Dans l'actualité :

Comment adapter nos forêts au changement climatique ?

La forêt, qui couvre près d'un tiers du territoire...

Une technologie thermoélectrique recycle la chaleur perdue pour alimenter notre avenir

La thermoélectricité détrônera-t-elle le photovoltaïque ? Présentée comme une...

Produire de l’hydrogène renouvelable à partir des déchets ménagers pour une mobilité verte

Implantée à côté de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE)...

Pourquoi le billet de banque en polymère est un anachronisme pro-plastique

Les principaux fabricants de billets de banque utilisent deux matériaux de base : soit les fibres de lin et de coton, soit le polymère. Matière plastique, le polymère apparaît aujourd’hui comme un non-sens environnemental tant son empreinte carbone est désastreuse et son origine issue de matières fossiles non renouvelables. Pour répondre à ce nouveau phénomène, les géants de l’industrie fiduciaire se sont réunis pour fabriquer un « billet vert », aux performances environnementales et sécuritaires surprenantes. Nos billets de banque ne sont pas de vulgaires morceaux de papier imprimés, mais sont devenus des bijoux de technologie. La plupart – comme les euros – sont conçus à partir de fibres de lin et de coton, mais certains sont fabriqués à partir d’une matière plastique habilement appelé « polymère » par ses promoteurs, le polymère. C’est aux banques centrales du monde entier que revient de faire ce choix : ces dernières années, plusieurs d’entre elles ont opté par les billets en plastique que les Britanniques connaissent déjà bien puisque le principal producteur de billets en polymère – De La Rue – est installé au Royaume-Uni. Le premier pays à être passé au polymère a été l’Australie, arguant des avantages en termes de sécurité offert par le support plastique mis au point par la Commonwealth Scientific and Industreal Research Organisation (CSIRO) et l’Université de Melbourne. Nous sommes alors en 1988, une époque où le dérèglement climatique et la décarbonation de l’économie n’étaient pas encore à l’ordre du jour. Depuis, d’autres pays comme le Vietnam, la Roumanie, l’Angola, le Mexique ou le Canada ont opté pour cette solution technique avant que la Banque centrale du Royaume-Uni, en 2012, tente d’imposer ce modèle à sa sphère d’influence. Le polymère, une matière plastique
La Banque centrale européenne ne souhaite pas suivre la banque d'Angleterre. La nouvelle coupure reste en papier alors que les Britanniques auront des billets en plastique en 2016. Explications.
La Banque centrale européenne ne souhaite pas suivre la banque d’Angleterre. La nouvelle coupure reste en papier alors que les Britanniques auront des billets en plastique en 2016. Explications.
Une bataille commerciale et technique fait donc rage entre les producteurs de billets en fibre naturelles et ceux en polymère. La Banque centrale à Londres préfère ces derniers car ils seraient « plus propres, plus sûrs et plus durables que les billets en papier » offrant une « une meilleure résistance à la contrefaçon ». La Banque centrale européenne (BCE), quant à elle, tient au papier pour la production des euros, car le papier permet d’intégrer directement dans la masse des éléments d’authentification comme des fils de sécurité ou des filigranes. Même la Fed américaine – qui avait été tentée par l’aventure polymère pour ses billets de 100 dollars – a préféré conserver le papier, dont les propriétés actuelles protègent des salissures, de l’humidité davantage que le plastique. Les différences se situent également lors de la fabrication et en fin de vie des billets : l’empreinte carbone de la production est bien plus importante pour les billets en polymère, tandis que leur recyclage est problématique, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Plusieurs études se sont en effet penchées sur la question de l’impact environnemental des deux modes de fabrication. L’étude intitulée The Environmental Cost of Spending: Polymer vs Paper Banknotes établit de nombreuses comparaisons : si les billets en polymère ont une durée de vie supérieure (x1,33), les émissions de CO2 des billets en fibres naturelles sont bien inférieures : 2,92kg contre 8,77kg pour les billets en polymère de £10, soit trois fois plus. A l’heure où les pays, aux quatre coins du monde, font la chasse aux émissions carbone pour entrer dans les clous de la transition énergétique, l’argument écologique joue clairement en faveur du papier naturel. 773x435_cmsv3ab7.jpg Selon les chiffres les plus récents, 95% des billets en circulation aujourd’hui dans le monde sont fabriqués à partir de papier en fibres naturelles, contre 5% en polymère. Ces chiffres s’expliquent par les performances des papiers utilisés, tant en termes de sécurité que d’environnement.
« Pour minimiser l’impact écologique, le coton des billets est dérivé des résidus issus du peignage du coton de l’industrie textile, explique Clemens Berger, président de Louisenthal, un leader du papier haute sécurité. Pour la production de billets de banque, les fibres courtes constituent une matière première idéale de haute qualité. Bien que le plastique soit réputé être un peu plus durable, il ne l’est en aucun cas. Des études ont révélé que les billets de banque en plastique sont nettement plus néfastes pour la planète que les billets en coton, car ils ont une empreinte carbone élevée et augmentent les déchets permanents en fin de vie. Selon les statistiques, entre 1950 et 2015, plus de 8,3 milliards de tonnes de plastique ont été produites dans le monde. Pas même 10% de cette quantité a été recyclée. »
Après son empreinte carbone lors de sa production, c’est bien à l’étape du recyclage que l’utilisation du polymère pose problème alors que le monde post-Covid a du mal à se défaire de l’utilisation des plastiques à usage unique, impossibles à recycler. Le désastre écologique créé par les masques chirurgicaux pullulant dans la nature est là pour le rappeler : non, le plastique n’est pas fantastique.
The Green Banknote Initiative
The Green Banknote Initiative
Comme ces vingt dernières années, la recherche, le développement, et l’innovation restent donc au cœur du réacteur pour l’industrie fiduciaire. Douze siècles après son invention en Chine, la « monnaie papier » semble bien garder une longueur d’avance. Surtout sur les billets en plastique, transition écologique oblige.

 

A lire

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Le gradualisme ou « l’écologie des petits pas » : un obstacle de plus à l’urgence climatique ?

Le chercheur en sciences de la terre Aurélien Boutaud...

Concilier transition agricole et alimentaire, c’est possible !

Soutenir l’agriculture et renforcer la souveraineté alimentaire sont des...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

Comment adapter nos forêts au changement climatique ?

La forêt, qui couvre près d'un tiers du territoire de la France métropolitaine, souffre : des arbres meurent, victimes du réchauffement climatique ou d’attaques...

Une technologie thermoélectrique recycle la chaleur perdue pour alimenter notre avenir

La thermoélectricité détrônera-t-elle le photovoltaïque ? Présentée comme une percée dans le domaine de l’énergie durable, cette technologie de pointe, qui recycle la chaleur...

Produire de l’hydrogène renouvelable à partir des déchets ménagers pour une mobilité verte

Implantée à côté de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE) du Syndicat mixte de traitement des déchets urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) à Créteil (94), la...