Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

UNICEF France et ses partenaires alertent sur les effets de la pollution de l’air sur les enfants

Alors que le projet de loi d’orientation des mobilités vient d’être examiné au Sénat et à quelques jours de la Journée Mondiale de la Santé, UNICEF France lance la campagne ”Pour chaque enfant, un air pur !”. Pour la première fois, un diagnostic sur la pollution atmosphérique de nos villes et ses effets sur les enfants est rendu public, accompagné de recommandations concrètes. Réalisé par UNICEF France et ses partenaires (le Réseau Action Climat, Respire, et le WWF France), le rapport “Pour chaque enfant, un air pur ! Les effets de la pollution de l’air en ville sur les enfants” met en évidence l’urgence d’agir pour préserver la santé des enfants. Il est illustré par Lisa Mandel, qui pose un regard décalé sur un enjeu crucial de santé publique. Rassemblant les données existantes sur un sujet encore trop peu documenté, ce rapport a pour objectif d’alerter et d’informer les citoyens mais aussi d’interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de prendre des mesures fortes pour préserver la santé de tous et surtout des enfants.

Les enfants, particulièrement vulnérables

Plus de trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France ! Les enfants sont les premiers touchés par la pollution en raison notamment de l’immaturité de leurs organismes et de la fréquence à laquelle ils respirent (une fois et demie plus élevée que celles des adultes). Un grand nombre de pathologies qui prennent racine dès l’enfance et même dès le stade fœtal (asthme, allergies, eczéma, syndromes dépressifs, diabètes, obésité…) sont directement liées à la pollution de l’air. Le rapport rappelle que la principale source de pollution atmosphérique dans nos villes est le trafic automobile, et que 63% des émissions d’oxyde d’azote y sont liées. Ainsi, vivre à proximité d’axes routiers à forte densité provoquerait 15 à 30% de nouveaux cas d’asthme chez les enfants. De plus, la majorité des lieux d’accueils pour enfants se trouvant à proximité d’axes routiers, leur exposition à un air pollué est accentuée. A Paris, un établissement scolaire sur quatre se trouve dans un lieu dépassant régulièrement les normes européennes, il en va de même des stades, parcs et autres infrastructures sportives. La Professeure Jocelyne Just, cheffe du service d’allergologie pédiatrique à l’Hôpital Trousseau, AP-HP, a contribué par son expertise scientifique à mettre en avant les effets les plus néfastes de cette pollution pour les enfants et affirme : “Les pics de pollution sont très mauvais pour la santé et ils provoquent une hausse des venues aux urgences pour des crises d’asthme. Mais, il y a surtout une pollution de fond à laquelle nous et nos enfants sommes exposés en permanence et qui attaque notre organisme (poumons, circulation, cerveau, immunité)”. Pourtant, des solutions concrètes existent pour protéger les enfants Pour Sébastien Lyon, directeur d’UNICEF France, « La pollution de l’air n’est pas irréversible si les décisions qui s’imposent sont prises aux niveaux national et local pour améliorer la qualité de l’air. La Loi d’orientation des mobilités est l’occasion de prendre des mesures concrètes. » UNICEF France et ses partenaires proposent des recommandations concrètes pour inverser la tendance : – généraliser les Zones à faibles émissions (ZFE) dans les villes, notamment autour des lieux accueillant des publics fragiles (crèches, écoles, hôpitaux…), pour réduire progressivement la place de la voiture essence et diesel et favoriser l’essor des motorisations à très faibles émissions – accompagner et soutenir financièrement les collectivités et les usagers, pour développer des solutions de mobilité plus propres (marche, vélo, transport en commun, co-voiturage…) et ainsi sortir de la dépendance à la voiture individuelle – mieux sensibiliser la population aux risques de la pollution de l’air pour la santé des enfants. En effet, plusieurs études démontrent que la réduction du trafic routier et un changement de politique des mobilités aux niveaux local et national ont un effet direct d’amélioration de la santé, de la qualité de vie, et de réduction d’hospitalisations et de prévalences de maladies… Face à l’urgence sanitaire que représente l’exposition de tous et en particulier des enfants à la pollution de l’air, il est grand temps de modifier nos modes de vies urbains pour rendre l’air des villes respirable.

Vidéo

Cette vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, accompagne la publication afin de rendre visibles les répercussions de la pollution de l’air sur le développement des plus jeunes.

Rapport

Pour chaque enfant, un air pur ! LES EFFETS DE LA POLLUTION DE L’AIR EN VILLE SUR LES ENFANTSTélécharger le rapport complet avec les recommandations, illustré par Lisa Mandel

En partenariat avec

capture_d_e_cran_2019-04-04_a_16.56.32.png Et avec l’appui scientifique de la Fédération Atmo France À propos d’UNICEF capture_d_e_cran_2019-04-04_a_17.00.39.png UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans toutes ses actions. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. À propos des partenaires RAC Le Réseau Action Climat France regroupe 22 organisations nationales de défense de l’environnement, d’usagers des transports, de promotion d’alternatives énergétiques et de solidarité internationale. Notre but est d’inciter les décideurs et les citoyens à prendre des mesures pour limiter l’impact des activités humaines sur le climat. WWF France Le Fond Mondial pour la Nature (WWF) est l’une des toutes premières organisations indépendantes de protection de l’environnement dans le monde, avec un réseau actif dans plus de 100 pays et fort du soutien de près de 6 millions de membres. Le WWF France, Fondation reconnue d’utilité publique, œuvre pour une planète vivante depuis Paris, Marseille, les Alpes, la Guyane et la Nouvelle-Calédonie. Appui scientifique Atmo France est la fédération du réseau national des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA). À travers ses actions, Atmo France poursuit un objectif d’intérêt général, celui de contribuer, aux côtés des autres acteurs nationaux, à doter la France d’un dispositif efficace qui assure tant la surveillance de la qualité de l’air que l’évaluation et le suivi des actions visant à l’améliorer.

 

Documents joints

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...