[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : A Cancún, l’ONU retrouve des couleurs mais le climat devra attendre
Bilan de la 16ème conférence sur le climat organisée sous l’égide des Nations Unies
A Cancún, l’ONU retrouve des couleurs mais le climat devra attendre
avec l’avis des ONG membres du Réseau Action Climat de France
samedi 11 décembre 2010
par David Naulin

La conférence de Cancun accouche, sous les applaudissements des pays rassemblés, d’un texte qui fait la quasi-unanimité. Ceux qui croyaient assister à la mort des négociations mondiales sur le climat en sont pour leurs frais. Bangladesh, Guyane, Zambie, Suisse, Brésil, Etats-Unis, Algérie, Union Européenne, Chine, Maldives... les uns après les autres, les délégués ont pris la parole en séance plénière pour dire « oui », avec force, au texte qui se veut le meilleur compromis possible sur les dossiers abordés.

La principale vertu du texte, adopté en dépit de l’opposition de la Bolivie, est d’inscrire dans le marbre de nombreux points de l’accord politique de Copenhague, qui n’a jamais été adopté par la convention de l’ONU, et de les décliner de façon plus précise et concrète. Le texte prévoit en particulier la création d’un Fonds Vert pour aider les pays en développement à lutter contre et s’adapter au réchauffement climatique. Les pays développés avaient promis à Copenhague de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020, mais l’origine de ces fonds n’a pas encore été identifiée. C’est la banque mondiale qui servira d’administrateur intérimaire pour le Fonds durant trois ans. Pour autant, les observateurs de cet accord feront valoir qu’il y a une absence de contraintes notamment envers les pays parmi les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. Les rapports produits par les grands pays émergents comme la Chine ou l’Inde sur leur émission de GES seront soumis à des consultations et analyses internationales (ICA), "non intrusives", "non punitives", et "dans le respect de la souveraineté nationale".

Certes, le climat n’a pas été sauvé ce samedi à Cancún, mais l’arène des négociations a été renforcée et la confiance rétablie. La Présidence mexicaine y est pour beaucoup. Par son organisation tempérée et sa volonté de transparence du début à la fin, elle a favorisé un climat propice au compromis.

Fait rare, Patricia Espinosa Cantellano, la présidente de cette 16ème conférence a été applaudie pendant plus de deux minutes à l'issue de cette dernière journée de négociations

Nathalie Kosciusko-Morizet a souhaité saluer le travail exceptionnel de la Présidence Mexicaine qui a réussi à établir un dialogue transparent et ouvert à tous les pays pour parvenir à cet accord. "Alors que certains prédisaient un échec des négociations à Cancun, je suis très heureuse que la détermination et la volonté partagée par tous les pays d’avancer aient permis de franchir une nouvelle étape dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’accord obtenu comporte des avancées concrètes notamment en matière de lutte contre la déforestation, de transfert de technologies et de financement. Il lance une vraie dynamique en vue de la conférence de Durban l’année prochaine. Enfin et surtout, il sauve le système multilatéral de lutte contre le changement climatique de l’enlisement et de la faillite".

"L’Union européenne est venue à Cancún avec l’espoir d’arriver à un paquet (de décisions) équilibré", a déclaré la Commissaire européenne au Climat Connie Hedegaard. "Nous y sommes parvenus", a-t-elle poursuivi. "Ce texte, s’il n’est pas parfait, est incontestablement une bonne base pour aller de l’avant", a déclaré, de son côté, le négociateur américain Todd Stern.

Pour Gaël Virlouvet, administrateur de France Nature Environnement (FNE) : "Cancun marque le retour de la confiance dans la démarche mondiale de lutte contre le changement climatique. Un pas nécessaire vient d’être franchi. Il reste évidemment de nombreux autres pas à faire, pour concrétiser les engagements et viser des objectifs plus ambitieux. Mais aujourd’hui, nous saluons l’élan collectif retrouvé."

Les ONG offrent des perspectives le dernier jour des négociations
Yash Tandon, former Executive Director of The South Centre.

Quelques progrès comme la lutte contre la déforestation...

Un mécanisme de réduction des émissions issues de la destruction des forêts tropicales est enfin établi. Il inclut des mesures visant à préserver les droits et intérêts des communautés forestières ainsi que la biodiversité. De plus, la référence controversée au marché du carbone est pour l’instant abandonnée. Eglantine Goux, chargée de mission Forêt Internationale à France Nature Environnement, résume : "il y aura du travail en 2011 pour améliorer le dispositif REDD (qui concerne la déforestation), mais le pire a été évité, notamment l’entrée des forêts dans le marché du carbone."

Un coup d’accélérateur est aussi donné à la question de l’adaptation aux impacts du changement climatique pour les plus vulnérables. Cancún a permis la création du comité pour l’adaptation qui aura pour mission de mettre en cohérence les actions et d’assurer un soutien technique aux pays du Sud.

…bien loin des mesures impératives

"A Cancún, les pays signataires du Protocole de Kyoto ont reconnu que leurs engagements de réduction d’émissions ne permettent pas de maintenir l’augmentation des températures en deçà de 2°C d’ici à 2100. Selon le GIEC, ils doivent être compris entre -25% et -40% d’ici à 2020. Il faut maintenant dépasser le constat, et passer à l’acte !" constate Karine Gavand de Greenpeace. "De plus en plus de pays européens se disent prêts à faire ce pas en avant, et soutiennent un objectif de 30% de réduction des émissions européenne d’ici à 2020, sans conditions. Ce n’est pas le cas de la France. En cette année 2010, qui bat des records de températures, il est grand temps que Nicolas Sarkozy cesse de freiner les ambitions climatiques européennes !"

"Alors qu’il était vital de sécuriser une deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto, ici à Cancún, rien n’est acquis", s’inquiète Sébastien Blavier du Réseau Action Climat. "Aucun calendrier n’a été fixé pour renouveler les objectifs de réduction des pays industrialisés alors que le premier cycle d’engagements prend fin en 2012."

"Cancún a abouti à la création du fonds climat que nous demandions et qui devra se concentrer sur l’adaptation des plus vulnérables aux conséquences du changement climatique, élément aujourd’hui délaissé. La France elle-même est loin de montrer la voie puisqu’elle ne consacre en 2010 que 10% de ses financements climat aux activités d’adaptation dans les pays pauvres et émergents" rappelle Romain Benicchio d’Oxfam France. "Par ailleurs, sans progrès sur la question des sources de financements en 2011, au G20 ou à la COP 17 de Durban, ce fonds restera une coquille vide."

Les mexicains ont débarrassé la communauté internationale du spectre d’un éclatement né à Copenhague. Le prochain rendez-vous est fixé à l’année prochaine à Durban (Afrique du Sud) où un accord à la mesure des enjeux pourra - et devra - être trouvé. En effet, s’il ébauche une architecture sur nombre de dossiers, le texte de Cancun n’apporte aucune nouveauté sur le niveau de réductions des émissions, jugé unanimement trop faible pour atteindre l’objectif des deux degrés.

ps :

ONG membres du Réseau Action Climat de France

Dossier spécial CancunL’humeur se veut toujours constructive dans les groupes informels de négociation. Car comme les membres de la délégation française le répètent, le but est de faire avancer les choses ; arriver à un consensus sur des politiques qui devront déterminer l’avenir de l’humanité n’est pas facile et demande beaucoup de patience.

Alors que la plupart des délégués commençaient à retourner tard dans la soirée à leurs hôtels à la suite de la rencontre du groupe sur la seconde période d’engagement du Protocole de Kyoto, d’autres, se préparaient à une longue nuit ...

- Dossier spécial Cancun du Ministère du Développement Durable

Médiaterre

Les négociations de la 16e Conférence sur les changements climatiques ont finalement été conclues à 3 h 15 dans la nuit de vendredi à samedi. Après deux semaines intensives de travail, les 193 pays membres de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ont adopté un nouveau texte sous le Protocole de Kyoto.

Les délégués, négociateurs et ministres ont surmonté leurs différents géopolitiques pour négocier cet accord international qui augmentera l’effort global pour lutter contre les changements climatiques. Cet accord de Cancun n’est pas seulement un pas en avant contre le réchauffement de la planète, il représente également un terrain d’entente ayant rétabli une coopération et une confiance dans le système international. Confiance qui n’existait plus depuis l’échec de Copenhague en décembre 2009.

Vous trouverez dans le dossier d’actualité réalisé par Médiaterre l’ensemble des retransmissions en vidéo des interventions des représentants des délégations qui se sont exprimés en français à la tribune de l’ONU.
- Dossier Médiaterre sur la COP16

L'Institut de l'Énergie et de l'Environnement de la Francophonie (IEPF)

L’Institut de l’Énergie et de l’Environnement de la Francophonie (IEPF) a appuyé les négociateurs francophones en organisant un atelier préparatoire au cours duquel il a présenté son Guide des négociations ; un atelier, en marge de la Conférence, présentant les résultats des études sectorielles du projet NECTAR ; une concertation où ministres, chefs des délégations francophones et partenaires au développement ont débattu des principaux enjeux du nouveau régime de gestion du climat après 2012, ainsi que de la mise en œuvre du volet « développement durable » de la Déclaration de Montreux, adoptée lors du XIIIe Sommet de la Francophonie (Montreux, 22-24 oct. 2010). Tout au long du Sommet, un kiosque d’information a mis à disposition des ressources en langue française sur les enjeux des négociations et les actions de la Francophonie dans le domaine du développement durable.

- La Francophonie à Cancún : programme complet