Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Publication du rapport international du Gaz 2019

Le rôle essentiel du gaz dans la transition énergétique mondiale se confirme avec environ 2 % de croissance annuelle jusqu’en 2040.

Le marché mondial du gaz a enregistré une croissance significative de 5 % en 2018.

Snam, l’Union internationale du gaz (IGU) et le Boston Consulting Group (BCG) présentent le rapport international du gaz 2019 (Global Gas Report), nouvelle édition du rapport annuel qui examine les tendances mondiales clés du marché du gaz et analyse les développements et progrès vers le rôle majeur que le gaz est appelé à jouer dans la transition énergétique.

Cette année, Teréga, ainsi que d’autres opérateurs européens d’infrastructures gazières, comme DESFA (Grèce), Interconnector UK (Royaume-Uni) et TAG (Autriche) ont contribué à la rubrique spéciale dédiée à l’avenir du gaz en Europe.

Avec la montée en puissance du GNL, les prix du gaz naturel sur les places de marché régionales ont subi des baisses régulières et le gaz est devenu plus abordable pour davantage de consommateurs. Cela a entraîné une demande en hausse de 5 % en 2018 dans le monde – principalement due à la consommation de la Chine et des États-Unis – et une augmentation des échanges de gaz internationaux de 4 %. Cette augmentation s’est faite notamment au détriment du charbon.

Pour sa troisième édition, le rapport réitère ce scénario positif pour le gaz naturel au niveau mondial. Au cours des cinq dernières années, le marché a connu une croissance moyenne annuelle de 2 %, un taux qui devrait se maintenir jusqu’en 2040 et permettre au gaz d’atteindre 25 % du mix énergétique mondial à cet horizon. Cela s’explique par la moindre empreinte écologique du gaz en comparaison avec les autres carburants fossiles, mais aussi par une augmentation des sources d’approvisionnement et une compétitivité accrue des prix.

La croissance de la demande gazière au niveau mondial est ainsi déterminée par la compétitivité des prix de cette énergie, en plus des avantages qu’elle offre pour la transition vers un monde sobre en carbone. Le gaz, que l’on trouve en abondance, a la particularité d’approvisionner les systèmes énergétiques du monde entier dans un contexte de mutation rapide, tout en étant capable de soutenir la croissance économique et de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à l’amélioration de la qualité de l’air de façon immédiate.

« Dans un contexte de forte mutation du secteur énergétique, ce rapport a le mérite de dresser un panorama factuel du monde du gaz qui met en évidence son rôle essentiel dans la transition énergétique mondiale pour les années à venir« . Dominique Mockly, Président et Directeur Général de Teréga.

Le rapport souligne que le gaz naturel peut contribuer à la mise en place d’un système énergétique mondial plus propre. Il doit cependant relever ses propres défis, tels que la nécessité d’un investissement soutenu afin d’élargir l’accès aux réserves mondiales de gaz à bas coût, ou encore l’acheminement, le stockage et la distribution, en particulier dans les économies émergentes qui verront leur consommation grimper. Les coûts, la disponibilité et l’amélioration de l’empreinte carbone du gaz seront également déterminants pour l’avenir de cette ressource. Les efforts en matière de réduction des émissions de méthane et la mise à disposition des données correspondantes sont donc indispensables. Enfin, les gouvernements ont tout intérêt à mettre en place des politiques d’aides en faveur de l’innovation afin de soutenir le développement de technologies permettant au gaz de réduire globalement son empreinte carbone (gaz renouvelable, hydrogène, captage, stockage et utilisation du CO2 [CCUS]). De telles technologies peuvent en effet fournir des pistes efficaces de réduction drastique et à long terme des émissions de gaz à effet de serre issus du système énergétique.

La section intitulée Future of Gas in Europe (L’avenir du gaz en Europe) explore la manière dont le rôle du gaz est amené à évoluer dans tous les secteurs, alors que de leur côté les technologies bas-carbone affecteront le système énergétique européen dans un avenir proche. Cette analyse confirme l’importance des infrastructures gazières en Europe, pour améliorer l’intégration des marchés, soutenir le déploiement des énergies renouvelables et le développement de technologies bas-carbone. Cette section contient également quelques études de cas sur la fiabilité et la sécurité du système gazier en Europe ainsi que sur le développement des gaz renouvelables, en particulier du biométhane en France.

Le rapport dans son ensemble prouve qu’il est totalement possible d’atteindre une croissance continue et rapide pour le gaz, dans un scénario de futur énergétique soutenable au niveau mondial. Pour atteindre cet objectif, de nombreux efforts seront requis, ainsi qu’un engagement fort et une collaboration étroite entre les partenaires et les parties prenantes.

GGR_2019_vF.pdf

À propos de Teréga

TEREGA_slide2.png

Implantée dans le Grand Sud-Ouest, carrefour des grands flux gaziers européens, Teréga déploie depuis plus de 70 ans un savoir-faire d’exception dans le développement d’infrastructures de transport et de stockage de gaz et conçoit aujourd’hui des solutions innovantes pour relever les grands défis énergétiques en France et en Europe. Véritable accélérateur de la transition énergétique, Teréga dispose de plus de 5000 km de canalisations et de deux stockages souterrains représentant respectivement 15.6% du réseau de transport de gaz français et 24.5% des capacités de stockage nationales. L’entreprise a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 476 M€ et compte environ 600 collaborateurs.

www.terega.fr

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...