Dans l'actualité :

Ensauvager les villes pour réconcilier nature et société

56 % de la population mondiale habite en ville, une...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...
Digitalisation et transition énergétique

Pour une sobriété numérique des réseaux intelligents (Smart grids)

Un livre blanc de l'Association Think Smartgrids

Si les réseaux intelligents (Smart Grids) s’avèrent indispensables à la transition énergétique et à la décarbonation de notre mix énergétique, la digitalisation croissante du système électrique invite à se questionner sur les impacts environnementaux générés par l’explosion de capteurs et de données qu’il faut ensuite transporter, stocker et traiter … L’association Think Smartgrids publie un livre blanc qui détaille en sept axes les bonnes pratiques à mettre en place pour déployer la sobriété numérique dans les projets de réseaux intelligents (Smart Grids), avec de nombreux exemples d’initiatives et projets déjà déployés. En effet, si la transition énergétique impose une digitalisation globale de nos systèmes énergétiques, il est important de mesurer et de réduire les impacts de cette digitalisation.

Banniere-numerique-responsable_mai-2023-1536x768.jpg En mars dernier, l’ADEME et l’ARCEP ont tiré la sonnette d’alarme dans une étude sur l’empreinte environnementale du numérique : avec une croissance des émissions de CO2 de 8 à 9% par an, les émissions du secteur pourraient tripler d’ici à 2050. En parallèle, la réglementation se durcit depuis quelques années pour lutter contre « l’obsolescence logicielle », imposer de nouvelles obligations en termes d’analyse du cycle de vie des matériels et d’éco-conception numérique, réduire l’impact environnemental des centres de données, ou encore encourager la mutualisation des données. capture_d_e_cran_2023-05-31_a_18.04_10.png Pour appliquer les principes de sobriété numérique aux smart grids, le livre blanc se penche notamment sur l’optimisation des flux et du stockage des données, mais aussi sur la mutualisation de ces données et des infrastructures numériques. Une dizaine d’acteurs ont été interrogés sur leur vision et leurs pratiques par Colombus Consulting, qui a piloté l’étude au sein de la Commission Digitalisation de l’association. capture_d_e_cran_2023-05-31_a_18.04_21.png Des exemples concrets d’initiatives sont donnés sur sept axes clés :
  1. Réduire l’empreinte du matériel pour la collecte, le stockage et le traitement de données, ainsi que celle des terminaux numériques. Il s’agit aussi bien d’écoconcevoir les matériels que de mener une réflexion sur un dimensionnement « au plus juste », voire sur la nécessité de déployer de nouveaux équipements.
  2. Revoir l’architecture technique des infrastructures de collecte et traitement des données afin d’optimiser le volume de données stockées, transportées et traitées, tout en apportant le niveau de service attendu.
  3. Favoriser l’open data et les plateformes mutualisées de stockage et de traitement des données pour éviter les redondances et utiliser les mêmes données pour différents cas d’usage.
  4. Agir pour la frugalité logicielle avec une conception au plus proche des usages et des besoins.
  5. Privilégier les cas d’usage avec un bénéfice environnemental démontrable, et en cherchant à éviter de répliquer des projets déjà existants.
  6. Développer une réelle gouvernance de la sobriété numérique pour inciter l’ensemble des acteurs à se saisir du problème.
  7. Renforcer la normalisation et l’interopérabilité des données, prérequis essentiel pour faciliter la mutualisation et le partage des données et de leurs traitements. Cette standardisation optimise par ailleurs le stockage et le traitement des données, permet de lutter contre l’obsolescence technologique et de renforcer la cybersécurité.
capture_d_e_cran_2023-05-31_a_18.04_31.png Si de nombreuses initiatives concrètes existent, pour généraliser l’application de ces principes de sobriété numérique, des efforts doivent être faits pour mieux quantifier le volume des données issues des cas d’usage et mettre la sobriété numérique au cœur des modèles d’affaires des acteurs. Déployer la sobriété numérique dans tous les projets smart grids

 

Documents joints

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Ensauvager les villes pour réconcilier nature et société

56 % de la population mondiale habite en ville, une proportion qui atteint 80 % en France. Ce contexte d’urbanisation modifie en profondeur les relations entre...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...