Dans l'actualité :

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Loi AGEC : quel bilan ?

L’ONG Reloop, une association internationale engagée dans l’économie circulaire...
Enquête sur le Climat

Pas de transition écologique sans réduction des inégalités sociales

pour deux tiers des français selon une enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de la BEI réalisée par BVA France

La Fondation Jean-Jaurès et la Banque européenne d’investissement publient la deuxième édition de leur enquête sur les opinions publiques internationales face au défi climatique à l’occasion de la COP 28. Deux tiers de la population française estiment que la transition écologique ne peut s’opérer que si l’on règle en parallèle la question des inégalités. Voici quelques-uns des résultats les plus notables de cette enquête annuelle menée en août et septembre 2023.

infographie_2.jpg

PRINCIPALES CONCLUSIONS

  • L’augmentation du coût de la vie ainsi que les préoccupations climatiques et environnementales figurent en tête des défis que les personnes interrogées en France entrevoient pour leur pays.
  • Plus de deux tiers des personnes interrogées estiment que le passage à une économie neutre pour le climat ne peut s’opérer que si l’on règle en parallèle la question des inégalités.
  • Trois quarts d’entre elles sont favorables à l’arrêt des subventions et des allégements fiscaux pour le secteur de l’aviation et toutes les entreprises à forte intensité de combustibles fossiles.
  • Une majorité affirme qu’elle accepterait une augmentation de l’impôt sur le revenu pour aider les personnes aux revenus les plus faibles à s’adapter aux politiques liées au climat.
  • La plupart pensent que les pouvoirs publics devraient indemniser financièrement les pays en développement touchés par des changements climatiques.

Organisée depuis 2018, l’enquête de la BEI sur le climat offre un aperçu des points de vue des populations des principales économies du monde sur les changements climatiques, avec plus de 30 000 personnes interrogées dans l’Union européenne, aux États-Unis, en Chine, en Inde, au Japon, au Royaume-Uni, aux Émirats arabes unis, au Canada et en Corée du Sud. Bras financier de l’Union européenne, la BEI est aussi le premier bailleur de fonds multilatéral au monde pour des projets à l’appui de l’action climatique.
Quels sont les trois plus grands défis auxquels est actuellement confrontée la population de votre pays ?
Quels sont les trois plus grands défis auxquels est actuellement confrontée la population de votre pays ?
Selon les résultats de l’enquête sur le climat, après une nouvelle année difficile marquée non seulement par l’inflation, mais aussi par des vagues de chaleur et des sécheresses historiques, la population française a pris conscience avec acuité de l’impact profond des changements climatiques et de la nécessité d’une action immédiate en France et dans le monde. Même si les personnes interrogées en France considèrent l’augmentation du coût de la vie comme le principal défi à relever (70 % la classent parmi les trois principales difficultés pour leur pays, 2 points de plus que la moyenne de l’UE), l’impact des changements climatiques et la dégradation de l’environnement n’arrivent pas loin (61 % d’entre elles les considèrent comme une préoccupation majeure, soit 11 points de plus que la moyenne de l’UE). infographie_1.jpg Volonté d’une transition juste à l’échelle nationale et dans les pays affectés Les disparités économiques étant classées au cinquième rang des principaux défis à relever après l’inflation, les questions environnementales, l’immigration et l’accès à la santé, la plupart des personnes interrogées en France en appellent à des politiques équitables pour faire face à l’urgence climatique. Elles sont 68 % (en ligne avec la moyenne de l’UE) à dire qu’une transition vers une économie sobre en carbone ne peut s’opérer que si l’on remédie parallèlement aux inégalités sociales et économiques. Toutefois, 61 % des personnes interrogées disent ne pas avoir confiance dans la capacité des pouvoirs publics à mener une telle transition climatique juste. Concernant l’indemnisation des pays en développement pour les aider à faire face aux impacts des changements climatiques – qui devrait être un enjeu central de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques organisée en 2023 à Dubaï (COP 28) – les personnes interrogées en France sont favorables à une extension de l’aide au-delà de leurs frontières afin d’aider les pays les plus vulnérables aux changements climatiques et d’assurer à l’échelle mondiale une transition juste vers un avenir climatiquement neutre et résilient. Au total, 68 % des personnes interrogées en France (8 points de plus que la moyenne de l’UE et 10 points de plus qu’en Allemagne, par exemple) conviennent que le pays devrait indemniser financièrement les nations affectées pour les aider à lutter contre les changements climatiques. Des taxes pour appuyer une transition juste Les résultats de l’enquête montrent que 53 % des personnes interrogées en France (6 points de moins que la moyenne de l’UE, à 59 %) seraient disposées à payer des impôts sur le revenu plus élevés pour aider les ménages aux revenus faibles à faire face au coût d’une transition écologique. Au total, 41 % accepteraient d’y consacrer entre 1 et 2 % de leurs revenus en plus et 12 % entre 5 et 10 %. Plus de deux tiers des personnes interrogées en France ont répondu être favorables à d’autres types de taxes liées au climat. Par exemple, 75 % ont déclaré être en faveur d’une réforme de la taxe sur les combustibles fossiles afin de donner un coup d’arrêt aux subventions et aux allégements fiscaux pour le secteur de l’aviation et toutes les entreprises à forte intensité de combustibles fossiles. climat-focus-france-ue-1.pdf Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI chargé de l’action en faveur du climat et du développement : « La dernière enquête de la BEI sur le climat illustre la très forte sensibilisation de la population française aux changements climatiques et son engagement à y faire face de front. Elle est consciente qu’une transition réussie vers un monde neutre pour le climat va de pair avec la lutte contre les inégalités sociales et économiques à l’échelle tant nationale que mondiale. À la Banque européenne d’investissement, nous sommes pleinement déterminés à appuyer une transition juste qui ne laisse personne de côté. La solidarité et des mesures concrètes sont aujourd’hui plus importantes que jamais. »

À propos de l’enquête de la BEI sur le climat

La Banque européenne d’investissement (BEI) a bouclé la sixième édition de son enquête sur le climat. Cette évaluation approfondie du sentiment de la population à l’égard des changements climatiques a été menée en partenariat avec la société d’études de marché BVA. La sixième édition de l’enquête de la BEI sur le climat vise à nourrir le débat général sur les comportements et les attentes en matière d’action en faveur du climat. Plus de 30 000 personnes y ont participé entre le 7 août et le 4 septembre 2023, avec un panel représentatif de personnes âgées d’au moins 15 ans pour chacun des 35 pays examinés (UE-27, États-Unis, Chine, Royaume-Uni, Inde, Japon, Corée du Sud, Canada et Émirats arabes unis). m_thodologie_et_rapport_visuel.pdf

 

Documents joints

A propos de la Fondation Jean Jaurès

Penser à agir

Première des fondations politiques françaises, la Fondation Jean-Jaurès est à la fois un think tank, un acteur de terrain et un centre d’histoire au service de tous ceux qui défendent le progrès et la démocratie dans le monde.


Son objectif, en tant que Fondation reconnue d’utilité publique, est de servir l’intérêt général. Elle mobilise pour cela les pouvoirs publics, les politiques, les experts mais aussi les citoyens.
Elle encourage la rencontre de leurs idées et le partage des meilleures pratiques par ses débats, productions et actions de formation.

  • https://www.jean-jaures.org/l

À propos de la Banque européenne d’investissement

La Banque européenne d’investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne (UE), est l’institution de financement à long terme de l’UE. Intervenant dans plus de 160 pays, elle met à disposition des financements à long terme pour des investissements de qualité qui contribuent à la réalisation des grands objectifs de l’UE.

  • En 2019, elle a adopté une version actualisée de sa politique de prêt dans le secteur de l’énergie, mettant un terme au financement de tous les projets énergétiques basés sur les combustibles fossiles sans dispositif de réduction des émissions, y compris le gaz naturel. La BEI a été la première banque multilatérale de développement à le faire.
  • En 2021, elle a aussi été la première banque multilatérale de développement à aligner ses activités de financement sur l’accord de Paris.
  • Au titre de sa Feuille de route de la banque du climat, le Groupe BEI entend mobiliser 1 000 milliards d’EUR d’investissements en faveur de l’action pour le climat et de la durabilité environnementale au cours de la décennie décisive allant de 2021 à 2030.
  • Le Groupe s’est aussi engagé à porter la part des investissements en faveur de l’action pour le climat et de la durabilité environnementale à plus de 50 % du total annuel de ses prêts d’ici à 2025 (cet objectif a été dépassé l’année dernière avec 58 %).

BEI Monde est la branche du Groupe BEI spécialisée dans les opérations en dehors de l’Union européenne et un partenaire clé de la stratégie Global Gateway de l’UE. Elle vise à soutenir au moins 100 milliards d’EUR d’investissements d’ici la fin de 2027, soit environ un tiers de l’objectif général de la stratégie Global Gateway. Au sein de l’Équipe Europe, BEI Monde favorise des partenariats plus forts et plus ciblés, aux côtés d’autres institutions de financement du développement et de la société civile. BEI Monde rapproche le Groupe BEI des populations, des entreprises et des institutions locales par l’intermédiaire de ses bureaux répartis dans le monde.

À propos de BVA Xsight

BVA Xsight est une entreprise pionnière et leader des études de marché et d’opinion. Forts de leur savoir-faire et expertises sectorielles, ses 400 collaborateurs décryptent les individus dans toutes leurs expériences et en délivrent une connaissance fine et actionnable sous la forme d’insights, au service de la prise de décision et de la performance des organisations.

BVA Xsight opère à la fois en France et à l’international auprès d’organisations publiques et privées. Multi-primée pour sa capacité d’innovation, BVA Xsight se distingue par l’engagement des équipes et leur passion du métier.

Fondée en France en 1970, BVA Xsight est une entreprise à mission qui fait partie du groupe international The BVA Family.

Pour en savoir plus sur BVA Xsight : www.bva.fr

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet MOCICA qui prend vie à Saint-Louis ... Si un espace de gratuité peut revêtir plusieurs visages...

Loi AGEC : quel bilan ?

L’ONG Reloop, une association internationale engagée dans l’économie circulaire des emballages et la lutte contre la pollution liée aux déchets sauvages via la mise...