CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
L’actu du DD > Afrique Durable
Innovations qui nourrissent la planète

Développer la culture sans labour en Afrique subsaharienne : parfois moins c’est mieux !

Par Danielle Nierenberg, chercheur senior à l’Institut Worldwatch

jeudi 16 décembre 2010
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Danielle Nierenberg est chercheur senior à l’Institut Worldwatch, une organisation environnementale basée à Washington, DC. Elle voyage actuellement à travers l’Afrique subsaharienne évaluant des solutions durables pour l’environnement dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Cette étude aboutira avec la sortie de L’état du monde 2011 : Des innovations qui nourrissent la planète. A suivre sur CDURABLE.info ... chaque semaine une nouvelle initiative pour nourrir la Planète.



Cette semaine Danielle Nierenberg nous écrit de Seattle, en Afrique de l’Ouest, pour partager avec nous une innovation qui pourrait non seulement économiser du temps et augmenter les rendements, mais aussi prévenir l’érosion des sols, la perte de nutriments et la dégradation des terres agricoles en Afrique sub-saharienne.

FAO

C’est une pratique connue sous le nom de culture sans labour. L’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) des Nations Unies, en partenariat avec le Réseau Africain pour la Conservation du travail du sol, développe des outils pour aider les agriculteurs à mettre en œuvre cette pratique respectueuse de l’environnement « moins c’est mieux ».

 Culture sans labour

En Tanzanie, un formateur montre l'utilisation d'un semoir direct brésilien (crédit photo : FAO)

En agriculture, parfois moins c’est mieux, surtout au niveau de la qualité de la terre. Les monocultures - comme le mais et le soja - dépendent beaucoup des tracteurs qui labourent la terre. Et bien que ces pratiques ont augmenté les récoltes pendant les derniers 60 ans, elles ont aussi beaucoup endommagé la terre. Labourer trop peut conduire à la sécheresse et l’érosion, ce qui provoque la perte des nutriments essentiels de la terre.

FAO

43
65

Zéro-labourage, d’autre part, aide à retenir l’humidité, évite l’érosion et préserve les nutriments. Le sol est couvert par les restes de plantes qui viennent de la dernière récolte et par les additifs organiques comme le fumier. Les semences sont plantées dans la terre non labourée, dans les trous ou les fossés étroits.

ifpri

MillionsFedEn Argentine, selon le livre de l’IFPRI, Millions Fed : Proven Successes, l’absence de labour dans la culture de soja a apporté une augmentation de 4.7 milliards de dollars depuis 1991. En plus, entre 1993 et 1999, la culture sans labour a ammené la création de 200,000 nouveaux emplois agricoles.

2020conffeatureDecfinalDans les Plaines Indo-Gangique de l’Inde du nord-ouest, la culture du riz a augmenté grâce au développement de la culture sans labour. Dans les années 1990, une perceuse a été développée et distribuée à bas prix pour créer des trous dans la terre non labourée. Grâce à son petit prix et accessibilité, cette technologie est fortement utilisée dans la région. Aujourd’hui, le zéro labour ou le labourage réduit au minimum concerne un cinquième de la culture du blé ici. Selon Millions Fed, des études démontrent que les fermiers peuvent augmenter leurs revenus de $97/hectare de terre, grâce a une production améliorée, la réduction du temps et du coût de préparation de la terre.

1BHc_FAO_FR

Selon une étude menée en 2004 par la FAO et les fermiers de l’IFAD en Tanzanie, les outils construits spécialement pour l’agriculture sans labour a économisé 75 % du temps de travail, utilisé pour déblayer la terre et préparer les champs.

Télécharger le résumé du rapport en français

African Conservation Tillage Network

D’ailleurs en Afrique de l’est, la FAO et le African Conservation Tillage Network aident à implémenter un projet triennal de conservation des pratiques de culture agricole, en faisant participer 4,000 fermiers au Kenya et en Tanzanie. Dans ce projet, les fermiers africains sont connectés avec les fermiers au Brésil pour qu’ils puissent profiter des connaissances de ceux qui étaient déjà aidés par cette méthode agricole, appelée ’moins, c’est mieux.

- Plus de photos dans la Galerie de Nourrir la Planète

- Plus de vidéos de Nourrir la Planète

Blog Institut Worldwatch de Danielle Nierenberg : ‘Nourrir la planète'

 Innovations qui nourrissent la Planète à suivre sur CDURABLE.info

Chaque semaine CDURABLE.info publie une innovation qui contribue à Nourrir la planète. Déjà en ligne au 16 Décembre :

- Partager connaissance et revenus grâce aux coopératives et partenariats de fermiers en Afrique

- Créer des marchés locaux pour les petites entreprises en Afrique

- Accès à la terre en Afrique : spoliation terrienne ou investissement dans l’agriculture ?

- Réduire le gaspillage de nourriture en Afrique comme aux Etats Unis

- Améliorer la vie des fermiers tout en préservant la biodiversité animale et végétale en Afrique Subsaharienne

- L’irrigation au goutte à goutte en Afrique subsaharienne

- Le rôle vital des femmes pour alimenter les communautés en Afrique subsaharienne

- Des unités de biogaz pour transformer les effluents d’élevage en électricité propre

- Obtenir de l’eau pour irriguer les cultures en Afrique - Zambie

- Transformer la cour d’école en une classe d’enseignement agricole durable au Rwanda

- Réduire ce que les femmes transportent en Afrique subsaharienne

- Une solution pour transformer les déchets organiques humains en fertilisant agricole

- Des solutions locales pour soulager la faim et la pauvreté en Afrique

- Des solutions pour réduire la contamination par les eaux usées à Accra, au Ghana

- Les agriculteurs qui apprennent aux agriculteurs de Maputo, au Mozambique

- Investir dans un meilleur stockage des aliments en Afrique


State of the WorldEn janvier 2011, les efforts du projet Nourrir la Planète donneront lieu à la publication de State of the World 2011 : Innovations that Nourish the Planet, la dernière édition de la publication principale de Worldwatch. Pour la première fois, ce livre annuel sera exclusivement dédié aux solutions pour combattre la pauvreté et la famine.

Le projet Nourrir la Planète établit une évaluation des nouvelles techniques agricoles – des méthodes de récoltes aux technologies d’irrigation et aux politiques agricoles – en mettant l’accent sur le développement durable, la biodiversité, la santé des écosystèmes ainsi que la productivité. Le projet a un double but : celui d’informer sur les efforts mondiaux pour éliminer la faim et celui de promouvoir ces efforts. Le projet étudie également les infrastructures institutionnelles nécessaires à chacune des approches, en suggérant les investissements complémentaires pouvant contribuer au leur succès – des banques de semences locales aux installations de traitement et aux bureaux de marketing.

Mettant l’accent sur les recherches de terrain, la co-directrice du projet Danielle Nierenberg est actuellement en déplacement en Afrique sub-saharienne afin de rencontrer des fermiers et communautés de fermiers, des représentants de gouvernements locaux, des donateurs et des organisations non-gouvernementales.


Article lu 2409 fois

lire aussi :
  • Food Tank : changer le système alimentaire mondial


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9968341

    49 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable