Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...
"Il n'y a pas de commerce possible sur une planète morte" David Brower

1% pour la Planète, le cercle des entreprises responsables

Un pour cent pour la planète regroupe des entreprises engagées à consacrer une partie de leurs ressources pour améliorer l’état de santé de la planète. Conscients de leur responsabilité et de leur dépendance envers une planète saine, les membres versent au moins 1 % de leur chiffre d’affaires à des causes environnementales partout dans le monde. Sur 750 entreprises membres du programme, seules 35 sont françaises. Et si votre entreprise rejoignait le cercle ?

Le programme 1 % pour la planète (PLP) a été fondé aux Etats-Unis en 2001 par Yvon Chouinard, environnementaliste et fondateur de Patagonia inc., un détaillant de vêtements pour les activités de grande nature, et par Craig Mathews, propriétaire de Blue Ribbon Flies. Ces deux hommes d’affaires visionnaires, avaient vu leurs entreprises connaître un grand succès empirique attribuable à leur engagement à l’environnement. Ils voulaient s’unifier à d’autres entreprises pour aider à résoudre la crise environnementale tout en établissant des entreprises prospères. Depuis 1985, Patagonia inc. verse chaque année 10 % de ses profits avant impôt ou 1 % de son chiffre d’affaires, soit le plus élevé de ces deux montants, à des organismes environnementaux. Yvon Chouinard, qui qualifie ce don de « taxe de la Terre », reconnaît que son entreprise a la responsabilité de conserver et de protéger les ressources naturelles qu’elle utilise pour fabriquer et vendre ses produits. Depuis 1985, Patagonia inc. a versé plus de 19 millions de dollars américains à des organismes sans but lucratif partout dans le monde. Yvon Chouinard entend appliquer l’idée de « taxe environnementale » au secteur privé et, du même coup, soutenir les efforts de milliers d’environnementalistes à travers le monde. Craig Mathews verse 2 % des ventes nettes de Blue Ribbon Flies à des organismes environnementaux locaux près de son magasin à Yellowstone, au Montana. Selon lui, l’engagement envers l’environnement manifesté par son adhésion à 1 % PLP a stimulé ses ventes et a contribué à la fidélisation de sa clientèle. En novembre 2001, 1 % pour la planète fêta son lancement officiel. Lors de cet événement tenu au magasin Patagonia inc. de San Francisco en Californie, 21 entreprises devinrent membres. En conséquence du bouche à oreilles, 1 % PLP reçoit un flux constant de demandes de renseignements de la part d’entreprises et d’organismes environnementaux intéressés à se joindre au mouvement. Ainsi, en 2007, 1% Pour La Planète compte désormais près de 750 membres. Si la plupart des entreprises sont basées en Amérique du Nord, 100 sont européennes parmi lesquelles 46 en Grande-Bretagne et désormais 35 en France. L’association espère que ce type d’activisme continuera à prendre de l’ampleur et aboutira à un nouveau modèle de commerce. De la TPE à la l’entreprise au chiffre d’affaires de 300 millions de dollars, les membres actuels représentent des activités très variées. En France, parmi les adhérents au programme, on peut citer Planetik (marque de vêtements en coton biologique), les vignobles Henri Bourlon (viticulteur à Saint-Emilion) ou encore Jardin Bio (marque de produits biologiques et équitables). Avec 1% pour la Planète, les entreprises adhérentes s’engagent à subventionner des organismes qui s’occupent de protéger l’environnement naturel partout dans le monde. Cette définition est expressément ambigüe pour inclure des ONG qui travaillent notamment à l’éducation écologique, à la salubrité de l’environnement, à la prévention de la pollution et à la conservation des espaces verts et des milieux présentant une importance écologique. Jardin Bio reversera ainsi 250 000 € en 2007 pour la sauvegarde de l’environnement auprès d’associations homologuées et espère verser un million d’euros sur 3 ans sur un nombre significatif d’associations locales. Selon le Directeur du club, Terry Kellogg, en incitant de plus en plus d’entreprises à donner, nous voulons utiliser les forces du « marché » pour mener à des changements environnementaux positifs. Nous comptons sur les consommateurs pour faire la différence et le bon choix. En effet, les entreprises adhérentes au club peuvent être identifiées grâce au logo 1% qui figure sur leurs produits et outils de communication. Ce qui permet, selon l’association, aux clients et aux médias de distinguer clairement l’engagement écologique véritable du discours vide de sens. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce programme, nous vous invitons à prendre contact avec l’association par courriel : info@onepercentfortheplanet.org

 

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...