CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Consommer responsable
Ethical Fashion Show®, du 9 au 12 octobre 2008 au Carrousel du Louvre, Paris

Label’Attitude

Les différentes familles des "nouveaux verts"

mercredi 1er octobre 2008
Posté par Julien Navarro

Imprimer Enregistrer au format PDF

A l’occasion de l’édition 2008 de l’Ethical Fashion Show qui se déroulera du 9 au 12 octobre 2008 au Carroussel du Louvre à Paris , Monica Fossati (rédactrice en chef du magazine « EKWO ») et Alexandre Pasche vous proposent une présentation des différentes familles des « nouveaux verts ».



 LES NOUVEAUX VERTS : QUI ACHÈTE ÉCO-RESPONSABLE ?

Les “écolo-sapiens” sont parmi nous !

Mais ce n’est pas en cherchant les cheveux en dreadlocks et les tenues en sacs de patate que vous les trouverez. Éco-citoyens, consomm’acteurs, consommateurs-citoyens, néo-écolos, NU-greens, appelez-les comme vous voudrez, la prise de conscience est en train d’envahir la planète. Elle peut toucher n’importe qui, du PDG à votre concierge. Ce nouvel esprit, cette “grande vague verte”, insuffle un changement doux mais sans retour dans les comportements et modes d’achat. Pour s’en convaincre, il suffit de suivre les croissances à deux chiffres des produits verts qui germent dans tous les marchés. Malheureusement, les entreprises françaises, du secteur de la mode en particulier, sont en retard face à leurs concurrents américains, allemands, anglais ou espagnols. Certaines grandes marques hexagonales, des distributeurs notamment, ont néanmoins senti le vent tourner et mènent des initiatives passionnantes.

Mais qui achète ces produits bio, verts, équitables, recyclés ? Comment les séduire et les reconnaître ? Quels sont leurs styles et leurs couleurs préférées, leurs réflexes en terme de matières ? En quelques familles et
panneaux de tendances associés, nous vous emmenons faire le tour de ces “nouveaux verts”.

 Ethic Diva

Dorothée ne dit jamais son âge, mais elle a vécu tous les courants de la mode de ces 25 dernières années. “Branchée” durant les années 80, “people” dans les années 90, elle est toujours en rythme avec son époque et garde le meilleur du passé, tout en cultivant le métissage culturel. À l’aube de ce troisième millénaire, elle s’intéresse désormais à sa vie intérieure qui passe par la consommation de produits naturels qu’elle mélange avec le bio.
Elle a été, est et restera belle, avec ses longues jambes et son port altier qui l’élève au-dessus de la foule. Grâce à cette dégaine, elle a fait carrière dans les Relations Presse et l’événementiel, mais met aujourd’hui son expérience personnelle au service des autres comme coach. Le soin de soi, elle connaît par cœur et pratique un égocentrisme qui évolue vers “l’écocentrisme”.
Il y a toujours autant de cosmétiques dans la salle de bain de son appartement rive gauche, mais désormais ils sont bio ; elle a quitté l’esthéticienne pour le Spa, et le step pour le yoga.
Elle aime les choses de valeur, qu’elles viennent du passé, comme ses carrés de soie “pour tenir la gorge au chaud l’hiver sur le décolleté”, ou du futur comme son téléphone portable à coque bioplastique rapporté du Japon.
Ne pouvant pas renoncer aux voyages, elle continue à prendre l’avion mais se nettoie la conscience en adhérant à un programme de compensation carbone. Pour elle, être écolo passe par l’authenticité, les nouvelles matières, le luxe et les technologies qu’elle n’a jamais comprises mais c’est pas grave tant que c’est beau et chic !

 Ethno Street

Ahmed, Lucia, Raphaël, Tom, Charlène, Aya et Léo ont une vingtaine d’années, ils sont étudiants ou en formation en alternance. Urbains et éthiques, ils sont “no-nos”. Autrement dit, pour eux, l’engagement, c’est d’abord dire “non”. Anti-racistes, anti-CPE, anti-conso et anti-4X4, ils sont également déçus par la gauche et les alter-mondialistes.
Malgré leurs contradictions, ils forment entre eux des liens chaleureux et respectueux des différences, et savent, contrairement à leurs aînés, descendre dans la rue et se mobiliser lorsque c’est nécessaire.
Ils aiment la notion de “village mondial” et se sentent près de ceux qui sont “loin”, avec qui ils échangent leurs vies via Myspace.
Assez contradictoires, ils sont partagés entre la combativité radicale collective et la tolérance naïve individuelle. C’est ainsi qu’ils sont hostiles à la publicité tout en décortiquant tous les spots télévisés, qu’ils honnissent les industriels du tabac tout en fumant comme des pompiers, qu’ils sont attirés par le bio tout en fréquentant assidûment les “grecs”.
Dans le domaine culturel, ils téléchargent de la musique et des films tout en se rendant compte que cela brade les contenus et condamne les
artistes à tirer le diable par la queue. Ils ne lisent que les journaux gratuits, aiment se noyer dans les grands mouvements de foule, sont adeptes des festivals/parades (Eurockéennes de Belfort, Technival, Gay Pride, Fête de la Musique), et trouvent toujours un prétexte pour ne pas aller à la campagne, sauf s’il y a plein d’amis et la fête…

 Ecolo Pride

Easy, cool, presque néo-baba, Émeric et Karine habitent avec leurs deux enfants dans un F3 du 20e arrondissement de Paris, meublé en récup’. Très investis dans la vie de quartier, ils ont fondé un jardin partagé dans la friche derrière leur immeuble et co-organisent la fête annuelle des voisins. Adeptes des SELs (Systèmes d’Echanges Locaux solidaires), ils donnent des cours de dessin en échange d’heures de repassage. Pour eux "Belleville est un village !”.
Ils guettent toutes les actions et messages éco-citoyens, qu’ils soient portés par des chanteurs, des responsables d’associations ou des stylistes de mode.
Pour eux, le travail est un moyen et non une finalité, aussi ont-ils choisi la facilité et peu de responsabilités, mais aussi moins d’argent.
Ils aiment manger bio, connaissent tous les bons plans bio en supermarché, les réductions des magasins spécialisés et ont souscrit à un panier hebdomadaire AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne).
Globalement, ils sont attirés par ce qui semble “éconologique” (économique+ écologique) : noix de lavage, couches lavables, portage, cosleeping, co-voiturage, troc, don…
Le week-end, ils vont voir des amis en lointaine banlieue et achètent œufs, poulet et miel au producteur sur le chemin du retour. En été, ils passent leurs vacances à la ferme dans des éco-gîtes ruraux, ou campent dans les Pyrénées avec des ânes. Leur rêve : une cabane en bois perchée dans un arbre ou une yourte mongole.

 Bionimalist

Intellos presque élitistes, Tiphaine et Pablo sont écolos minimalistes. Jeune couple sans histoire, ils cultivent un esprit sain dans un corps sain. Ils travaillent dans la pub, la mode, le graphisme, l’informatique, la vidéo. Avec un fort bagage technique et un vrai sens graphique, ils sont soigneux, organisés, et ont de l’espoir en l’avenir qu’ils escomptent plus clean et high-tech.
Ils se sont acheté un appartement dans un quartier populaire qu’ils ont décoré zen, avec des matières naturelles et du mobilier équitable, mais où les appareils multimédia high-tech dernier cri trônent à côté du design sobre. Ils bondissent sur les derniers gadgets techno-écolos car ils aiment garder une longueur d’avance.
Adeptes d’une zen-attitude et de nourriture saine, ils tendent vers le végétarien aquatiqueasiatique : graines germées, tofu, soupe miso, sushis aux algues, le tout de préférence bio.
Peu sportifs, ils n’aiment pas les excès, ne fument pas et ne boivent pas, leur seule drogue reste Internet, où ils cultivent leur site et utilisent Skype pour converser avec leurs nombreux amis internationaux. Une ou deux fois par an, ils s’évadent dans des contrées avancées en matière d’écologie et de prise de conscience de soi.
Ils aiment l’Asie et en particulier le Japon pour son minimalisme supposé. Ils reviennent d’ailleurs d’un stage ayurvédique en Suisse qui les a enchantés ; ils en ont profité pour visiter Fribourg et se sont extasiés devant les avancées agréables et durables de la ville.
De retour, ils ont fait circuler les photos à tous leurs amis…

 Alter Urbains

Famille recomposée, les Leroux-Dujardin habitent au dernier étage d’un immeuble haussmannien derrière la place de la République (ils disent “près du canal”). Leur intérieur est un savant mélange de brocante, de design, de mobilier et de textiles rapportés de vacances qu’ils ont achetés directement aux artisans.
Vivre en plein Paris (resté pour eux un vivier culturel dont ils s’abreuvent), passer le week-end à la campagne, ordinateur portable sous le bras (pour s’oxygéner et retrouver les saisons) est devenu leur rythme idéal.
Leur vie était plutôt paisible et conformiste jusqu’aux années 90, confortable même grâce au salaire élevé de la pub dans laquelle M. Leroux travaillait. Depuis, ils ont pris conscience des problèmes de la planète et sont convaincus que “l’on ne peut plus continuer à vivre comme ça”.
Changement de famille, mais aussi de style de vie, depuis le travail jusqu’à la philosophie : aujourd’hui M. Leroux est devenu consultant en entreprise sur des thématiques éthiques, alors que sa nouvelle femme évolue dans le secteur artistique, entre une maison d’édition où elle est correctrice et le stylisme photo qu’elle pratique à l’occasion. Terroir et agriculture biologique sont les deux piliers de leur cuisine aussi variée que les cultures du monde.
Très actifs durant l’année, ils essaient de faire une “vraie coupure” au mois d’août et se retrouvent dans une propriété de famille en Bretagne ou à Royan. Là, ils refont le monde avec quelques amis, au cours des dîners bien arrosés de vin bio (“le vin, lui, ne peut tromper car il vient de la terre”).

Publié avec l’aimable autorisation de Monica Fossati (rédactrice en chef du magazine "EKWO")

- Site du magazine "EKWO"

 Ethical Fashion Days - le salon de la mode et des bijoux éthiques en Suisse

Du 17 au 19 octobre, venez découvrir la dernière création tout droit sortie de l’atelier créatif de NiceFuture ... pour rendre cet événement unique, nous y avons mis nos plus belles couleurs ainsi qu’une belle brochette de stylistes engagés, un choix distingué de jolis designers-bijoutiers venant nous faire voyager aux 4 coins de l’Europe, les magnifiques créations d’une trentaine de marques éthiques (et si esthétiques !) venues des 4 coins de la planète Terre, des partenaires adorables, des rencontres pleines de promesse, l’esprit de la découverte et l’envie de découvrir des imaginaires insoupçonnés.

Programme complet, informations


Pour plus d’informations sur l’Ethical Fashion Show, vous pouvez consulter : Ethical Fashion Show 2008 : la mode éthique au service de l’environnement


Article lu 2964 fois

lire aussi :
  • Forum du développement durable 2017


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 10651975

    63 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable