Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)

Des solutions naturelles face aux records de chaleur dans les villes

Pour réduire les températures sans contribuer au changement climatique

À mesure que le changement climatique s’intensifie dans le monde, les vagues de chaleur record devraient devenir plus fréquentes, laissant dans leur sillage des perturbations urbaines – et souvent des morts. Mais les experts affirment que les villes, qui sont particulièrement sujettes au réchauffement, peuvent lutter contre certains des pires effets des vagues de chaleur en plantant des arbres, en restaurant les plans d’eau et en recourant à d’autres solutions naturelles.

33pe2ky-high2072.jpg En Juin et Juillet, les températures ont grimpé en flèche dans le monde entier, avec une série de vagues de chaleur qui ont frappé des villes des États-Unis à la Chine.
À Rome, les touristes qui visitaient des sites comme le Colisée ont souffert d’une température record de 40 °C. À Marrakech, la température a atteint 46,8 °C, un chiffre stupéfiant. À Marrakech, la température a atteint 46,8 °C. Pékin a franchi un triste cap en enregistrant son 28e jour consécutif au-dessus de 35 °C. Enfin, Phoenix a battu un record de température vieux de près de 50 ans, alors qu’un dôme de chaleur s’est installé sur une grande partie du sud des États-Unis.
Qu'est-ce qu'un dôme de chaleur ?
« Le monde naturel offre de nombreux moyens durables et rentables de réduire les températures« , a déclaré Steven Stone, directeur adjoint de la division Industrie et économie du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). « De nombreuses municipalités commencent à s’en rendre compte, ce qui constitue une étape cruciale dans l’adaptation au changement climatique et aux chaleurs extrêmes qu’il entraînera« .

Les climatiseurs alimentent la crise climatique. Comment la nature peut-elle aider ?
Les climatiseurs alimentent la crise climatique.  Comment la nature peut-elle aider ?
Les climatiseurs alimentent la crise climatique. Comment la nature peut-elle aider ?
L’été a été caniculaire : des vagues de chaleur ont touché plusieurs pays de la Chine aux États-Unis. Et quand la température grimpe en flèche, certains citadins se tournent vers les climatiseurs pour rester au frais. Ironie du sort : l’utilisation généralisée des climatiseurs fait en réalité grimper les températures en alimentant la crise climatique, qui pourrait exposer jusqu’à trois quarts des humains à des périodes de chaleur et d’humidité potentiellement mortelles d’ici à 2100. D’où la question suivante : les villes peuvent-elles s’adapter à la hausse des températures sans recourir à la climatisation ? Mark Radka, chef du service Énergie et climat du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), parle de ce dilemme et affirme que certaines des solutions se trouvent dans la nature. Récit.
f26kw-ixmaaz-sb.jpg?1691743000 Les experts du climat mettent depuis longtemps en garde contre la hausse des températures et les risques accrus pour la santé humaine. Le rapport 2022 du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a dressé un tableau sombre du réchauffement climatique non maîtrisé : augmentation des vagues de chaleur, allongement des saisons chaudes et raccourcissement des saisons froides. Les villes, qui abritent 55 % de l’humanité, pourraient devenir particulièrement chaudes. Elles sont normalement plus chaudes de 5 à 9 °C que les zones rurales, car les bâtiments en béton et les trottoirs absorbent et diffusent la lumière du soleil. La concentration de personnes, de voitures et de machines fait également grimper les températures.
COP26 : lancement d'un guide pour rafraîchir les villes en luttant contre le réchauffement planétaire
COP26 : lancement d’un guide pour rafraîchir les villes en luttant contre le réchauffement planétaire
D’ici 2050, à moins que l’humanité ne réduise considérablement ses émissions de gaz à effet de serre qui altèrent le climat, près de 1 000 villes connaîtront des températures estivales moyennes de 35˚°C, soit près de trois fois plus qu’aujourd’hui. La population urbaine exposée à ces températures élevées pourrait augmenter de 800 %, pour atteindre 1,6 milliard de personnes au milieu du siècle.

Rafraîchir les villes : des solutions variées

allee-arbres-lampadaire.jpg Le rafraîchissement urbain est un sujet récent et les connaissances produites par la recherche et les premières expérimentations donnent des résultats divers, parfois difficiles à décrypter pour les acteurs opérationnels. Ce guide propose une approche synthétique, multicritères et opérationnelle des solutions émergentes ou éprouvées, adaptées à différents contextes climatiques et urbains. Il s’agit d’éclairer la décision des acteurs publics et privés, tant sur leurs choix d’aménagement, de construction, de rénovation des bâtiments que d’aménagement des espaces extérieurs. Rafraichir les villes : Des solutions variées
  • https://agirpourlatransition.ademe.fr

Les chaleurs extrêmes sont souvent mortelles. Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Medicine révèle que, rien qu’en Europe, plus de 61 000 décès liés à la chaleur ont été enregistrés l’été dernier, souvent dans les villes.
En 2050, près de 1 000 villes pourraient connaître des températures estivales moyennes de 35˚C, soit près de trois fois plus qu'aujourd'hui.
En 2050, près de 1 000 villes pourraient connaître des températures estivales moyennes de 35˚C, soit près de trois fois plus qu’aujourd’hui.
« Les maladies et les décès dus à la chaleur peuvent être évités grâce à une sensibilisation, des ressources et des réponses appropriées, dont beaucoup peuvent être mises en œuvre à l’échelle urbaine« , a déclaré Eleni Myrivili, responsable mondiale de la lutte contre la chaleur à l’ONU-Habitat. Elle ajoute que les villes peuvent réduire les risques liés à la chaleur en émettant des alertes précoces en cas de chaleur extrême et en ouvrant des centres de rafraîchissement, tout en « augmentant radicalement » les espaces verts et la nature.
Les données du PNUE montrent que le simple fait de planter des arbres dans les rues des villes permettrait à 77 millions de personnes de réduire la température d’1°C pendant les journées chaudes. Lors d’une journée ensoleillée normale, un seul arbre peut transpirer plusieurs centaines de litres d’eau, ce qui représente un effet rafraîchissant équivalent à celui de deux climatiseurs domestiques fonctionnant pendant 24 heures. Le charbon de bois en tant que marchandise mondiale : est-il durable ? Les forêts urbaines et les grands parcs ont également un effet rafraîchissant sur près d’un kilomètre au-delà de leurs limites, l’air chaud étant soulevé du sol et l’air frais dispersé. En reliant les espaces verts, on crée des couloirs pour la circulation du vent qui réduisent les températures locales.

« Le monde naturel offre de nombreux moyens durables et rentables de réduire les températures. » Steven Stone, PNUE

En outre, la préservation des plans d’eau, tels que les lacs, les canaux, les étangs et les zones humides dans les zones urbaines, peut avoir un effet rafraîchissant significatif. À Athènes, la capitale de la Grèce, durement touchée par la hausse des températures et les incendies de forêt avoisinants, les autorités municipales utilisent un aqueduc de l’époque romaine pour irriguer un corridor vert de refroidissement de 24 km menant au centre de la ville.
Un homme se rafraîchit dans une pataugeoire du centre-ville d'Alger, en Algérie, où les températures ont atteint 42°C dans le cadre d'une vague de chaleur qui touche une grande partie de l'Afrique du Nord.
Un homme se rafraîchit dans une pataugeoire du centre-ville d’Alger, en Algérie, où les températures ont atteint 42°C dans le cadre d’une vague de chaleur qui touche une grande partie de l’Afrique du Nord.
Les solutions naturelles sont particulièrement importantes car elles permettent de réduire les températures sans contribuer au changement climatique. Cela contraste fortement avec la climatisation, qui est une puissante source d’émissions de gaz à effet de serre. La nature dans les villes contribue à accroître la connectivité et la résilience des habitats naturels et à soutenir la biodiversité, comme le reconnaît le cadre mondial pour la biodiversité adopté l’année dernière.

Aménager avec la nature en ville

Des idées préconçues à la caractérisation des effets environnementaux, sanitaires et économiques Cet ouvrage apporte un éclairage particulier sur la nature en ville, il est centré sur ses effets. A travers un regard pluridisciplinaire, il donne des éléments de compréhension documentés et étayés de chiffres clés sur les effets de la nature en ville, les concurrences et synergies entre phénomènes et les ordres de grandeur des impacts. Les thèmes traités sont en lien avec les leviers de l’aménagement pour des villes et territoires durables. L’ouvrage s’articule en quatorze chapitres, chacun d’eux est fondé sur une idée préconçue et apporte des éléments de compréhension, des phénomènes en jeu et des effets (environnementaux, sanitaires et/ou économiques) de la nature en ville. Les idées préconçues portent sur les effets de la nature en ville sur la biodiversité, la qualité de l’air, la qualité des sols, l’ambiance sonore, la gestion de l’eau, le confort thermique, la concentration en gaz à effet de serre, l’alimentation, l’attractivité des espaces urbanisés et l’approche économique. Destiné notamment aux services techniques des collectivités et complémentaire d’orientations proposées par ailleurs pour un aménagement favorable à la nature en ville, il donne le point de vue de l’ADEME sur des effets de la nature en ville pour différents enjeux liés à l’aménagement urbain. Aménager avec la nature en ville
Outre les solutions naturelles, les villes devront trouver d’autres moyens de se rafraîchir sans alimenter la crise climatique, estiment les experts. Il s’agit notamment de passer aux énergies renouvelables, d’intégrer le refroidissement passif dans les bâtiments et de modifier les rues et les bâtiments pour qu’ils réfléchissent la chaleur et favorisent les brises. Le PNUE élabore actuellement des lignes directrices à l’intention des autorités locales, qui seront publiées dans le courant de l’année, afin de concevoir des quartiers plus résistants à la chaleur et de garantir un accès égal aux bienfaits de la nature dans les villes. Le PNUE s’est également associé à Arsht-Rock pour la Plate-forme d’action contre la chaleur, un outil destiné aux responsables municipaux pour réduire les impacts humains et économiques de la chaleur extrême.
Qu'est qu'on fait ?
Qu’est qu’on fait ?

Changement climatique, il y a urgence à s’adapter

  • https://archives.qqf.fr/

Selon les experts, il est essentiel que les villes commencent à se préparer à un avenir marqué par des chaleurs extrêmes. Selon l’Organisation météorologique mondiale, le mois de juin a été le plus chaud jamais enregistré. La Cool Coalition, une initiative mondiale sur le refroidissement efficace et respectueux du climat mise en place par le PNUE, affirme que les températures extrêmes tuent déjà 5 millions de personnes par an, et que le nombre de décès liés à la chaleur est en augmentation. capture_d_e_cran_2023-07-13_a_14_23_12.png

« Il s’agit d’un défi mondial qui touche des milliards de personnes« , a déclaré M. Stone, du PNUE. « La réalité est que nous devons agir en temps réel pour que nos villes restent vivables‘.


Comment les villes se servent de la nature pour se protéger des vagues de chaleur

Comment les villes se servent de la nature pour se protéger des vagues de chaleur
Comment les villes se servent de la nature pour se protéger des vagues de chaleur
Plus la planète se réchauffe, plus les villes ont besoin de nouveaux moyens pour faire baisser les températures urbaines et protéger leurs habitants. Les vagues de chaleur sont déjà de loin les catastrophes météorologiques les plus meurtrières en Europe ; 140 000 décès associés à 83 vagues de chaleur ont été enregistrés depuis le début de ce siècle. Aujourd’hui, seuls 8 % des 2,8 milliards de personnes vivant dans des endroits où la température quotidienne moyenne est supérieure à 25 degrés Celsius disposent d’un climatiseur.
Jardins au bord de la baie, Singapour.
Jardins au bord de la baie, Singapour.

La solution des six secteurs à la crise climatique

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a travaillé à l’élaboration d’un manuel pour le refroidissement durable soulignant les meilleures pratiques faciles à mettre en œuvre dans les villes. Ce guide aidera les responsables municipaux à élaborer des feuilles de route en matière de refroidissement durable, adaptées aux besoins et aux possibilités propres à leurs villes. Beating the Heat: A Sustainable Cooling Handbook for Cities Le PNUE est en première ligne pour soutenir l’objectif de l’Accord de Paris de maintenir l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2°C, et de viser 1,5°C, par rapport aux niveaux préindustriels. Pour ce faire, le PNUE a élaboré une solution à six secteurs, une feuille de route visant à réduire les émissions dans tous les secteurs, conformément aux engagements de l’Accord de Paris et à la recherche de la stabilité climatique. capture_d_e_cran_2023-08-11_a_12.19_15.png Les six secteurs identifiés sont :
  1. Énergie ;
  2. Industrie ;
  3. Agriculture et alimentation ;
  4. Forêts et utilisation des terres ;
  5. Transports ;
  6. Bâtiments et villes.

 

Documents joints

À propos du Programme des Nations unies pour l’environnement

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) est le principal porte-parole mondial en matière d’environnement. L’organisation joue un rôle moteur et encourage les partenariats dans le domaine de l’environnement en inspirant, en informant et en permettant aux nations et aux peuples d’améliorer leur qualité de vie sans compromettre celle des générations futures.

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...