Dans l'actualité :

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...
La Newsletter d'Hugo Clément

Au mois de mai, ranger les tondeuses à gazon pour aider la vie sauvage !

En laissant les plantes pousser et fleurir, vous aiderez les insectes, les oiseaux et vous rendrez votre jardin plus résistant à la chaleur

Au mois de mai, il y a UNE chose très simple à mettre en œuvre pour aider la vie sauvage : ranger les tondeuses à gazon ! En laissant les plantes pousser et fleurir, les insectes pollinisateurs et les oiseaux bénéficient de la diversité végétale et le jardin résiste mieux face aux chaudes journées d’été. Hugo Clément nous explique tout.

En matière de “sobriété”, ce n’est pas toujours facile de réduire l’usage de la voiture et, pour certains, c’est très difficile, voire impossible, quand on dépend de son véhicule pour aller travailler par exemple. Faire isoler sa maison, c’est souvent très coûteux. Renoncer à partir en vacances loin de chez soi, pour certains, c’est même un sacrifice inenvisageable. Bref, la sobriété peut parfois paraître inaccessible.

Mais il y a une chose qu’on peut décider de faire aujourd’hui, tout de suite, qui ne coûte rien, qui ne change pas notre vie et qui a un impact positif sur l’environnement. c’est la tonte ! De l’herbe bien sûr, pas des moutons.

Hugo Clément

En mai, laissez la tondeuse au garage !

Sur les terre-pleins, les bords de route, dans des parcs ou des ronds-points, on a tous vu ces employés communaux, en combinaison, en train de couper les « herbes folles » avec leur machine pétaradante.

Pourtant, cela ne sert à rien. Ça coûte de l’argent, ça utilise du pétrole, ça fait un boucan d’enfer, et surtout, c’est très mauvais pour la biodiversité.

Il y a infiniment plus de vie dans un espace recouvert de plantes et de fleurs sauvages que sur une pelouse coupée à ras.

Car les herbes folles, qui poussent spontanément et que beaucoup de gens considèrent encore comme “sales”, sont un habitat et une réserve de nourriture pour les animaux, qu’il s’agisse des insectes, des oiseaux ou des petits mammifères.

Il y a infiniment plus de vie dans un espace recouvert de plantes et de fleurs sauvages que sur une pelouse coupée à ras. Évidemment, cela vaut aussi pour nos jardins.

© Photo Cyrille Souche

Certains peuvent trouver qu’une pelouse parfaitement tondue est plus esthétique qu’un terrain où poussent les plantes sauvages (ce n’est pas notre avis), mais d’un point de vue scientifique, il n’y a QUE des avantages à ranger la tondeuse au garage, surtout au printemps.

Le mouvement “No Mow May” (“pas de tonte en mai”) né en Grande-Bretagne en 2019 est en train de prendre de l’ampleur en France et je vous invite à y participer. En effet, le mois de mai est une période propice pour la croissance et la floraison des plantes sauvages, mais aussi pour la faune, dont les insectes et les oiseaux (qui font leurs nids à cette période).

© Photo Cyrille Souche

Quand on sait que les populations d’insectes volants ont décliné de 80 % en Europe ces trente dernières années, il y a urgence à ne pas détruire l’habitat de ces petites bestioles qui sont à la base de la chaîne alimentaire.

Laissez une partie de votre jardin pousser librement !

Que les choses soient claires : il ne s’agit pas de transformer tout son jardin en jungle luxuriante. C’est normal de vouloir y accéder facilement et d’en profiter pour installer une table, des chaises, des transats…

© Photo Cyrille Souche

Mais faites le test, si vous avez la chance d’avoir un peu de terrain : laissez au moins une partie pousser librement, sans la tondre, et vous verrez la différence très rapidement : davantage de papillons, d’abeilles, de coccinelles qui luttent contre les ravageurs, ou encore d’oiseaux qui viennent casser la croûte ou chercher des brindilles pour faire leur nid… Vous pourrez tracer quelques cheminements au milieu des herbes folles, pour pouvoir vous y promener et vous émerveiller du résultat. On appelle cela la “tonte différenciée”.

Un exemple de tonte différenciée, qui permet de laisser des zones pousser librement, tout en pouvant circuler.

Une expérience a été menée en 2020 au King’s College de Londres, où une section de pelouse n’a pas été tondue, contrairement à d’habitude. Les résultats ont été spectaculaires puisque trois fois plus d’espèces de plantes, d’insectes et d’araignées ont été recensées dans l’espace non tondu. Même des chauves-souris y ont trouvé leur compte !

“Nous avons constaté que la zone non tondue était extrêmement bénéfique pour la biodiversité, explique la docteur Cicely Marshall, spécialiste des plantes à l’université de Cambridge. J’ai été vraiment surprise par l’ampleur du changement dans une si petite zone.”

© Photo Cyrille Souche

Autre avantage : les herbes hautes permettent de diminuer la température du sol et de le protéger de la sécheresse, en préservant l’humidité qui s’y trouve. Une pelouse coupée à ras n’aura pas le temps de développer son système racinaire et deviendra rapidement jaune en cas de canicule, alors qu’un terrain en libre évolution sera beaucoup plus résistant et résilient. Les profondes racines des plantes sauvages permettent également à l’eau de mieux s’infiltrer dans le sol. En prévision des chaudes journées d’été, c’est plutôt utile…

© Photo Cyrille Souche

Ne taillez pas vos haies entre mars et septembre, pour protéger les oiseaux

Au-delà du mois de mai, il est conseillé de ne jamais tondre son gazon à ras, et de laisser au moins 7 centimètres de végétation toute l’année, en laissant certaines zones pousser librement.

De même, évitez de tailler vos haies entre mars et septembre, pour ne pas déranger les oiseaux qui viendraient y faire leurs nids et augmenter l’ombre au sol. Quant à ceux qui s’inquiéteraient d’une éventuelle prolifération des moustiques, sachez que la tonte ou la taille ne permettent pas de réduire leur présence, contrairement à l’élimination des eaux stagnantes, dans le fond des pots de fleurs par exemple.

Alors on pourrait penser que tout cela est anecdotique par rapport aux défis de préservation de la biodiversité. Mais pas du tout ! Car si on met bout à bout tous les jardins des particuliers et tous les espaces verts des communes de France, cela représente une surface immense. L’enjeu est donc gigantesque.

Ces espaces non tondus permettent à la faune sauvage de respirer un peu, loin du béton et loin des pesticides utilisés dans les zones agricoles… En plus, observer toute cette vie dans son jardin ou dans le parc de sa ville, c’est beau, ça fait du bien et c’est gratuit. On s’y met ?

© Photo Cyrille Souche

 

La newsletter d’Hugo Clément est un rendez-vous hebdomadaire qui vous informe sur le climat, la biodiversité et les enjeux environnementaux. Recevez chaque semaine gratuitement dans votre boîte mail un décryptage argumenté sur un sujet d’actualité, que vous ne lirez dans aucun autre média. Dans cette newsletter, Hugo sélectionne aussi les infos à ne pas manquer et vous donne ses recommandations culturelles. Abonnez-vous pour ne rien rater et agrémenter vos connaissances sur l’écologie !

Hugo Clément

cover-img

Salut tout le monde ! Je m’appelle Hugo, j’ai 33 ans, j’habite à Biarritz, je suis journaliste, auteur et producteur. J’anime l’émission Sur le front, sur France 5, consacrée à l’environnement et je suis également chroniqueur sur France Inter dans la matinale. En 2022, j’ai fondé le média d’enquête indépendant vakita.fr et j’ai publié ces dernières années plusieurs livres traitant d’écologie et de la cause animale, ce qui m’a permis de rencontrer un grand nombre d’experts de ces thématiques. Avec cette newsletter hebdomadaire, je vous propose du contenu inédit et approfondi, qui arrive chaque mercredi directement dans votre boîte mail. N’hésitez pas à me contacter par mail pour me faire part de vos remarques : hclement@vakita.fr

À bientôt !

A lire

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

30 solutions et retours d’expérience pour adapter les villes au changement climatique

L’Agence Parisienne du Climat et ses partenaires, dont la...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans Conservation Biology, sur l’impact des changements climatiques à venir sur la biodiversité du bassin méditerranéen....

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert à l’approche des élections européennes, états, entreprises et ONG se mobilisent pour sauver un paquet...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets du changement climatique et estiment qu’il est urgent d’agir, la nécessité de la est...