Dans l'actualité :

Comment adapter nos forêts au changement climatique ?

La forêt, qui couvre près d'un tiers du territoire...

Une technologie thermoélectrique recycle la chaleur perdue pour alimenter notre avenir

La thermoélectricité détrônera-t-elle le photovoltaïque ? Présentée comme une...

Produire de l’hydrogène renouvelable à partir des déchets ménagers pour une mobilité verte

Implantée à côté de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE)...

L’ONU veut protéger les pays les moins avancés du ralentissement économique mondial

​​​​​​Le Programme d’action de Doha, adopté l’année dernière, propose un « plan directeur » pour sortir les nations du monde les moins avancées de la pauvreté dans le contexte de la récession financière mondiale actuelle, a déclaré mercredi le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies.
Madagascar fait partie des 46 Pays les moins avancés (PMA) désignés par les Nations Unies.
Madagascar fait partie des 46 Pays les moins avancés (PMA) désignés par les Nations Unies.
Ce programme d’action a été conçu comme une feuille de route allant jusqu’en 2031, pour favoriser des relations renforcées entre les pays les moins avancés (PMA) et leurs partenaires de développement. « Le monde est sous le choc des effets en cascade de défis complexes et imbriqués, de limitations structurelles et de capacités budgétaires limitées qui font des pays les moins avancés les premiers et souvent les plus durement touchés », a déclaré le Président de l’Assemblée générale, Csaba Kőrösi, à l’ouverture d’un événement de haut niveau de l’Assemblée générale et du Conseil économique et social (ECOSOC) sur ce programme, qui est un accélérateur de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. PROGRAMME D’ACTION DE DOHA EN FAVEUR DES PAYS LES MOINS AVANCÉS 2022–2031 La réunion était coorganisée par le Bureau du Haut Représentant des Nations Unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS). « Le Programme d’action de Doha est un ensemble complet pour relever les défis préexistants des PMA, leurs vulnérabilités, et les remettre sur la bonne voie pour réaliser le Programme 2030 », a déclaré Rabab Fatima, la Haute Représentante, qui agira en tant que Secrétaire générale de la Conférence PMA5 (#LDC5).
« Cela signifiera gagner la bataille des Objectifs de développement durable dans les PMA. Et cela signifie aussi intégrer plus d’un milliard de personnes, qui sont les plus en retard, aux avantages du développement mondial », a-t-elle ajouté.
Les projections de ralentissement de la croissance économique mondiale se déroulent dans un contexte sombre de montée en flèche de l’inflation, de chaînes d’approvisionnement mondiales fragmentées et de la triple menace des crises alimentaire, énergétique et financière, a pour sa part déclaré le Président de l’Assemblée générale, M. Kőrösi. Les pays les moins avancés qui subissent les effets prolongés de ces crises interconnectées sont souvent les moins responsables des tendances mondiales qui s’abattent sur eux, y compris le changement climatique.

Le Programme de Doha ouvre une nouvelle fenêtre

Les 46 PMA – dont l’appartenance est examinée tous les trois ans par le Comité pour le développement – sont des pays à faible revenu confrontés à de graves obstacles structurels au développement durable. Ils sont très vulnérables aux chocs économiques et environnementaux et ont de faibles niveaux de capital humain. Avec « l’effet domino » de leurs limitations qui menacent d’annuler des décennies de progrès en matière de développement face aux crises actuelles, a déclaré M. Kőrösi, le Programme d’action de Doha « ouvre une nouvelle fenêtre ». Le programme d’action, qui sera actif de 2022 à 2031, « manifeste une nouvelle génération d’engagements renouvelés et renforcés » parmi leurs partenaires de développement, y compris le secteur privé, la société civile et les gouvernements à tous les niveaux, a-t-il ajouté.

« L’objectif est de fournir une voie pour surmonter les impacts des crises mondiales en cours, construire une reprise durable et inclusive après la pandémie et renforcer la résilience contre les chocs futurs »

Certaines des caractéristiques innovantes du programme d’action comprennent la création d’une université en ligne, la création de plates-formes pour soutenir la science, la technologie et l’ingénierie en ligne au niveau universitaire, et la création d’un centre de soutien à l’investissement. L’objectif est de fournir une voie pour surmonter les impacts des crises mondiales en cours, construire une reprise durable et inclusive après la pandémie et renforcer la résilience contre les chocs futurs, soit pour nous aider tous à nous remettre sur la bonne voie avec l’Agenda 2030, a déclaré M. Kőrösi.
« C’est le moment de faire preuve de solidarité avec les pays les plus vulnérables en respectant les engagements au lieu de revenir en arrière », a ajouté le Président de l’Assemblée générale.
Les 46 pays les moins avancés doivent faire leur part pour étendre leurs filets de sécurité sociale et améliorer l’environnement national grâce à la bonne gouvernance et à l’amélioration de l’efficacité, et les partenaires de développement doivent également tenir leurs promesses, a-t-il ajouté.

Conférence de l’ONU à Doha

capture_d_e_cran_2023-02-11_a_11.57_51.png Faisant écho à ce sentiment, le thème « Du potentiel à la prospérité » a été adopté pour le deuxième segment de la cinquième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés, qui se tiendra à Doha du 5 au 9 mars prochain. Les dirigeants mondiaux, les partenaires de la société civile et du secteur privé et les jeunes se réuniront pour élaborer des plans de mise en œuvre du Programme d’action, que les États membres avaient adopté lors du premier segment, qui s’est tenu le 17 mars de l’année dernière au Siège des Nations Unies. Une déclaration sur leurs efforts et les défis à venir devrait être adoptée lors de la conférence de Doha. Pour le Président de l’Assemblée générale, la conférence sera une « occasion capitale de renouveler l’engagement mondial à soutenir les membres les plus pauvres et les plus exposés de notre famille humaine ». « Grâce à la science, à la technologie et à l’innovation, nous avons les outils pour construire des reprises durables », s’est-il félicité. Encourageant les efforts collectifs pour s’assurer que le plan d’action est mis en œuvre à temps, ces initiatives « nous donneront à tous la chance de rattraper notre retard sur nos objectifs de 2030 », a-t-il dit. Pour marquer le début de la conférence de Doha, l’UN-OHRLLS a collaboré avec l’Administration postale des Nations Unies pour émettre, le 5 mars, une série de trois timbres-poste. onu_infos-18.png

 

Documents joints

A lire

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Le gradualisme ou « l’écologie des petits pas » : un obstacle de plus à l’urgence climatique ?

Le chercheur en sciences de la terre Aurélien Boutaud...

Concilier transition agricole et alimentaire, c’est possible !

Soutenir l’agriculture et renforcer la souveraineté alimentaire sont des...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

Comment adapter nos forêts au changement climatique ?

La forêt, qui couvre près d'un tiers du territoire de la France métropolitaine, souffre : des arbres meurent, victimes du réchauffement climatique ou d’attaques...

Une technologie thermoélectrique recycle la chaleur perdue pour alimenter notre avenir

La thermoélectricité détrônera-t-elle le photovoltaïque ? Présentée comme une percée dans le domaine de l’énergie durable, cette technologie de pointe, qui recycle la chaleur...

Produire de l’hydrogène renouvelable à partir des déchets ménagers pour une mobilité verte

Implantée à côté de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE) du Syndicat mixte de traitement des déchets urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) à Créteil (94), la...