Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...
Journée internationale de la diversité biologique

Nous devons « cesser la guerre que nous livrons à la nature » selon l’ONU

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète, à la base du bien-être humain présent et futur

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète. Elle est à la base du bien-être humain présent et futur, et son déclin rapide menace aussi bien la nature que les êtres humains, a prévenu l’ONU à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique. Selon le rapport d’évaluation de la biodiversité mondiale publié en 2019 par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de l’UNESCO, les principaux facteurs mondiaux de perte de biodiversité sont le changement climatique, les espèces envahissantes, la surexploitation des ressources naturelles, la pollution et l’urbanisation.

Des écosystèmes sains sont essentiels à la survie de l'humanité.
Des écosystèmes sains sont essentiels à la survie de l’humanité.

Les activités humaines ont eu un impact sur 75% de l’environnement terrestre et sur environ deux tiers des écosystèmes marins.

A l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, célébrée le 22 mai, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a affirmé dans son message qu’il fallait « cesser la guerre que nous livrons à la nature ». Rapport d’évaluation de la biodiversité mondiale publié en 2019 par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de l’UNESCO Sur le thème « De l’accord à l’action : reconstruire la biodiversité », l’ONU encourage la mise en œuvre des mesures du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal d’ici à 2030. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons obtenir une diversité biologique protégée et durable à l’horizon 2050.
La diversité biologique à travers le monde est menacée par le changement climatique.
La diversité biologique à travers le monde est menacée par le changement climatique.

Dépendance et extinction des espèces

« De l’air que nous respirons à la nourriture que nous consommons, de l’énergie qui nous alimente aux médicaments qui nous guérissent, nous dépendons totalement d’écosystèmes sains », a expliqué le chef de l’ONU.
« Et pourtant, nos actes ravagent chaque coin de la planète », a-t-il déploré. « Un million d’espèces sont menacées de disparition du fait de la dégradation des habitats, de l’exacerbation de la pollution et de l’aggravation de la crise climatique ».
Il appelle à la concrétisation du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal de 2022. Pour mettre en œuvre cet accord, il préconise des modes de production et de consommation durables et la réorientation des subventions vers des solutions durables et non vers des actions qui détruisent la nature. Le traité propose notamment de restaurer 30% les écosystèmes, de réduire de moitié le gaspillage alimentaire et d’investir au moins 200 milliards de dollars par an dans des stratégies favorables à la biodiversité au cours de la décennie. Selon les Nations Unies, si rien ne change, la biodiversité et les écosystèmes risquent d’être compromis, de même que les progrès réalisés pour atteindre jusqu’à 80% des cibles des objectifs objectifs de développement durable.

Travailler ensemble

Les mangroves constituent un écosystème protecteur pour la communauté de Punta de Miguel, près de la frontière équatorienne avec la Colombie.
Les mangroves constituent un écosystème protecteur pour la communauté de Punta de Miguel, près de la frontière équatorienne avec la Colombie.
António Guterres a affirmé que ces actions nécessitent la reconnaissance des droits des peuples autochtones et des populations locales, qui sont « les meilleurs protecteurs de la biodiversité de notre planète ». Il a aussi appelé à faire pression sur les Etats et les entreprises pour qu’ils prennent des mesures « plus musclées et plus rapides pour combattre la perte de biodiversité et la crise climatique ». « Travaillons ensemble, au-delà des gouvernements, de la société civile et du secteur privé, afin d’assurer la viabilité de l’humanité », a-t-il conclu.

 

Documents joints

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...