Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...

L’eau, source d’énergie du futur

L’Institut de recherche norvégienne SINTEF, et l’Université des Sciences et Technologies de Trondheim (NTNU), en coopération avec la société norvégienne Statkraft et en parallèle avec Wetsus, le centre de recherche néerlandais sur les technologies aquatiques durables, ont mis au point un dispositif qui génère de l’électricité en mélangeant de l’eau de rivière et de l’eau de mer.

Ce nouveau procédé repose sur un phénomène naturel : lorsqu’un fleuve se jette dans la mer, une grande quantité d’énergie est libérée en raison de la différence de concentration en sel.

Norvégiens et néerlandais travaillent sur 2 méthodes différentes : la première est basée sur l’osmose, la seconde sur l’électrodialyse inversée. Les 2 méthodes mettent en pratique l’utilisation de membranes constituées d’un matériau utilisé pour la séparation chimique.

Dans le projet néerlandais, la séparation se fait grâce à des membranes utilisant du courant électrique, comme dans une pile à eau.

Le dispositif Norvégien applique une pression pour forcer le passage de l’eau douce vers l’eau salée à travers les membranes. Le mélange pressurisé d’eau douce et d’eau salée s’écoule hors du module, dans une turbine qui produit de l’électricité.

Les 2 technologiques devront encore être améliorées avant de trouver des applications commerciales. Le coût est l’un des obstacles principaux : la production d’énergie à partir d’un mélange d’eau douce et d’eau de mer reste beaucoup plus chère que l’éolien ou le solaire.

Le plus grand challenge est de trouver des membranes efficaces, assez robustes pour augmenter la production d’énergie tout en diminuant le coût.

D’après Rolf Jarle Aaberg, le chef du projet norvégien, l’énergie produite par l’eau sera prête à défier sérieusement d’autres technologies d’énergies renouvelables entre 2010 et 2015. En Norvège, le potentiel de cette technologie est estimé à 10% des besoins annuel en énergie. Aux Pays-Bas, le Rhin pourrait fournir 3000 mégawatts- l’équivalent de cinq grandes usines à charbon.

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...