Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...
Rapport du Comité présidé par Christian de Perthuis

Trajectoires 2020-2050 vers une économie sobre en carbone

La communauté internationale s’est fixée pour objectif à Cancun de limiter la hausse de la température moyenne en dessous de + 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. D’après les évaluations du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat (GIEC), cet objectif requiert une division par deux des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2050 et une réduction d’au moins 80 % pour les pays développés.

Pour établir une stratégie à plus long terme, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement a lancé le 27 juin un comité de réflexion présidé par Christian de PERTHUIS, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, et appuyé par le Centre d’Analyse Stratégique (CAS). Ce comité a rassemblé des associations protectrices de l’environnement, des entreprises, des organisations syndicales, des experts du climat et les ministères concernés. Dans un contexte de crise économique et financière, les travaux du comité ont suivi un fil directeur : rechercher les voies d’une politique climatique faisant rimer ambition élevée en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et impacts positifs sur la croissance et l’emploi. Ils ont conjugué analyse comparative européenne, analyse prospective déclinée par secteur et évaluation des impacts de différents scénarios de réductions d’émission. Le rapport analyse les conditions pour décarboner l’économie à l’horizon 2050 dans les meilleures conditions économiques et sociales. Il formule plusieurs propositions en ce sens, en particulier :
  • renforcer les mesures de politique industrielle favorisant la transition vers une économie sobre en carbone ;
  • agir à la fois sur la demande en incitant à l’efficacité énergétique, et sur l’offre en encourageant les procédés de production sobres en carbone ;
  • mettre en place des incitations économiques et réglementaires offrant une visibilité aux entreprises à moyen terme. Le rapport préconise en particulier la mise en place d’une taxe carbone, de préférence européenne, à défaut française, et la fixation des règles à l’horizon 2030 ;
  • utiliser le produit des enchères de quotas CO2 prévues à partir de 2013 et des futures contributions climat-énergie pour favoriser la croissance économique, l’innovation technologique, l’équité sociale et la solidarité internationale ;
  • anticiper les évolutions du marché de l’emploi et préparer les transitions professionnelles.
« Ces travaux seront examinés dans les prochaines semaines assure-t-on au Ministère de l’Ecologie. Ils permettront à la France de contribuer au débat européen sur les jalons qui doivent nous mener à une économie décarbonée à l’horizon 2050 et serviront de référence pour faire de la lutte contre le changement climatique un levier de développement économique et de progrès social ». – Télécharger le rapport en cliquant ici (PDF – 5267 Ko).

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

1 COMMENTAIRE

  1. Trajectoires 2020-2050 vers une économie sobre en carbone
    Aucune source. Le titre est « Trajectoire ». Mais je ne vois qu’un état des lieux. Quels sont les perspectives attendues de ce travail ? A quoi sert ce travail, si « négawatt est le seul exercice » actuellement disponible ?