CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Finance - Contribution Economique > Energie
EurObserv’ER présente

Etat des énergies renouvelables en Europe 2012

et Baromètre des énergies renouvelables électriques en France

vendredi 15 février 2013
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Au cours de l’année 2012, l’équipe EurObserv’ER, se basant sur l’expérience accumulée au cours des 12 dernières années, a recueilli et analysé les données concernant le déploiement des sources d’énergies renouvelables dans l’Union européenne en 2010 et 2011. Pour 2011, l’équipe estime que 13,4 % de la consommation finale brute d’énergie dans l’Union européenne ont été produits à partir de sources renouvelables. Cette valeur représente presque un point de plus que le chiffre consolidé de 2010 (12,5 %), ce qui est tout à fait cohérent avec les statistiques publiées par Eurostat.



 Données clés issues de L’Etat des énergies renouvelables en Europe 2012

-  Etat des énergies renouvelables en Europe 2012 disponible en libre téléchargement en cliquant ici (PDF, français/anglais, 240 pages, 15 Mo) :

  • Part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale : 13,4 % en 2011 (12,5 % en 2010)
  • Part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’électricité : 20,6 % en 2011 (20 % en 2010)
  • Volumes d’emplois associés aux filières énergétiques renouvelables : 1,19 million en 2011 (1,15 million en 2010)
  • Chiffre d’affaires : 137 milliards d’euros en 2011 (132 milliards d’euros en 2010)

EurObserv'ER présente la 12ème édition de son bilan annuel

13,4 % d’énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale en 2011 de l’Union européenne (objectif 20 % en 2020)

La Directive énergies renouvelables de 2009 prévoit que les États membres augmentent la part d’énergies renouvelables dans leur consommation brute d’énergie finale afin d’atteindre 20 % pour l’ensemble de l’Union européenne. Cela se traduit par des objectifs individuels à 2020 obligatoires pour chaque pays membre.

Part des énergies renouvelables

La part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale de l’Union européenne s’élève à 13,4 % en 2011 contre 12,5 % en 2010, ce qui représente une augmentation de 0,9 point (données arrondies).

L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale entre 2010 et 2011 s’explique par une consommation brute d’énergie finale d’origine renouvelable un peu plus élevée : 151,5 Mtep (contre 148,6 Mtep en 2010), associée à une baisse sensible de la consommation brute d’énergie finale totale (1 126,6 Mtep en 2011 contre 1 184,6 Mtep en 2010).

Ainsi, entre 2010 et 2011, la consommation brute d’énergie finale issue des énergies renouvelables a augmenté de 2 % (+ 3 Mtep), alors que la consommation totale brute d’énergie finale a baissé de - 4,9% (- 58,0 Mtep). Cette diminution importante est la conséquence d’un hiver européen exceptionnellement doux, qui a limité les besoins en chauffage, et d’un ralentissement de l’activité économique.

La faible augmentation de la consommation d’énergie renouvelable s’explique aussi par une faible augmentation de la consommation de biocarburants. Elle n’est en revanche pas à lier à la baisse importante de la production hydroélectrique qu’a connu l’Europe en 2011, car les calculs prennent en compte la production hydroélectrique normalisée et non la production réelle.

Indicateurs socio-économiques

Deux indicateurs viennent apporter un éclairage sur l’impact socio-économique des secteurs renouvelables en Europe : l’emploi et les chiffres d’affaires générés en 2010 et 2011. Les 27 pays de l’Union européenne sont détaillés, pour neuf filières renouvelables distinctes.

Emploi

Pour l’ensemble des 27 pays membres de l’Union européenne, les volumes d’emplois associés aux marchés des filières énergétiques renouvelables représentent plus de 1 186 000 personnes. Par rapport à l’estimation retenue pour 2010 (1 148 600 emplois), la progression est de 3 %. Le premier des secteurs est celui du photovoltaïque avec plus de 311 000 emplois, suite à l’exceptionnelle croissance du marché entre 2006 et 2010. Viennent ensuite la biomasse solide et l’éolien avec respectivement 274 150 et 270 250 emplois estimés pour 2011.

Chiffre d’affaires

L’activité économique des 27 pays membres de l’Union européenne est évaluée à plus de 137 milliards d’euros en 2011 contre 132 milliards en 2010, soit 3 % de mieux. C’est le photovoltaïque qui est en tête du classement des filières, avec un chiffre d’affaires de 45 924 millions d’euros. Les deux filières suivantes sont l’éolien et la biomasse solide.

 Observ’ER, l’Observatoire des énergies renouvelables

Observ'ER Observ’ER l’Observatoire des énergies renouvelables est une association à but non lucratif d’intérêt général, fondée en 1979.

Observ’ER est un acteur qui se situe à l’interface des questions de l’énergie, de l’environnement et du développement. Il surveille, informe et propose des solutions. Il quantifie et qualifie les progrès des sciences, des techniques et de l’industrie dans chacune des disciplines. Les énergies renouvelables incluent : l’énergie solaire photovoltaïque, le solaire thermique basse température, l’énergie solaire thermique haute température, l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique ou hydroélectricité, la géothermie, la biomasse elle-même composée par le bois-énergie, le biogaz et les biocarburants.

Avec ses partenaires qui l’ont accompagné fidèlement depuis 1979, Observ’ER veut, sans exclusive, travailler avec tous ceux qui ont des responsabilités pratiques ou intellectuelles en matière d’énergie, d’environnement et de développement durable et qui acceptent de réfléchir aux ressources qu’ils gèrent et à l’usage qui en est fait. Géré selon le statut d’association à but non lucratif, l’Observatoire des énergies renouvelables est composé de deux collèges : celui des fondateurs et celui des personnalités qualifiées.

Collège des fondateurs : Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) representé par Jean-François Rocchi ; Bureau de coordination énergies renouvelables représenté par Mélanie Persem ; Caisse des dépôts représentée par Stéphane Hayez ; Crédit Agricole représenté par Michel Auzet ; Crédit Coopératif représenté par Catherine Becquaert ; Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) représenté par Carole Le Gall ; Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) représenté par Didier Marsacq ; Compagnie nationale du Rhône (CNR) représentée par Christian Triol ; Électricité de France représentée par Jacques Pithois ; GDF Suez représenté par Eric Vincent ; Institut français du pétrole Énergies nouvelles (IFP) représenté par Jean-François Gruson ; Institut national de l’énergie solaire (INES) représenté par Jean-Pierre Vial ; Qualit’EnR représenté par André Joffre ; Syndicat des énergies renouvelables (SER) représenté par Jean-Louis Bal ; Total représenté par Philippe Costerg.

Collège des personnes qualifiées : Mme Dominique Dron, MM. Dominique Bidou, Jean-Pierre Chaussade, Bernard Equer, Pierre Laffitte (Fondation Sophia-Antipolis), Alain Liébard (architecte), Daniel Lincot, Pierre Parayre, Joël de Rosnay (Cité des Sciences et de l’Industrie).

- Pour en savoir plus cliquez ici.

L’Observatoire des énergies renouvelables publie de nombreux documents. Parmi les dernières publications :

 Le baromètre des énergies renouvelables électriques en France

Le baromètre des énergies renouvelables électriques en France Observ’ER présente la troisième édition du baromètre des filières renouvelables électriques en France. L’ambition de ce travail est de réunir en un seul outil un ensemble d’indicateurs énergétiques, socio-économiques et industriels qui, regroupés et analysés, présentent une photographie hexagonale détaillée de tous les secteurs. On y retrouve les énergies renouvelables électriques les plus développées comme l’éolien, le photovoltaïque, l’hydraulique, la biomasse solide, le biogaz et l’incinération de déchets, mais également les secteurs en devenir comme la géothermie, les énergies marines et l’héliothermodynamique. Chaque filière traitée est présentée sous la forme d’une fiche synthétique. Une attention toute particulière a été portée à la dimension territoriale en produisant, à chaque fois que cela était possible, un détail régional de l’état des filières suivies. Un nouveau chapitre a été ajouté à cette édition 2012 : la synthèse comparée des objectifs pour 2020 des Schémas régionaux climat, air, énergie (SRCAE) des 22 régions.

- Télécharger gratuitement le baromètre 2012 des énergies renouvelables électriques en France.

Article lu 2096 fois

lire aussi :
  • 350.org : quand Internet mobilise 200 000 citoyens dans le monde contre le réchauffement climatique
  • 6e CAP CLIMAT, le 19 septembre à Roubaix
  • Le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement
  • Les objectifs climatiques et énergétiques de l’UE à l’horizon 2030


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9835463

    19 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable