Dans l'actualité :

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Loi AGEC : quel bilan ?

L’ONG Reloop, une association internationale engagée dans l’économie circulaire...
Journée mondiale de l'océan, célébrée le 8 juin

L’ONU appelle à conserver et à exploiter de manière durable les ressources marines

Plus d'un tiers des stocks mondiaux de poissons sont exploités à des niveaux non durables

Plus d’un tiers des stocks mondiaux de poissons sont exploités à des niveaux non durables. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la façon dont l’activité humaine nuit aux océans, qui couvrent plus de 70 % de la surface de la Terre. Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à une plus grande action pour protéger les océans dans son message à l’occasion de la Journée mondiale de l’océan, célébrée le 8 juin.

Viti Levu, dans les îles Fidji.
Viti Levu, dans les îles Fidji.
« L’océan est à l’origine de la vie. Il nous procure l’air que nous respirons, la nourriture que nous mangeons. Il régule notre climat et notre météo. L’océan est le plus grand réservoir de biodiversité de notre planète », a-t-il déclaré.

Le pire ennemi

Outre ces avantages, l’océan produit également des ressources qui soutiennent les communautés, la prospérité et la santé. Dans le monde, plus d’un milliard de personnes dépendent du poisson comme principale source de protéines.
« Nous devrions être le meilleur ami de l’océan. Mais à l’heure actuelle, l’humanité est son pire ennemi », a déploré M.Guterres.
Selon le chef de l’ONU, le changement climatique induit par l’homme réchauffe la planète, perturbe les schémas météorologiques et les courants océaniques, et altère les écosystèmes marins et les espèces qui y vivent. La biodiversité marine est également menacée par la surpêche, la surexploitation et l’acidification des océans, les stocks de poissons s’épuisent et les eaux côtières sont polluées par des produits chimiques, des plastiques et des déchets humains.
A Mindelo, au Cabo Verde, le Secrétaire général signe une fresque murale dédiée à l'Ocean Race.
A Mindelo, au Cabo Verde, le Secrétaire général signe une fresque murale dédiée à l’Ocean Race.
« En cette Journée mondiale des océans, rappelons-nous que les choses changent », a déclaré António Guterres.
M. Guterres a rappelé qu’en décembre dernier, les pays ont adopté un objectif mondial ambitieux visant à conserver et gérer 30 % des terres et des zones marines et côtières d’ici la fin de la décennie. L’année écoulée a également été marquée par un accord historique sur les subventions à la pêche et par la Conférence des Nations Unies sur les océans qui s’est tenue à Lisbonne, au Portugal, et au cours de laquelle le monde s’est mis d’accord pour prendre des mesures plus positives.

Réaliser la promesse

Les négociations en vue d’un traité mondial juridiquement contraignant visant à mettre fin à la pollution par les matières plastiques sont actuellement en cours. En mars, les pays ont adopté le traité historique sur la haute mer relatif à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale.
« La réalisation des grandes promesses de ces initiatives nécessite un engagement collectif », a fait valoir M. Guterres.
« En cette Journée mondiale des océans, continuons à pousser à l’action. Aujourd’hui et chaque jour, donnons la priorité à l’océan ».
Un banc de poissons dans des eaux peu profondes en Australie.
Un banc de poissons dans des eaux peu profondes en Australie.

Crucial pour la sécurité alimentaire

Qu’il s’agisse du changement climatique, de la sécurité alimentaire ou de la pauvreté, il n’y a pas un seul problème mondial qui puisse être résolu sans considérer l’océan comme une partie de la solution.

Tel est le message de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à l’occasion de la journée. L’océan est déjà la principale source de protéines pour plus d’un milliard de personnes dans le monde et offre de nombreuses possibilités pour aider à nourrir la population mondiale croissante. Manuel Barange, le Directeur des politiques et des ressources halieutiques et aquacoles à la FAO, a souligné le développement rapide de l’aquaculture, c’est-à-dire de l’élevage de poissons et de plantes aquatiques.: « L’aquaculture a été le système de production alimentaire qui a connu la croissance la plus rapide au cours des cinq dernières décennies, passant d’une production pratiquement nulle il y a trois ou quatre décennies à une production aujourd’hui pratiquement identique à celle des pêches de capture », a-t-il signalé. « Nous nous attendons à ce que l’aquaculture croisse d’environ 25% d’ici à la fin de la décennie ». La FAO a lancé une initiative de transformation bleue qui promeut les aliments aquatiques comme faisant partie de la solution à la faim et à la malnutrition. Elle vise à garantir que les pêcheries sont gérées de manière efficace et durable et que la chaîne de valeur des aliments aquatiques est transparente pour le consommateur. L’agence onusienne indique qu’environ 600 millions de personnes dépendent de la pêche et de l’aquaculture pour leur subsistance. La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2022 : Vers une transformation bleue

 

Documents joints

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet MOCICA qui prend vie à Saint-Louis ... Si un espace de gratuité peut revêtir plusieurs visages...

Loi AGEC : quel bilan ?

L’ONG Reloop, une association internationale engagée dans l’économie circulaire des emballages et la lutte contre la pollution liée aux déchets sauvages via la mise...