Dans l'actualité :

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...
Qui vit dans la mer ? Un pré-rapport récense déjà plus de 230 000 espèces

La Méditerranée, un joyau menacé selon le programme international Census of Marine Life

On savait déjà que les fonds marins abritent une vie animale et végétale d’une diversité prodigieuse… et d’une grande vulnérabilité. Mais les premiers résultats du programme « Census of Marine Life », publiés lundi 2 août dans la revue PLoS One, en donnent une image d’une ampleur et d’une précision sans précédent. Ce pré-rapport établit notamment que la riche biodiversité de la mer Méditerranée est très fragilisée par l’activité humaine et par l’invasion d’espèces exogènes. Elle serait ainsi une des régions marines les plus menacées de la planète. Explications.

Mené pendant dix ans par 360 scientifiques de 80 pays disposant d’un budget de 650 millions de dollars (494 millions d’euros), ce recensement s’appuie sur les inventaires réunis dans les collections et les banques de données du monde entier, mais aussi sur des campagnes d’exploration effectuées en eaux profondes et près des côtes. Le bilan complet, qui sera présenté en octobre, devrait faire état de plus de 230 000 espèces marines. Sachant, soulignent les chercheurs, que « pour une espèce connue, il y en a au moins quatre à découvrir ».
Jesse Ausubel, co-fondateur du projet Census of Marine Life. PHOTO : Rockefeller University de New York
Jesse Ausubel, co-fondateur du projet Census of Marine Life. PHOTO : Rockefeller University de New York
« Je me sens comme Diderot et les encyclopédistes », jubile, dans un entretien à l’AFP, Jesse Ausubel, co-fondateur du projet Census of Marine Life. « C’est comme si nous publions les premiers volumes de l’Encyclopédie. C’est une pierre blanche dans l’organisation du savoir sur la vie marine », affirme ce scientifique. Les régions d’Australie et du Japon, où respectivement 80% et 70% des espèces n’ont pas encore été décrites, se révèlent de loin les plus riches en biodiversité avec quelque 33.000 espèces marines chacune, suivies par des régions de Chine, la Méditerranée et le Golfe du Mexique. Ces deux dernières régions sont aussi les plus menacées par la surpêche, la destruction de l’habitat et la pollution. Globalement, un cinquième de toutes les espèces marines connues sont des crustacés (pour 19%), arrivant devant les mollusques (17%), qui comptent les pieuvres, et loin devant la famille des poissons (12% y compris les requins). Les algues constituent 10% des espèces, tandis que les anémones et les méduses représentent 5%. « Voilà qui sont les citoyens de la mer », affirme M. Ausubel.
Poisson-vipère, l'hôte le plus fréquent des zones abyssales. Photo : Dr Julian Finn, Museum Victoria
Poisson-vipère, l’hôte le plus fréquent des zones abyssales. Photo : Dr Julian Finn, Museum Victoria
Parmi les poissons, le poisson-vipère à la gueule hypertrophiée et aux dents acérées, est finalement « le monsieur tout le monde des eaux profondes », l’hôte le plus fréquent des zones abyssales (au-delà de 2000 m), puisqu’on le retrouve dans un quart de ces régions. « A la fin du projet de recensement, la plupart des organismes des océans vont encore demeurer sans nom », affirme la biologiste Nancy Knowlton, spécialiste des barrières de corail. « Dans les Caraïbes », renchérit dans un entretien à l’AFP Patricia Miloslavich, de l’Université Simon Bolivar du Venezuela, « on pensait connaître très bien les poissons. Ce n’est pas le cas. On a découvert plusieurs espèces au cours des deux dernières années et on en découvre chaque année ». « L’âge de l’exploration ne fait que commencer », a conclu cette scientifique.

La Méditerrané, mer la plus menacée de la planète ?

La Méditerranée compte parmi les mers les plus riches au monde – elle représente à peine 1% de la surface des océans et abrite plus de 17 000 espèces, soit 9% de la biodiversité marine. Mais elle est aussi l’une des plus menacées. Selon le pré-rapport, les impacts des activités humaines sont proportionnellement plus importants dans la Méditerranée que dans les autres mers du monde. Très densément peuplé, le bassin méditerranéen est d’autant plus pollué que les activités industrielles y sont particulièrement développées.
Le nombre de phoques moine de Méditerranée a diminué ces dernières années. Ils sont devenus très rares. Ils font partie des 6 espèces de mammifères marins les plus menacés au monde.
Le nombre de phoques moine de Méditerranée a diminué ces dernières années. Ils sont devenus très rares. Ils font partie des 6 espèces de mammifères marins les plus menacés au monde.
Conséquence : dégradation et perte de l’habitat y sont très répandues. Parmi les espèces plus menacées : le phoque moine. Seuls quelques dizaines d’individus subsistent dans les eaux méditerranéennes. Cachalots et dauphins sont également menacés. Deuxième menace : la surpêche. Elle devrait d’ailleurs encore augmenter dans les dix prochaines années. Mais surtout, la particularité de la Méditerrané est qu’elle est, plus que les autres, envahie d’espèces exogènes. « La Méditerranée est le centre du monde pour les immigrés », note Jesse Ausubel en parlant des espèces du règne marin. Les chercheurs les estiment à plus de 600, soit 4% du total des espèces recensées. « Un facteur crucial qui va continuer à modifier la biodiversité »,selon le rapport. Elles sont principalement transportées en Méditerranée par bateaux, dans l’eau utilisée comme ballast, via le détroit de Gibraltar et le Canal de Suez. Certaines d’entre elles, notamment les méduses sont problématiques: « La dispersion de la Mnemiopsis Leidyi (méduse américaine) en 2009 a provoqué de grandes inquiétudes en raison de son impact connu sur les écosystèmes et les zones de pêche », explique le rapport. D’autres, comme l’huître ou la palourde japonaises, ont été volontairement introduites avec le développement de l’aquaculture et ont entraîné avec elle de nouvelles espèces non adaptées à la vie en Méditerranée: « Les fermes à huîtres sont devenues de véritables portes d’entrée dans les eaux côtières pour toute une série d’algues », soulignent les experts.

 

Sources de l’article : Census of Marine Life – AFP – LE MONDE – 20 MINUTES – FRANCE SOIR

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...