Dans l'actualité :

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde...
« La RSE, un opérateur de créativité politique ? »

Les fondements éthiques de la Responsabilité Sociale

RSE et norme Iso26000, se donner les moyens d’une autonomie collective avec une éthique qui conjugue ensemble Vertu, Justice et Soutenabilité.

par François Vallaeys : A l’heure des risques nucléaires, écologiques, génétiques, technologiques, sanitaires, etc. il faut nous responsabiliser pour la soutenabilité du genre humain, entendue comme justice et autonomie pour les générations présentes et futures, plutôt que comme simple « protection de la nature ». Face à une « société mondiale du risque », où les puissances techniques, industrielles et scientifiques exigent une nouvelle gouvernance multilatérale démocratique pour ne pas mettre en danger l’humanité, la Responsabilité Sociale est le moyen de rendre opérationnelle, dans les organisations, cette responsabilité globale de l’humanité. La Responsabilité Sociale poursuit ainsi un mouvement historique de socialisation de la responsabilité, initié dès le XIXème siècle, et qui correspond à la montée des risques sociaux chroniques.

La Responsabilité Sociale est un nouveau type de responsabilité, où l’agent est redevable non plus seulement vis-à-vis de ses actes, mais aussi vis-à-vis des impacts systémiques de ses actes. Or, comme on ne peut imputer directement les effets systémiques aux agents (la Responsabilité Sociale n’est pas « culpabilité sociale »), Escalier.jpg la Responsabilité Sociale se conçoit adéquatement sous deux conditions : (1) la gestion des impacts négatifs des organisations ; (2) l’association en coresponsabilité entre tous les participants à la solution de ces impacts négatifs. En effet, opposer directement aux agents sociaux les impacts de leurs actes serait injuste et inefficace, mais on peut les rendre redevables de participer de manière coresponsable à la suppression des impacts négatifs de leurs actes. La Responsabilité Sociale crée donc de nouveaux sujets collectifs inter organisationnels. Elle est un opérateur de créativité politique. La Responsabilité Sociale est un concept éthique collectif de coresponsabilité. Elle n’est pas « ma » responsabilité « vis-à-vis » de la société (considérée comme objet), mais « la » responsabilité « de » la société (considérée comme sujet). Facade.jpgIl s’agit donc de construire une société réflexive capable de s’observer et de se corriger elle-même, de façon publique, dialogique et transparente. L’autonomie collective est le moyen et la fin d’une politique de soutenabilité socialement responsable. La Responsabilité Sociale n’est pas un libre engagement facultatif, mais un devoir qui oblige toutes les organisations, et dont il faut réguler le suivi par une « régulation hybride » utilisant toutes les formes de contraintes justes et efficaces : éthiques, juridiques, de marché, de normalisation professionnelle, de qualité, de réputation, d’association sous obligation mutuelle, etc. Comme elle concerne toutes les organisations (Etats, organismes publics internationaux, ONG, institutions scientifiques et académiques),

la Responsabilité Sociale doit sortir du strict cadre entrepreneurial :

sortir de l’étroite « RSE » pour parler de la Responsabilité Sociale en général, notamment de la Responsabilité Sociale des Sciences, qui doivent de toute urgence entrer dans un processus de démocratisation et de mise en vigilance citoyenne. Il convient également que les Universités assument la mise en dialogue et en intelligence des organisations pour assumer la soutenabilité de la société technoscientifique (Responsabilité Sociale Universitaire– RSU). Par rapport à cette définition philosophique de la Responsabilité Sociale, la norme ISO 26000 permet de dépasser les approches philanthropiques de la RSE, d’asseoir le consensus autour de la définition de la Responsabilité Sociale comme gestion d’impacts, et de poser le « développement soutenable » comme but de la responsabilisation sociale. Mais il lui manque de souligner l’exigence d’association en coresponsabilité et de se dégager de la théorie des parties prenantes qui n’assure pas l’obligation au dialogue et à la gouvernance partagée entre partenaires organisationnels égaux aux pouvoirs symétriques. Or cette dimension est nécessaire pour faire rentrer les entreprises et les sciences en démocratie. Il faut remplacer la théorie des « partie prenantes », qui n’offre aucune garantie de symétrie et de légitimité des revendications, par une véritable mise en interlocution des organisationsFenetre.jpg face à des partenaires organisationnels coresponsables, lanceurs d’alerte, professionnellement compétents et porteurs d’enjeux universalisables, le tout sous le regard de l’espace public. Le meilleur modèle philosophique pour penser la Responsabilité Sociale est l’éthique de la discussion, la seule éthique où l’on cherche à résoudre les conflits par le dialogue consensuel, sans imposer un bien en soi, sans demander le sacrifice des intérêts particuliers, mais en les obligeant pourtant à se dépasser vers la réalisation de buts pouvant prétendre à l’accord universel entre tous les interlocuteurs. Une organisation socialement responsable est celle qui pourrait recevoir l’assentiment de tous au sein d’une communauté idéale de communication.

La nouvelle éthique que la Responsabilité Sociale réclame

Une éthique en 3 dimensions, qui conjugue les devoirs de Vertu, Justice et Soutenabilité. S’il manque l’une de ces 3 dimensions, l’éthique est soit inefficace, soit potentiellement dangereuse. Il nous faut donc désormais continuer l’effort de faire le bien dans une société juste, mais en y rajoutant le but de participer à la construction d’un monde soutenable, c’est-à-dire habitable et hospitalier, au présent comme au futur. Extrait de « Les fondements éthiques de la Responsabilité Sociale » François Vallaeys,  
Docteur en philosophie 
spécialiste de la responsabilité sociale 
et de l’éthique appliquée aux organisations  

 


Illustrations © Christophe Claudel

A lire

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est attaqué par l’extrême droite européenne qui veut son abolition. Neil Makaroff, expert des politiques climatiques...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport du GIEC, Altitude Agriculture d'AXA Climate permet de quantifier le risque climatique pesant sur les...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde 30 arguments anti-écolo passés au crible, déconstruits avec méthode et humour. Tous les principaux thèmes...

5 Commentaires

  1. RSE et norme Iso26000, se donner les moyens d’une autonomie collective avec une éthique qui conjugue ensemble Vertu, Justice et Soutenabilité.
    Bonjour

    En complément bibliographique à votre article je vous informe être l’auteur de :
    « Responsabilité sociétale et ressources humaines » édition Afnor 2011 traitant de l’importance de l’autonomie, de la responsabilité dans les enjeux de développement durable et de Responsabilité Sociétale. J’ai également écrit un article « La RSE boîte à outil de l’amélioration permanente » édité sur le blog : http://blog.adhere-rh.com

    Je me tiens à votre écoute et vous remercie pour la qualité de vos flux

    Bien cordialement
    Monique Gouiran

    • RSE et norme Iso26000, se donner les moyens d’une autonomie collective avec une éthique qui conjugue ensemble Vertu, Justice et Soutenabilité.
      Merci pour le renseignement. Il est en effet fondamental de lier intimement démarche éthique, RS et amélioration continue.
      bien à vous
      François Vallaeys

      • RSE et norme Iso26000, se donner les moyens d’une autonomie collective avec une éthique qui conjugue ensemble Vertu, Justice et Soutenabilité.
        Merci à vous.Je viens de terminer un nouvel ouvrage qui paraîtra le 01 avril aux Editions Afnor qui replace la démarche RSE DD dans le concept d’approche systémique et d’empowerment. Dans ce troisième ouvrage, le concept de RSE est également placé au coeur de l’économie sociale et solidaire à partir d’expériences concrètes réalisées en entreprise.

        Son titre « Les indicateurs de la RSE et du Développement Durable : l’ISO 26000 au coeur de l’économie coopérative

        A votre écoute et encore merci pour la qualité de vos articles
        Bien à vous
        Monique Gouiran

        • RSE et norme Iso26000, se donner les moyens d’une autonomie collective avec une éthique qui conjugue ensemble Vertu, Justice et Soutenabilité.
          Bonjour

          Voici le lien vous permettant d’accéder à mon troisième ouvrage : « Les indicateurs clés de la RSE et du Développement Durable : l’ISO 26000 au coeur de l’économie coopérative ».

          Je me tiens à votre écoute
          Bien cordialement
          Monique Gouiran

          • 3ème ouvrage de Monique Gouiran aux Editions Afnor sur CDURABLE.info : Les indicateurs clés de la RSE et du développement durable.
            L’info sur votre ouvrage est maintenant en ligne sur CDURABLE.info