Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...

LIVRE BLANC : « Pour des technologies, usages et expériences immersives plus responsables.»

La Simplon Foundation, l’Agefiph et plus de 30 acteurs engagés[[Partenaires co-rédacteurs et contributeurs : 3D at home, AESIO, Agefiph, Basdevant Avocats, CEPIR, CISCO, CNXR, Coopérative Carbone, DigiWorld Institute, Elyx & Fondation Elyx, Euromersive, EY Fabernovel, Fédération, Le Park Numérique, France Immersive Learning, Gatherverse, Greenspector, Havas, Meta, Microsoft, Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse, NP SOLUTIONS, OCTO Technology / Accenture, One Digital Nation, Orange, PWC, Renaissance Numérique, Simplon.co, Simplon Foundation, Marie-Christine Tan, Tiny Planets.]] dévoilent aujourd’hui le résultat d’un an de travail collaboratif dédié aux usages et enjeux concernant les technologies immersives. Ces organisations mènent une démarche collective de réflexion, identifient les problématiques et recensent les solutions et les cas d’usages existants pour dessiner les contours et construire un futur plus responsable pour les technologies, les usages et les expériences immersives. capture_d_e_cran_2023-10-18_a_17.41_30.png Ce livre blanc a été remis au Ministre chargé du Numérique et aux rapporteurs du Rapport metavers au gouvernement. Il étudie précisément le sujet émergent des métavers et des technologies immersives. Reconnaissant la phase naissante des métavers, contrastée par des réactions polarisées, cet ouvrage donne à voir une initiative commune visant à anticiper et à traiter la responsabilité et la soutenabilité de ces technologies au niveau global, avant qu’elles ne deviennent omniprésentes. Ce travail ne se veut ni utopique, ni dystopique, mais « protopique« ; il s’efforce d’éviter les discours clivants et embrasse la diversité des manifestations immersives, qu’elles soient connectées ou non, persistantes comme les métavers ou éphémères, avec ou sans blockchain. Il souligne également l’importance du marché potentiel des technologies immersives, estimé entre 55 et 105 milliards d’euros de PIB additionnel par an en France, et jusqu’à 489 milliards d’euros dans l’UE d’ici 2035. 5 aspects clés dès la conception des métavers pour créer des environnements virtuels inclusifs, diversifiés, équitables, accessibles et sécurisés pour tous les utilisateurs L’essence de ce livre blanc repose sur une démarche égalitaire, afin de garantir une voix équivalente à chacun de ses contributeurs, qu’il s’agisse d’un freelance expert ou d’une grande entreprise telle que Microsoft ou Meta. Autant que possible, le document se réclame exhaustif, mais il reconnaît toutefois ne pas pouvoir couvrir tous les aspects inhérents au sujet et salue tout travaux complémentaires parus dans le domaine.

LES GRANDS ENSEIGNEMENTS DU LIVRE BLANC

  • Diversité, Inclusion et Accessibilité – La diversité, l’inclusion et l’accessibilité jouent un rôle crucial dans le développement et l’adoption des mondes immersifs. Bien qu’il y ait un risque de renforcement des stéréotypes, particulièrement visible dans le domaine des jeux vidéo, les mondes immersifs offrent un immense potentiel pour favoriser l’empathie et prendre en compte les différences, notamment grâce à l’immersion et à l’utilisation d’avatars. Cette puissance est déjà mise à profit dans de multiples expériences au sein des métavers, dans les systèmes éducatifs et au sein des organisations pour lutter contre les préjugés et favoriser la diversité. Cependant, l’adoption limitée et la diffusion des équipements de réalité virtuelle, en raison de leurs coûts, représentent des obstacles, notamment pour les groupes défavorisés ou ceux vivant loin des grands centres urbains. Malgré cela, leur application dans le système éducatif montre des avantages notables, tels que la lutte contre le décrochage scolaire. Non seulement ces technologies offrent un accès démocratique à la culture mais aussi au patrimoine. Pour maximiser l’impact positif de ces technologies, plusieurs actions sont proposées dans le livre blanc. L’objectif ultime est de créer des mondes virtuels où l’inclusion, la diversité et l’accessibilité sont intrinsèques, répondant ainsi à un idéal « protopique ».
capture_d_e_cran_2023-10-18_a_17_44.00.png
  • Santé Physique et Mentale – La réalité virtuelle (RV) et d’autres technologies immersives, bien que bénéfiques dans certains domaines thérapeutiques et médicaux, présentent bien évidemment aussi des risques pour la santé physique et mentale, affectant jusqu’à près de 50% des utilisateurs. Des symptômes tels que la cybercinétose, des perturbations de la coordination sensorimotrice, et des effets secondaires dus à l’exposition à divers agents physiques sont notables. Les études de l’ANSES soulignent également l’impact de la RV sur la socialisation et la sédentarisation. Malgré les avancées technologiques, les effets négatifs, y compris les addictions et les transferts psychologiques, nécessitent une utilisation prudente et encadrée, surtout chez les jeunes et les personnes vulnérables.
  • Écologie, Climat et Biodiversité – Les technologies immersives, en dépit de leur empreinte carbone significative et d’autres impacts environnementaux, peuvent potentiellement contribuer à la réduction des émissions de GES grâce à des alternatives comme la télé-présence, minimisant ainsi les déplacements physiques. Par ailleurs, l’utilisation de ces technologies dans l’éducation relative au changement climatique et à la biodiversité présente un potentiel en matière de sensibilisation et de compréhension des enjeux écologiques et climatiques. Des initiatives comme le CEPIR cherchent à évaluer et à minimiser l’impact écologique des technologies immersives, mais une action coordonnée incluant recyclage, reconditionnement, et sensibilisation reste nécessaire.
capture_d_e_cran_2023-10-18_a_17.44_43.png
  • Gouvernance, Droit et Régulation – Bien que les mondes immersifs soient sujets à certaines régulations existantes, la nature unique des métavers et autres plateformes immersives suscite des défis juridiques et éthiques spécifiques. On peut noter la gestion des données personnelles, les questions de harcèlement ou de comportements abusifs. Des zones sûres et des initiatives d’autorégulation ont émergé, mais une gouvernance plus structurée et possiblement des ajustements ou des ajouts aux régulations actuelles sont sans doute nécessaires pour aborder les enjeux spécifiques des métavers et assurer une expérience utilisateur sûre et équitable.
LIVRE BLANC : Pour des technologies, usages et expériences immersives plus responsables Frédéric Bardeau, président de la Simplon Foundation, affirme : « C’est précisément parce que les métavers n’existent pas encore et que les technologies immersives (XR) cherchent encore leurs usages et leur place dans l’écosystème numérique qu’il faut travailler aux questions de responsabilité et de soutenabilité qui les concernent. Après il sera trop tard. »
Créées successivement en 2019 et en 2020, le Fonds de dotation Simplon Foundation, collecteur et redistributeur, et l’association Simplon.asso, opérateur des actions, agissent de concert pour la cause du numérique solidaire, inclusif et éco-responsable au service de l'Homme et de la nature, ​​​​​​​dans un but non lucratif et d'intérêt général.
Créées successivement en 2019 et en 2020, le Fonds de dotation Simplon Foundation, collecteur et redistributeur, et l’association Simplon.asso, opérateur des actions, agissent de concert pour la cause du numérique solidaire, inclusif et éco-responsable au service de l’Homme et de la nature, ​​​​​​​dans un but non lucratif et d’intérêt général.

 

Documents joints

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...