Dans l'actualité :

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques...
5ème Rapport du GIEC : ACF interpelle les décideurs

Assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle

QUI TIENT COMPTE DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA FAIM ET LA SOUS-NUTRITION ?

A l’heure où le deuxième volet du rapport du GIEC confirme les conséquences néfastes du changement climatique sur la faim et la sous-nutrition, l’ONG Action Contre la Faim (ACF) interpelle les gouvernements et les acteurs internationaux : Des mesures doivent être prises de toute urgence pour s’attaquer aux causes et aux conséquences des changements climatiques sur la faim et la sous nutrition pour les plus pauvres.

Le rapport «Changement climatique : impacts, adaptation et vulnérabilité » fera état de la gravité des impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des plus vulnérables. Ce rapport est une piqûre de rappel pour les décideurs qui peinent à s’accorder dans le cadre des négociations internationales sur le changement climatique, à la fois sur leurs engagements en termes de réduction des gaz à effet de serre et leurs contributions à l’adaptation des pays du Sud les plus vulnérables.

Plus pauvres, plus sous-nutris et plus vulnérables aux changements climatiques

Les impacts négatifs du changement climatique sur la sécurité alimentaire et la sous-nutrition sont une réalité quotidienne pour beaucoup d’êtres humains. Ils freinent chaque jour un peu plus les efforts mis en place pour lutter contre la faim alors même que 842 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim aujourd’hui et 180 millions d’enfants sont victimes de malnutrition. Les projections les plus optimistes (+2°C à la surface du globe) prévoient que le taux de sous-alimentation en Afrique augmentera de 25% à 90% d’ici à 2050. Cette situation traduit un paradoxe insupportable : ceux qui contribuent le moins au réchauffement climatique sont ceux qui en souffrent le plus. « Chaque jour, les équipes d’ACF constatent auprès des populations les plus pauvres les ravages du changement climatique sur la faim et la sous nutrition. Il est temps que les Etats, dans le cadre des négociations internationales sur le climat, s’emparent du problème » rappelle Serge Breysse, Directeur du plaidoyer d’Action Contre la Faim. Les mères du village de Toula, Kanem (Tchad) « La malnutrition est un phénomène récent au Kanem. C’est à cause du bétail qui a disparu. La rareté des pluies, a provoqué des sécheresses successives qui ont décimé les bétails. Et du coup, tout a changé dans notre mode de vie aussi. Les gens ont du mal à s’adapter au nouveau rythme de la vie. Résultat : les hommes ont tout quitté pour gagner leur vie en ville, laissant femmes et enfants au village. »

Des mesures doivent être prises, et le plus vite possible.

Le rapport confirme et alerte sur les conséquences déjà désastreuses du changement climatique pour des populations déjà fragilisées : chute des rendements agricoles, augmentation des risques sanitaires et de l’insécurité alimentaire ; le tableau dressé par le GIEC appelle à une mobilisation d’envergure ciblant les plus pauvres. Si les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre doivent être renforcés afin de contenir le réchauffement, la mobilisation pour permettre aux populations de s’adapter et y faire face doit absolument se renforcer. Les effets du changement climatique se font déjà sentir partout dans le monde. Il frappe plus violemment et plus fréquemment les populations les plus fragiles qui n’ont d’autre choix que de s’adapter. Mais l’adaptation au changement climatique à un coût. D’après la Banque Mondiale, les besoins de financement pour la mise en place de mesures d’adaptation approcheraient les 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 dans les pays en développement. Malgré des estimations difficiles, il est reconnu que nous sommes très loin du compte. Les décisions prises dans le cadre des négociations actuelles sur le changement climatique seront donc déterminantes pour les populations des pays les plus pauvres. Pour garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle de tous, ACF demande aux gouvernements, bailleurs et décideurs politiques des soutiens financiers et techniques conséquents, dans le but d’appuyer: – l’adaptation, dans les pays les plus vulnérables, au changement climatique pour permettre la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle – les interventions directes et indirectes en nutrition qui prennent en compte la hausse attendue de la sous nutrition comme conséquence du changement climatique. – les réponses et la prévention des catastrophes humanitaires liées au changement climatique

Qui tient compte des impacts du changement climatique sur la faim et la sous-nutrition ? Un appel aux décideurs

Changement climatique et malnutrition

A propos d’ACF

Créée en 1979, Action contre la Faim est aujourd’hui l’une des plus importantes organisations humanitaires de lutte contre la faim dans le monde. Constituée en réseau international avec quatre sièges (Londres, Madrid, New York et Paris), Action contre la Faim – France intervient dans une vingtaine de pays frappés par des crises alimentaires graves, en mettant en œuvre des programmes d’urgence et de relance dans les domaines de la nutrition, de l’autonomie alimentaire, de l’eau et de la santé. ACF mène également des activités de plaidoyer, en lien avec ses interventions sur le terrain et son mandat humanitaire.

 

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie un livre vert intitulé « Risque climatique et impact en assurance ». Cette chaire académique...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS), SNCF Réseau mène une démarche pionnière dans le monde des gestionnaires d’infrastructure. Il...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques qui tentent de dissuader les agriculteurs n’en voyant plus l’utilité de les arracher. Si l’inefficacité...