CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Média du Développement durable
Un documentaire explositif à suivre mardi 7 septembre à 22h35 sur Arte

Marchands d’anthrax : vers une guerre bactériologique ?

Toute la lumière sur le véritable commerce de l’anthrax

vendredi 3 septembre 2010
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Des courriers piégés au bacille du charbon causant la mort de cinq personnes une semaine après le 11 septembre 2001, des scientifiques spécialistes de l’anthrax retrouvés morts de façon étrange, des laboratoires privés ultra secrets manipulant les virus les plus toxiques,
des gouvernements investissant des milliards dans la biodéfense… : tous les ingrédients d’un véritable thriller sont réunis dans ce documentaire édifiant et alarmant de Roberto Coen à découvrir sur Arte mardi 7 septembre à 22h35.



Originaire du Zimbabwe, où a eu lieu en 1978 la plus grande épidémie d’anthrax, causant la mort de plus de 300 personnes, Roberto Coen s’est immédiatement interrogé sur le lien entre cette épidémie et les enveloppes piégées de 2001. En partant de cette affaire, il a parcouru le monde pendant presque cinq ans pour comprendre ce qui s’est passé et faire la lumière sur le véritable commerce de l’anthrax, l’une des bactéries les plus mortelles au monde. Au fil de ses rencontres avec les scientifiques, les militaires, les hommes politiques ou les journalistes ayant travaillé sur ce sujet, il apprend que de nombreux pays investissent massivement dans la biodéfense, parfois au mépris du droit international. La frontière entre recherche défensive et technologie d’attaque (prohibée) est parfois floue ; et l’investissement astronomique que représente l’armement chimique semble justifier les arrangements les plus secrets…

Au fil de ce documentaire fouillé, digne des meilleurs romans noirs, Roberto Coen met en évidence les affaires opaques dans lesquelles trempent les gouvernements occidentaux, notamment le sinistre “Project Coast”, un programme de recherche bactériologique secret du gouvernement sud-africain mené lors de l’apartheid. Il avait notamment pour but de créer une “bombe noire”, qui n’affecterait que les populations de couleur. Plus inquiétant encore, le réalisateur montre que cette recherche biologique, au départ publique, passe peu à peu entre les mains d’entreprises privées à l’aide de sociétés offshore qui travaillent pour le compte des États sans véritable contrôle et disséminent ces technologies un peu partout dans le monde. Un état des lieux alarmant. Roberto Coen précise : "Si la recherche bactériologique était autrefois l’apanage des États, depuis quelques années, ce sont les entreprises privées qui s’en chargent. Or, il est très difficile de contrôler ce qu’elles font […]. D’autant que ces sociétés s’internationalisent. C’est ainsi le cas d’Emergent Bio-Solutions, qui fabrique le seul vaccin contre l’anthrax homologué aux États-Unis. Prochainement, l’entreprise va ouvrir en Malaisie, un pays musulman, un laboratoire BSL 4 [le plus haut niveau de sécurité, réservé à la recherche sur les agents pathogènes les plus dangereux, ndlr]. Pourquoi dans ce pays ? Avec quel niveau de précaution ? Il faut savoir que la dissémination de ces germes présente des risques énormes : ce sont des organismes vivants, qui se reproduisent et se répandent. Une fois dans la nature, ils sont impossibles à récupérer. […] Selon moi, cette menace est bien plus terrifiante que le nucléaire".

Retrouvez un dossier complet sur www.arte.tv et chattez avec
le réalisateur Roberto Coen pendant la diffusion du film.

VIDÉOS : Interview de Roberto Coen

1/8 : Les débuts de l’enquête. Le réalisateur Roberto Coen explique son intérêt pour les armes biologiques et comment son enquête a commencé.

2/8 : Des sciences dangereuses. Roberto Coen évoque l’existence et les dangers d’un monde parallèle à la recherche médicale, non régulé et à l’abri des médias. Il découvre une recherche secrète contraire à la déontologie scientifique, une science au service de la mort.

3/8 : Vers une guerre bactériologique ? Roberto Coen décrit l’implication des laboratoires privés dans la course aux armes biologiques.

4/8 : Emergent Bio Solution, une entreprise américaine. Malgré la signature d’un traité international en 1972 interdisant la recherche d’armes biologiques offensives, le nombre de laboratoires s’est multiplié partout dans le monde. Emergent Bio Solution fabrique le seul vaccin homologué contre l’anthrax, tous les soldats américains qui partent en opération dans des théâtres de guerre doivent être vaccinés.

5/8 : Les risques du tournage. Les laboratoires de recherche sont des zones très sensibles mais les réalisateurs ont réussi à accéder à des centres hautement sécurisés partout dans le monde.

6/8 : Docteur la Mort. Roberto Coen raconte sa rencontre avec le fameux Docteur la Mort et comment il a réussi à faire parler un des personnages les plus importants et controversés dans l’histoire des armes biologiques.

7/8 : Le "Projet Coast". Des années après le projet Coast, des questions restent toujours en suspens. Wouter Basson "Docteur La Mort" dirigeait ce programme.

8/8 : Steven Dresch. Bob Coen dédie ce film à Steven Dresch, un détective brillant qui l’a inspiré.


Documentaire de Roberto Coen (France/Canada,2009, 1h26mn) - Coproduction : Arte France, Telfrance, Galafilm


Article lu 1614 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9840515

57 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable