Dans l'actualité :

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...

Pour éviter une crise de l’eau, l’ONU plaide en faveur de partenariats

Entre deux et trois milliards de personnes dans le monde connaissent des pénuries d’eau et ces pénuries vont s’aggraver au cours des décennies à venir – en particulier dans les villes – si la coopération internationale dans ce domaine n’est pas renforcée, prévient l’ONU à l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur l’eau 2023.
Une fillette au Zimbabwe boit de l'eau propre et salubre à un puits réhabilité avec le soutien de l'ONU.
Une fillette au Zimbabwe boit de l’eau propre et salubre à un puits réhabilité avec le soutien de l’ONU.
Dans le monde, 2 milliards de personnes (soit 26% de la population) sont privées d’accès à l’eau potable et 3,6 milliards de personnes (46%) n’ont pas accès à un système d’assainissement géré de manière sûre, selon un rapport sur la mise en valeur des ressources en eau publié par l’UNESCO au nom d’ONU-Eau et présenté mercredi à l’occasion de la Conférence sur l’eau 2023 qui se déroule à New York du 22 au 24 mars. Entre deux et trois milliards de personnes connaissent des pénuries d’eau pendant au moins un mois par an, ce qui fait peser de graves risques sur leurs moyens de subsistance, à travers la sécurité alimentaire et l’accès à l’électricité notamment. La population urbaine mondiale confrontée au manque d’eau devrait doubler, passant de 930 millions en 2016 à 1,7 – 2,4 milliards de personnes en 2050. Les sécheresses extrêmes et prolongées ont également une incidence croissante sur les écosystèmes et entraînent des conséquences désastreuses pour les espèces végétales et animales.
« Il est urgent d’établir de solides mécanismes internationaux pour éviter que la crise mondiale de l’eau ne devienne incontrôlable. L’eau est notre avenir commun et il est essentiel d’agir ensemble pour la partager équitablement et la gérer durablement », a déclaré la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay.
« Il y a beaucoup à faire et le temps ne joue pas en notre faveur. Ce rapport démontre notre ambition et nous devons à présent nous rassembler et intensifier l’action. C’est le moment pour nous de faire la différence », a renchéri le Président d’ONU-Eau et Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Gilbert F. Houngbo.

La coopération internationale, la clé de l’accès à l’eau pour tous

Presque toutes les interventions liées à l’eau impliquent une certaine forme de coopération. Cultiver la terre requiert l’usage de systèmes d’irrigation partagés par les agriculteurs. L’approvisionnement en eau potable à un coût abordable des villes et des zones rurales n’est possible que par une gestion commune des systèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau. Et la coopération entre ces communautés urbaines et rurales est essentielle pour garantir à la fois la sécurité alimentaire et le maintien des revenus des agriculteurs. La gestion des fleuves et des aquifères qui traversent des frontières internationales rend la question d’autant plus complexe. S’il a été démontré que la coopération en matière de bassins et d’aquifères transfrontaliers présente de nombreux avantages au-delà de la sécurité de l’eau, notamment l’ouverture de canaux diplomatiques supplémentaires, seuls 6 des 468 aquifères internationaux partagés dans le monde font l’objet d’accords de coopération officiels. À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, les Nations Unies appellent à renforcer la coopération internationale en matière d’utilisation et de gestion de l’eau. C’est le seul moyen d’éviter une crise mondiale de l’eau dans les décennies à venir.
Un garçon puise de l'eau dans l'État du Nil blanc, au sud du Soudan.
Un garçon puise de l’eau dans l’État du Nil blanc, au sud du Soudan.

Les partenariats et la participation citoyenne permettent d’accroître les bénéfices

Les services environnementaux, tels que la lutte contre la pollution et l’enrichissement de la biodiversité, figurent parmi les avantages partagés les plus souvent soulignés dans le rapport, de même que les possibilités de partage de données, d’informations et de cofinancement. À titre d’exemple, les « fonds pour l’eau » sont des systèmes de financement qui rassemblent les utilisateurs en aval, tels que les villes, les entreprises et les services publics, pour investir collectivement dans la protection des habitats en amont et la gestion des terres agricoles afin d’améliorer la qualité de l’eau ou sa quantité globale. Le Fonds pour l’eau de Monterrey au Mexique, lancé en 2013, a permis de préserver la qualité de l’eau, de réduire les inondations, d’améliorer l’infiltration et de réhabiliter les habitats naturels grâce au cofinancement. La réussite d’approches similaires en Afrique subsaharienne, notamment dans le bassin versant de la rivière Tana-Nairobi, qui fournit 95% de l’eau douce de Nairobi et 50% de l’électricité du Kenya, illustre le potentiel mondial de ces partenariats. La participation des parties prenantes concernées favorise également l’adhésion et l’appropriation. L’implication des utilisateurs finaux dans la planification et la mise en œuvre des systèmes d’eau permet de créer des services qui correspondent davantage aux besoins et aux ressources des communautés démunies, et d’accroître l’acceptation et l’appropriation par le public. Elle favorise également la responsabilisation et la transparence. Dans les camps de déplacés de la région de Gedo en Somalie, les résidents élisent des comités de l’eau qui gèrent et entretiennent les points d’eau qui approvisionnent des dizaines de milliers de personnes. Les membres du comité s’associent aux autorités locales en charge de l’eau au sein des communautés d’accueil afin de partager et de gérer les ressources en eau.

En savoir plus

  • Le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau donne un aperçu des principales tendances concernant l’état, l’utilisation et la gestion de l’eau douce et de l’assainissement.
  • Il fournit aux décideurs des connaissances et des outils pour formuler et mettre en œuvre des politiques de l’eau durables.
  • Il offre également des exemples de meilleures pratiques et des analyses approfondies afin de stimuler les idées et les actions pour une meilleure gestion dans le secteur de l’eau et au-delà.

 

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...