Dans l'actualité :

Les technologies liées à l’hydrogène sont elles pertinentes pour atteindre les objectifs de développement durable ?

Ce rapport est l’œuvre d’une cinquantaine d’étudiants scientifiques tirés...

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la...
16 octobre : journée mondiale de l'Alimentation

Solidarités International : des sacs potagers contre la faim

Environ 1 milliard de personnes vivent aujourd’hui en bidonville, soit 1/3 de la population urbaine. Alors que l’ONU appelle à une action rapide pour lutter contre la faim dans le monde, dans les bidonvilles de Nairobi au Kenya et les camps de Port-au-Prince et de Thaïlande, l’association humanitaire SOLIDARITES INTERNATIONAL lutte contre la malnutrition dont sont victimes les habitants grâce à une solution simple, accessible et efficace : l’agriculture en sac. A l’occasion du 16 octobre, Journée Mondiale de l’Alimentation, l’ONG et son partenaire le Crédit Coopératif mettent cette technique à l’honneur.

La réponse à la sous-nutrition urbaine est dans le sac A Nairobi, capitale du Ke­nya, 70 % de la population vit en bidonville. Souvent ces personnes sont venues de la campa­gne, victimes notamment de la sé­cheresse qui sévit depuis plusieurs années. Une des difficultés de vie dans ces vastes quartiers surpeuplés, c’est l’alimentation. Peggy Pascal, experte en sécurité alimentaire, responsable du département technique de l’ONG SOLIDARITES INTERNATIONAL, explique : « En 2007, après les élections, il y a eu des vio­lences dans plusieurs villes du pays. À Nairobi, les gens ne trouvaient plus de quoi se nourrir. En 2008, il y a eu la crise ali­mentaire, le prix de nombreux produits a augmenté. Beaucoup de Kényans ne mangeaient plus que du maïs pour se gonfler l’estomac et avaient donc des ca­ rences (manques) en vitamines, etc. «  « Nous avons donc orga­nisé des distributions d’aliments. Mais assez vite, on a proposé des jardinières en sacs. Cela a permis aux habitants de cultiver eux­ mêmes leurs légumes. Le souci, c’est le manque de place dans les bidonvilles. Ces sacs prennent peu d’es­pace. C’est une technique simple, peu coûteuse ». Ainsi, dans les ruelles de Kibera, le plus grand bidonville d’Afrique, dans celles des camps de Port-au-Prince et de Mae La en Thaïlande, des dizaines de milliers de familles se nourrissent grâce à ce programme appuyé par Peggy Pascal : « Ce concept, qui a fait ses preuves au Soudan du Sud et en Afghanistan, est particulièrement adapté à la grande concentration de population et à la malnutrition dont sont victimes les habitants de bidonvilles. Il suffit d’un espace réduit et de très peu d’eau pour que les familles y cultivent choux, épinard, pommes de terre et autres légumes locaux… Un moyen pour ces populations, bien souvent originaires de milieux ruraux, de diversifier leur alimentation, voire même de dégager un petit revenu en revendant leur surplus au marché. »
A l’occasion de la Journée Mondiale de l’ Alimentation du 16 octobre, SOLIDARITES INTERNATIONAL met en avant un projet d’agriculture urbaine aussi simple qu’efficace : l’agriculture en sac.
A l’occasion de la Journée Mondiale de l’ Alimentation du 16 octobre, SOLIDARITES INTERNATIONAL met en avant un projet d’agriculture urbaine aussi simple qu’efficace : l’agriculture en sac.
Une technique simple & accessible à tous « La technique de la culture en sac est simple, peu coûteuse et ne demande pas de savoir-faire particulier. Il suffit de remplir le sac de terre enrichie de compost, tout en prenant soin de disposer de pierres au centre, et ce jusqu’en haut du sac pour que l’eau s’infiltre bien. Enfin, il faut trouer le sac pour y planter, de haut en bas, différents légumes, afin de diversifier l’alimentation. A Kibera, les gens se sont très vite approprié cette technique, preuve de son efficacité. Le moindre recoin du bidonville est aujourd’hui parsemé de sacs. » « Un sac procure un repas par jour pour une famille de 6 personnes, précise Peggy Pascal. Cela veut dire que si une famille possède 7 sacs, elle peut se nour­rir toute la semaine. » Certaines familles cultivent 20 sacs et vendent leur production. « Beaucoup de personnes ont une expérience d’agriculteurs. Cela a créé plus de cohésion sociale. Mais la fertilité des sacs baisse au bout de 6 à 9 mois. Nous tra­vaillons donc à des engrais végétaux. Sur place, nous avons 5 personnes de Solidarités Internatio­nal et 27 agriculteurs kényans qui don­nent des conseils et qui font des pépiniè­res. Nous allons développer le même projet dans d’autres villes du Kenya. »
La méthode de fabrication d'un sac potager
La méthode de fabrication d’un sac potager
En 5 ans, 225 000 personnes ont déjà bénéficié de cette culture en sacs. Mais Solidarités International a besoin de vous pour financer la poursuite ce ce programme. D’ici 2020, la survie de 40 millions d’Africains pourrait dépendre de cette agriculture urbaine. APPEL A DONS : Mobilisez-vous contre la faim, offrez des sacs potagers aux habitants des bidonvilles de Nairobi, de Port-au-Prince et de Thaïlande sur sac-potager.solidarites.org. Pour en savoir plus – Lire l’article de Sophie Landrin publié dans LE MONDE : Cultiver des légumes dans les bidonvilles pour nourrir l’Afrique – Lire l’article de OnEarth Magazine traduit et publié par Courrier International : Savez-vous planter les choux…en ville ?

 

SOLIDARITES INTERNATIONAL est une association d’aide humanitaire d’urgence qui, depuis plus de 30 ans, porte secours aux populations victimes de conflits armés et de catastrophes naturelles. Notre mission, répondre à leurs besoins vitaux : boire, manger, s’abriter. Fortes de notre expérience des crises humanitaires les plus sévères, (Afghanistan, Haïti, Balkans, Rwanda, Indonésie, Darfour, Somalie), nos équipes développent une expertise reconnue dans le domaine de l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement, mais aussi dans ceux essentiels de la sécurité alimentaire et de la reconstruction. 50 rue Klock, 92110 Clichy – Tél. : 01 80 21 05 05.

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Les technologies liées à l’hydrogène sont elles pertinentes pour atteindre les objectifs de développement durable ?

Ce rapport est l’œuvre d’une cinquantaine d’étudiants scientifiques tirés au sort pour participer à la première « Convention scientifique étudiante ». Lancée en 2023...

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et durable, le Code mondial d’éthique du tourisme est un ensemble de 10 principes destinés à...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la performance durable des entreprises et investisseurs, décrypte pour nous les grands thèmes de la CSRD...