Dans l'actualité :

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation...

Pour le Parlement européen, la Banque mondiale doit sortir des fossiles

Le Parlement européen a voté cette semaine une nouvelle Résolution [[Lire la Résolution sur la stratégie énergétique de la Banque mondiale pour les pays en développement en cliquant ici.]] qui enjoint la Banque mondiale à mettre fin à ses soutiens aux énergies fossiles, et l’encourage à adopter une politique énergétique progressiste et ambitieuse. Les députés européens demandent à la Banque de se tourner vers le financement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, et de favoriser les modèles énergétiques décentralisés répondant aux besoins des communautés locales.

En janvier 2010, la Banque mondiale a lancé une révision de sa Stratégie Energie. La nouvelle Stratégie guidera les investissements de la Banque dans ce secteur pour les dix prochaines années, et aura ainsi une influence massive sur les choix énergétiques développés dans les pays les plus pauvres. La Résolution votée hier par les députés européens note l’importance de ce processus et s’inquiète de la tendance de la Banque à investir massivement dans les centrales à charbon, qui enferment les pays en développement dans des modèles très intensifs en carbone pour des décennies.

Anne-Sophie Simpere, des Amis de la Terre, confirme : « En 2010, la Banque mondiale a investi 6,6 milliards de dollars dans les énergies fossiles, soit 126 % de plus que l’année précédente. 4,4 milliards de dollars sont allés dans de méga centrales à charbon, dont celle de Medupi en Afrique du Sud, projet auquel la population locale était massivement opposée en raison de ses impacts environnementaux et sociaux désastreux ».

Les députés européens rappellent les engagements des dirigeants du G20 de mettre fin aux subventions publiques aux fossiles, et encouragent la Banque mondiale à supprimer ses prêts aux énergies fossiles d’ici 2015, pour rediriger ses financements vers les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Au-delà de la question des énergies fossiles, la Résolution appelle la Banque mondiale à protéger les droits des communautés locales et à fixer des objectifs de développement clairs dans tous les projets financés. Un rapport de l’ONG Oil Change International publié en octobre 2010 démontrait en effet qu’aucun des projets d’énergie fossile financé par la Banque mondiale n’avait permis d’améliorer l’accès à l’énergie des plus pauvres [[Oil Change International, Energy for the poor ? octobre 2010.]].

Enfin, le Parlement européen alerte la Banque mondiale sur les risques des projets nucléaires, de grands barrages et d’agrocarburants, s’inquiétant du fait que la Banque mondiale les considère comme des énergies propres.

Anne-Sophie Simpere confirme : « Les grands barrages peuvent avoir des impacts catastrophiques sur les populations locales, en impliquant par exemple des déplacements forcés de communautés, et la perte de leurs moyens de subsistance, tandis que l’énergie produite sera bien trop chère pour elles. » Elle conclut : « La Résolution votée hier par le Parlement européen est très encourageante. Sur cette base, les Etats européens, pourraient avoir une position exemplaire dans le cadre de la révision de la Stratégie Energie de la Banque mondiale. La France est l’un des principaux actionnaires de la Banque : l’administrateur français à la Banque mondiale, et au ministère des Finances doivent soutenir les positions ambitieuses du Parlement européen. »

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et durable, le Code mondial d’éthique du tourisme est un ensemble de 10 principes destinés à...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la performance durable des entreprises et investisseurs, décrypte pour nous les grands thèmes de la CSRD...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation l'objectif de la neutralité carbone d'ici 2050, conformément à l'Accord de Paris sur le changement...