Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Réduire la mortalité des oiseaux causée par les lignes électriques, un partenariat européen

Partenariat entre associations de protection de la nature (LPO, France Nature Environnement [FNE]) et entreprises (RTE, Enedis)
Partenariat entre associations de protection de la nature (LPO, France Nature Environnement [FNE]) et entreprises (RTE, Enedis)

Un partenariat pour réduire l’impact des réseaux électriques sur les oiseaux en Europe

Rare exemple de coordination entre des associations de protection de la nature (LPO, France Nature Environnement [FNE]) et des entreprises (RTE, Enedis), le Comité National Avifaune (CNA) favorise les relations entre les gestionnaires du réseau électrique français et les naturalistes, afin d’élaborer et mettre en œuvre des actions de protection ciblées et coordonnées visant à limiter l’impact des lignes électriques sur les oiseaux. Le CNA se réunit en colloque le 25 novembre 2022 pour présenter les progrès et innovations réalisés depuis sa création en 2004, dont le déploiement de ses activités à l’échelle européenne. CNA%20nouveaux%20logos.JPG Les oiseaux font l’objet d’une attention particulière à proximité des lignes électriques car ils sont historiquement exposés à deux principaux types de dangers : la collision et l’électrocution. La vulnérabilité diffère selon les espèces en fonction de leur taille, de leur répartition et de leur comportement mais pour certains rapaces emblématiques comme le Vautour moine, le Gypaète barbu, l’Aigle de Bonelli ou le Milan royal, les lignes électriques constituent un risque majeur de mortalité. Sur les 70 oiseaux admis pour électrocution dans les centres de soins pour la faune sauvage de la LPO en 2021, 88% étaient des rapaces et seuls 3 ont survécu. Face à ce constat, la LPO et FNE se sont associées dès 2004 aux gestionnaires des réseaux français, RTE et Enedis, pour créer le Comité National Avifaune afin de travailler ensemble à la recherche de solutions. S’est installée au fil des ans une relation de confiance et une implication durable, où prime le souci de mieux protéger les espèces. Rejoint depuis 2013 par le Ministère de la Transition Energétique, le CNA permet le retour d’expériences sur les initiatives menées, l’analyse des difficultés rencontrées sur le terrain et la mobilisation des acteurs locaux.

Un déploiement européen

Réduire la mortalité des oiseaux causée par les lignes électriques, un partenariat européen En janvier 2023, le projet LIFE SafeLines4Birds, entièrement dédié à la sécurisation des oiseaux susceptibles d’évoluer aux abords de lignes électriques, débutera pour 6 ans et visera également à apporter des solutions aux risques de collisions, d’électrocution et de dérangement de l’avifaune. Doté d’un budget total de près de 15 millions d’euros cofinancé par la Commission Européenne, il permettra notamment l’installation de 180 plateformes pour la nidification des cigognes et la mise en place de 4000 dispositifs de dissuasion de rapprochement des oiseaux des lignes électriques en France, en Belgique et au Portugal.
LIFE Gypconnect
LIFE Gypconnect
Dans le cadre du projet LIFE Gypconnect également financé par l’Europe et coordonné par la LPO entre 2015 et 2022 pour la sauvegarde du Gypaète barbu, un inventaire des installations présentant un danger pour ce rapace avait déjà abouti à la neutralisation de près de 13 km de lignes électriques. De telles actions seront poursuivies jusqu’en 2028 par le nouveau projet LIFE Gyp’Act.
Agissons pour demain en faveur du Gypaète barbu…
Agissons pour demain en faveur du Gypaète barbu…

L’innovation au service des oiseaux

Les échanges au sein du CNA ont permis de sélectionner, puis de perfectionner des dispositifs pour protéger les oiseaux à proximité des installations à risque, par exemple grâce à des balises qui ont un rôle préventif dans la percussion des lignes par les oiseaux, grâce à leurs bandes réfléchissantes qui tournoient dans l’air. Enedis a mis au point un procédé innovant qui permet d’installer ces « balises avifaunes » sur les câbles à haute tension dans des lieux difficiles d’accès (montagnes, zones humides), sans couper le courant, à l’aide de drones spécialement conçus à cet effet. D’autres balises ont été mises au point, pour RTE, afin d’équiper des tronçons à forts enjeux pour certaines espèces menacées. Constituées de deux demi-sphères rouge et jaune en aluminium qui s’emboîtent, ces « avisphères » restent visibles par les oiseaux de jour comme de nuit, quel que soit leur angle de vol. L’application mobile « Avifaune et câbles » recense également les zones sensibles et répertorie les lignes à risque. C’est un outil précieux pour les gestionnaires de réseaux qui peuvent ainsi profiter de travaux de maintenance courante pour réaliser des opérations de protection des oiseaux en neutralisant un danger ainsi signalé. Dans un premier temps utilisée dans le Parc national de la Vanoise, elle sera bientôt déployée sur un territoire plus vaste. Les pylônes électriques offrent même aujourd’hui de nouveaux sites de nidification à certaines espèces protégées, comme le Balbuzard pêcheur dont près de 30% de la population française niche à leur sommet. capture_d_e_cran_2022-11-25_a_10.07_15.png

 

Documents joints

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...