoir observer un groupe de bonobos en France puisque à partir de 2 avril 2011, la Vallée des Singes (à Romagne, dans la Vienne, 86) présentera au public le seul groupe de bonobos en France, un des rares en Europe (8 autres parcs animaliers en Europe ont l’honneur de soigner ces anthropoïdes si proches des humains par bien des aspects).

 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9836372

58 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable