Dans l'actualité :

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde...
Un rapport réalisé par la Deep Sea Conservation Coalition

Un rapport scientifique condamne l’absence de gestion des pêches profondes en haute mer

La Deep Sea Conservation Coalition (une coalition internationale de plus de 60 ONG) a publié hier un rapport qui décrit les principales insuffisances de l’application des résolutions onusiennes visant à protéger les eaux profondes de l’impact destructeur de la pêche. L’auteur principal du rapport, le Dr Alex Rogers du Programme international sur l’état de l’océan (IPSO), estime que « les organisations régionales de gestion de la pêche (ORGP) ne parviennent pas à gérer la pêche profonde en haute mer de manière durable du point de vue des espèces ciblées et des prises accessoires. Pour la plupart des pêcheries profondes en haute mer, il n’existe pas (ou peu) d’informations sur l’état des stocks de poisons et dans de nombreux cas, nous ne savons même pas où se déroule la pêche ».

Ce rapport est le premier examen scientifique complet de la gestion de la pêche profonde au niveau mondial. L’analyse a été réalisée à partir des données rendues disponibles par les organisations régionales de gestion de la pêche, les ORGP, organismes chargés de l’application des résolutions des Nations Unies. Le rapport souligne le fait que même si certaines zones en haute mer, comme dans l’Atlantique Nord‐Est, ont été fermées à la pêche profonde pour protéger les écosystèmes coralliens, la plupart de la haute mer reste ouverte à une pêche profonde soutenue, avec très peu de contraintes. La pêche au filet maillant en haute mer a été interdite dans le Nord‐Est et le Sud‐Est de l’Atlantique, le Pacifique Sud et l’océan Austral, mais la pêche au chalut de fond, l’engin de pêche le plus destructeur pour les écosystèmes profonds, a seulement été interdite dans l’océan Austral autour de l’Antarctique. En outre, de nombreux écosystèmes marins vulnérables n’ont pas même été pris en compte dans la gestion de la pêche profonde. Dans certains cas, ceux‐ci n’ont pas été protégés, malgré l’existence de preuves solides de leur présence sur le fond. L’Assemblée Générale a invité toutes les ORGP et les pays pêcheurs à effectuer des études d’impact environnemental de la pêche en haute mer avant de les autoriser à poursuivre leur activité – cette mesure est une grande première dans l’histoire de la gestion des pêches en haute mer. Or le rapport souligne que les études d’impact n’ont pas été correctement effectuées pour la majorité des pêcheries profondes, notamment dans la région de l’Atlantique Nord, bien que la pêche y soit intensive. Le rapport conclut également que de nombreuses espèces ciblées et non ciblées continuent d’être très vulnérables à une pêche excessive et non réglementée. Le Dr Alex Rogers rappelle que « l’absence de toute action visant à protéger les espèces qui sont menacées d’une disparition régionale, voire d’extinction mondiale, est une préoccupation d’importance particulière en termes de biodiversité marine. » « Les résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies engagent les pays pratiquant la pêche profonde à gérer ces pêcheries de façon durable sinon à les interdire. » a dit hier à l’ONU Matthew Gianni, de la Deep Sea Conservation Coalition. « Notre espoir est que les pays qui ne pratiquent pas la pêche profonde, de loin la majorité des Etats, pourront utiliser cette information pour demander des comptes aux nations qui pêchent en haute mer vis‐à‐vis de leurs engagements politiques et de leur responsabilité envers la communauté internationale ». – Pour télécharger le rapport The Implementation of UNGA Resolutions 61/105 and 64/72 in the Management of DeepSea Fisheries on the High Seas par le Dr Alex Rogers et Matthew Gianni, cliquez ici.

 

A lire

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est attaqué par l’extrême droite européenne qui veut son abolition. Neil Makaroff, expert des politiques climatiques...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport du GIEC, Altitude Agriculture d'AXA Climate permet de quantifier le risque climatique pesant sur les...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde 30 arguments anti-écolo passés au crible, déconstruits avec méthode et humour. Tous les principaux thèmes...