Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Présidentielles : tous les engagements environnementaux ne se valent pas

Après le rassemblement réussi du Trocadéro, initié par l’ensemble des associations environnementales, l’Alliance pour la Planète tient à rappeler que sur la base des évaluations qu’elle a menées, tous les programmes environnementaux des candidats ne se valent pas.

« Les candidats ont incontestablement travaillé sur les enjeux environnementaux depuis plusieurs mois et ont amélioré leur prise en compte dans leurs programmes présidentiels. C’est un saut qualitatif significatif. De plus en plus de candidats comprennent que les mesures de rupture que nous recommandons sont essentielles pour que d’autres politiques, plus respectueuses de l’environnement et plus créatrices d’emplois, soient possibles. Nous souhaitons que chaque électeur puisse constater l’engagement écologiste de celui ou de celle qui va diriger notre pays » déclare Serge Orru, directeur du WWF- France. « Les progrès réalisés par la plupart des candidats en matière d’environnement ne signifient pas que les engagements des différents candidats se valent ! Il existe entre eux des différences notables dans l’approche des principaux enjeux écologiques et surtout dans la nature des politiques publiques à engager pour y faire face. Notre notation vise à ce que chaque citoyen puisse savoir quels sont les candidats qui, au delà des grands discours, sont prêts à s’engager sérieusement et concrètement ! « Pas question pour l’Alliance que les effets de mode sur l’environnement entraîne un « verdissement » généralisé des programmes politiques. L’expérience nous impose l’objectivité et le discernement » ajoute Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France. « C’est la première fois que des associations notent des candidats sur les enjeux écologiques. C’est notre responsabilité d’organisations de la société civile, actives dans la protection de l’environnement depuis des décennies et réunissant plusieurs centaines de milliers de militants, d’interpeller et d’évaluer les candidats sur les politiques environnementales qu’ils entendent impulser une fois au pouvoir » poursuit Sandrine Mathy, présidente du Réseau Action Climat-France. « Cette notation va peut-être plaire ou déplaire, mais chacun peut consulter le détail des notes attribuées sur le site internet de l’Alliance pour la planète et vérifier l’impartialité de nos travaux. Notre démarche est citoyenne et porte sur l’environnement. Elle ne constitue pas un appel à voter pour tel ou tel candidat, ou telle ou telle candidate, mais à donner des critères d’appréciation d’une dimension importante de leur programme. Nous continuerons à faire pression sur tous les candidats pour que l’excellence environnementale soit la règle et, quelque soit le résultat le 6 mai prochain, nous serons présents sur le terrain pour que la cause environnementale soit défendue avec ambition et obstination » conclut Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre. Pour rappel, notre notation des programmes environnementaux des candidats du 30 mars a donné les résultats suivants : Dominique Voynet : 17,5 ; José Bové : 16 ; Ségolène Royal : 16 ; Olivier Besancenot : 13,5 ; François Bayrou : 13 ; Marie George Buffet : 9,5 ; Nicolas Sarkozy : 8,5 ; Philippe de Villiers : 7 ; Arlette Laguiller : 6 ; Jean-Marie Le Pen : 6 ; Frédéric Nihous : 6 ; Gérard Schivardi : programme non évaluable (non noté le 26 février). L’ensemble des données de la notation et le détail des résultats est disponible sur le site de l’Alliance pour la Planète.

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...