Dans l'actualité :

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits...
Biodiversité

Plantons local, le guide qui remet les plantes locales à l’honneur !

Un guide de l'Agence Régionale pour la Biodiversité et l'Environnement (ARBE) PACA

Améliorer le cadre de vie en offrant davantage de nature aux usagers et relever le défi de préservation et reconquête de la biodiversité en utilisant « des plantes d’ici » : tels sont les enjeux du tout nouveau guide Plantons Local, inédit en Provence-Alpes-Côte d’Azur ! Cette publication s’intègre dans la volonté de la Région Sud de préserver la biodiversité à travers son plan Climat, une COP d’avance. Un guide pratique et concret aux enjeux forts en matière de préservation de la biodiversité

capture_d_e_cran_2023-03-17_a_11.19_32.png

Aujourd’hui, dans un contexte de changement climatique, pour s’oxygéner, procurer bien- être et fraîcheur, préserver la biodiversité et la qualité de l’air, la végétalisation est devenue une des réponses. Or, les opérations de végétalisation impliquent une attention particulière sur les choix des végétaux pour répondre aux enjeux de biodiversité.

C’est pourquoi l’Agence Régionale pour la Biodiversité et l’Environnement [ARBE], qui porte depuis plusieurs années une action d’accompagnement des collectivités de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur dans leur démarche de gestion écologique des espaces verts et de nature, a souhaité aller plus loin et proposer un guide pratique sur la végétalisation locale.

La lutte contre l’artificialisation des sols, le non-recours à certains produits
phytopharmaceutiques, la préservation des ressources en eau, la régulation des îlots de chaleur ou encore l’amélioration de la qualité de l’air… sont autant de préoccupations, voire de défis, qui impliquent une attention portée aux spécificités locales, notamment en ce qui concerne le choix des végétaux dans les opérations de végétalisation.

L’appellation « Planter local » signifie planter des espèces indigènes qui sont naturellement présentes sur le territoire. Une espèce est définie comme indigène à une région donnée si sa présence dans cette région est le résultat de processus naturels sans intervention humaine. Une espèce végétale indigène de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est donc une espèce qui n’a été ni transplantée ni importée par l’Homme. Les plantes endémiques font partie des plantes indigènes.

L’expression « plantons local » peut conduire à des confusions. Ce n’est pas l’équivalent « d’acheter local » par exemple. Le guide, grâce à des définitions précises, permet de les dissiper.

capture_d_e_cran_2023-03-17_a_11.22_30.png

Le Guide Plantons Local est destiné aux aménageurs publics et privés, urbains ou ruraux et vise à lancer une dynamique dans la création d’espaces végétalisés plus sauvages et plus champêtres, adaptés aux conditions de sols et de climats méditerranéen ou alpin, qui mettront en avant des plantes originaires de notre région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour contribuer à enrayer la perte de la biodiversité, véritable assurance vie. En effet, la biodiversité nous rend des services inestimables : oxygène, pollinisation, matières premières, épuration, etc.

Complémentaire aux guides existants, « Plantons local » adopte une approche qui se combine et s’articule facilement avec des approches plus ornementales ou paysagères. En cela, il permet de trouver un compromis entre un projet de paysage qualitatif et la protection de la biodiversité ainsi que sa reconquête.

Cette publication pose des principes d’actions pour favoriser et guider la réflexion. Sans se substituer aux experts de terrain, qui restent essentiels, elle éclaire les aménageurs dans la définition et la mise en œuvre d’un projet de végétalisation.
Les objectifs du guide Plantons Local sont d’établir un langage commun en revenant sur les notions complexes de plantes locales et d’espèces végétales exotiques envahissantes [EVEE], de donner des bases de connaissances pour faire évoluer les pratiques des collectivités et de leurs prestataires en promouvant les espèces végétales locales adaptées au contexte régional et d’éviter la plantation et ainsi la propagation des EVEE.

Planter local ? Des avantages indéniables !

ozo3xu8m.jpg

Pour favoriser la biodiversité, planter et semer des espèces indigènes est une vraie plus-value à saisir pour notre territoire !

  • Favoriser le vivant et les interactions entre les pollinisateurs et les plantes : Les plantes locales font partie intégrante des écosystèmes naturels originels : elles servent de zones de refuge, de reproduction, de vie et de ressources pour la faune sauvage (oiseaux, insectes et mammifères) ; elles produisent du pollen, du nectar et des graines ; elles abritent du soleil, etc. Leurs cycles de vie sont interdépendants, en harmonie avec leurs milieux. Les planter favorise l’équilibre des milieux et contribue directement à la restauration et à la préservation de la biodiversité de notre territoire. Planter des espèces locales et diversifiées permet de maintenir ainsi les interactions entre les espèces et contribue à leur épanouissement.
  • Un entretien réduit, une résistance naturelle aux maladies et ravageurs, une adaptation aux variations climatiques : Nécessitant un faible entretien, les plantes indigènes, grâce à leur adaptation aux caractéristiques locales de l’environnement, ont une résistance face aux maladies, aux parasites ou encore à la sécheresse. Elles possèdent une diversité génétique qui existe à l’intérieur d’une même espèce élevée, ce qui leur confère une forte capacité d’adaptation aux caractéristiques écologiques de leur aire naturelle de répartition. Une palette végétale composée majoritairement d’une flore indigène et diversifiée sera adaptée aux conditions écologiques et bioclimatiques de notre région et donc globalement résiliente face aux variations climatiques.
  • Une connectivité plus grande : Quelle que soit l’échelle du territoire, la plantation d’espèces végétales indigènes participe au renforcement de différentes trames écologiques notamment la trame verte et turquoise en favorisant la connectivité entre réservoirs de biodiversité. Constituer ou reconstituer de nouveaux corridors écologiques (par la plantation de haies, alignements d’arbres, bandes enherbées, noues végétalisées, etc.) permet de lutter contre la fragmentation des habitats et contribue directement à la préservation de la biodiversité. À titre d’exemple, le projet LIFE Habitats Calanques encourage les riverains du Parc national des Calanques à planter des espèces indigènes afin de préserver les plantes endémiques constitutives de la phrygane, un des habitats d’intérêt communautaire du cœur de Parc.

Tous ces éléments favorisent l’épanouissement et les interactions de la flore indigène et de la faune dans des réseaux d’écosystèmes restaurés et connectés, à l’échelle d’un quartier, d’une commune, mais aussi au niveau des régions et du territoire national tout entier.

Plus de 500 espèces végétales indigènes présentées dans ce guide

Les espèces végétales sont classées pour chaque milieu par type végétatif puis ordre alphabétique du nom scientifique.
La référence à la zone biogéographique (Alpes et/ou Méditerranée) est donnée systématiquement. Deux formats sont proposés par milieu : des vignettes et des tableaux. En particulier, les vignettes présentent une photo de la plante et la description des différentes caractéristiques soutenues par des pictogrammes pour une reconnaissance immédiate à la lecture.
Deux index se trouvent en fin de document afin de faciliter la recherche par noms d’espèces (classements par ordre alphabétique, avec une entrée par le nom scientifique et une autre par le nom commun de l’espèce).
https://www.arbe-regionsud.org/32157-plantons-local.html
Découvrez l’importance capitale de planter des plantes indigènes pour préserver notre écosystème. Un geste simple aux bienfaits multiples pour la biodiversité.

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est une région d’une très grande richesse floristique ; ainsi sont présentes dans le guide, plus de 500 espèces végétales indigènes, susceptibles d’être observées dans de nombreux habitats :

▪ 175 espèces dans les milieux boisés ;
▪ 329 espèces dans les milieux ouverts ;
▪ 58 espèces dans les milieux humides.

294 espèces sont présentées sous forme de vignettes, 268 sous forme de tableaux. Certaines espèces listées dans les tableaux peuvent figurer dans chaque milieu.
Ces palettes peuvent être une alternative à la plantation d’espèces végétales exotiques envahissantes : la région en recense 143 dont la liste est fournie en annexes. Ces espèces sont en effet une des grandes causes de perte de biodiversité ; elles nécessitent une gestion appropriée.

Entrons dans le guide…

Une attention toute particulière a été portée sur la forme du guide ; il était important de privilégier sa praticité pour répondre au mieux à l’utilisation de terrain qui peut en être faite. Sa reliure est à spirales pour faciliter sa consultation sur le terrain et sa prise en main. La facilité de recherche d’information est permise grâce à une entrée par onglets dans chaque partie et sous-partie.

Le guide se structure en deux parties :

  • Partie 1 : recommandations, prérequis à l’utilisation des palettes végétales,
  • Partie 2 : les palettes végétales, structurées par « milieux » ou « ambiances » :
    • « Plantons des arbres et des arbustes » pour les milieux boisés,
    • « Fleurissons nos prairies » pour les milieux ouverts,
    • « Plantons les pieds dans l’eau » pour les milieux humides.

Il est à noter que chacune de ces ambiances peut se retrouver dans une même opération de végétalisation. C’est en effet la mosaïque de milieux et la végétation étagée et diversifiée qui sont recherchées car elles favorisent la biodiversité.

Les « milieux » urbanisés prennent place dans la sous-partie « Végétalisons nos villes et nos villages » ; ils ne font pas l’objet d’une liste d’espèces végétales car celles listées dans les autres milieux peuvent être adaptées à un contexte urbain en fonction des aménagements.

Documents joints

Une réalisation partenariale

Le guide Plantons local a été élaboré par une équipe pluridisciplinaire composée de partenaires institutionnels et techniques, de scientifiques, de paysagistes, de responsables d’espaces verts, de pépiniéristes, de producteurs de semences, etc., dans un esprit à la fois pratique et pédagogique. Il s’appuie notamment sur les connaissances naturalistes des Conservatoires botaniques alpin et méditerranéen. Sa réalisation est le fruit d’un travail de deux ans.

Ont participé à la rédaction du guide : l’Office Français de la Biodiversité [OFB], l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, la Région Sud, le Conservatoire Botanique National Alpin [CBNA], le Conservatoire Botanique National Méditerranéen [CBNMed], l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement [INRAE], Hortis – Les responsables d’espaces nature en ville, le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement 83 [CAUE 83], la Fédération Française du Paysage [FFP], Les Entreprises du Paysage, Aix-Marseille Université.

Cette initiative a été rendue possible grâce aux financements de la Région Sud, de l’État, de l’Office Français de la Biodiversité [OFB] et de l’Europe à travers le projet LIFE « Habitats Calanques ». Elle s’intègre dans la volonté de la Région Sud de préserver la biodiversité à travers son plan Climat, une COP d’avance.

D’autres régions telles l’Île de France, la Nouvelle Aquitaine, le Centre Val de Loire ou encore l’Occitanie se sont emparées du sujet, mais aucun guide de ce type n’avait encore été édité pour la région Sud.

L’ARBE est à la fois une plateforme partenariale et collaborative mais aussi l’opérateur régional permettant de porter les messages au plus près des territoires

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle Greenpeace qui sort de sa neutralité comme certains syndicats. "Après le choc des élections européennes,...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité ? Dans quelle mesure les transitions actuelles – écologiques, énergétiques, technologiques… – annoncent-elles des changements...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits avec le mouvement de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui place les...

1 COMMENTAIRE

  1. […] Les plantes indigènes sont essentielles pour nourrir les pollinisateurs tels que les abeilles, les papillons et autres insectes bénéfiques. En fournissant un habitat naturel et une source de nourriture adéquate, ces plantes favorisent la biodiversité et la pollinisation des cultures.En plantant des espèces locales, nous encourageons la régénération naturelle des écosystèmes et participons à la préservation de notre patrimoine naturel. Pour en savoir plus sur l’importance de préserver la biodiversité et de planter des plantes indigènes, consultez des ressources telles que les actualités sur la préservation de la biodiversité et le guide « Plantons Local : le guide qui remet les plantes locales à l’honneur » sur cdurable.info. […]