Dans l'actualité :

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation...
Un appel en faveur de la dignité et de la santé pour tous

L’assainissement au coeur de la Journée mondiale de l’eau

Dans le monde, il y a presque 2,6 milliards de personnes, dont 980 millions d’enfants, qui n’ont même pas accès au réseau d’eau et d’assainissement le plus élémentaire – une situation qui a de graves incidences sur tous les aspects de leur vie, depuis l’éducation jusqu’au développement du pays. Résolu à ce que tout le monde, partout, puisse disposer d’eau salubre et de moyens d’assainissement adéquats, l’Assemblée générale des Nations Unies a donc déclaré l’année 2008 comme l’Année internationale de l’assainissement. En conséquence, la Journée mondiale de l’eau, qui sera célébrée cette année le jeudi 20 mars, mettra en relief les questions d’assainissement. Tous ceux qui sont intéressés sont encouragés à célébrer cette Journée et à attirer l’attention sur les problèmes d’eau relatifs à l’assainissement.

Message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2008

Cette année étant l’Année internationale de l’assainissement, la Journée mondiale de l’eau doit nous pousser à agir face à une crise qui touche plus d’une personne sur trois dans le monde. Toutes les 20 secondes, un enfant meurt à cause de l’absence de services d’assainissement, qui se traduit par des conditions d’hygiène catastrophiques pour quelque 2,6 milliards de personnes. Au total, cela fait chaque année 1,5 million de vies d’enfants écourtées pour des raisons que nous pourrions très bien éviter. Ce nombre est inacceptable. Conjuguée au manque d’eau potable et d’hygiène, l’absence de services d’assainissement fait des ravages. Pour ceux qui survivent, les chances d’être en bonne santé et de mener une vie productive sont réduites. Les enfants, en particulier les filles, manquent l’école, et les adultes, atteints de maladies liées au manque d’hygiène, ne peuvent pas mener d’activités productives. Les dirigeants politiques qui ont adopté les Objectifs du Millénaire pour le développement en 2000 envisageaient qu’en 2015, la proportion de personnes n’ayant pas accès aux services d’assainissement de base aurait été réduite de moitié, mais les progrès actuels sont bien trop lents pour que ce but puisse être atteint. D’après les experts, en 2015, 2,1 milliards de personnes n’auront toujours pas accès aux services d’assainissement de base. Au rythme où vont les choses, en Afrique subsaharienne, l’objectif ne sera atteint qu’en 2076. Il y a eu des avancées, mais plusieurs facteurs font obstacle au progrès: la croissance démographique, la pauvreté rampante, l’insuffisance d’investissements et surtout, le manque de volonté politique. S’ils sont déterminés à agir, les membres de la communauté internationale ont le choix entre de nombreux moyens. En 2005, la Commission du développement durable a défini une série de mesures propres à garantir des progrès réels, mesures dont la responsabilité revenait principalement aux gouvernements des pays touchés. Elle a également demandé que la communauté internationale apporte sa contribution, moyennant l’adoption de politiques susceptibles de créer un environnement propice, l’apport de fonds et le transfert de technologies aux pays qui en ont besoin. Si nous relevons le défi, les améliorations iront bien au-delà d’un accès accru à l’eau salubre. Pour chaque dollar investi dans l’eau et l’assainissement, sept dollars environ sont dégagés d’activités productives. Cela sans compter des gains incommensurables sur le plan du recul de la pauvreté, de la santé et du niveau de vie. La Journée mondiale de l’eau est l’occasion d’attirer l’attention sur ces questions. Mais cette année, allons au-delà de la sensibilisation: réclamons des mesures qui feront une différence tangible dans la vie des gens.

 

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et durable, le Code mondial d’éthique du tourisme est un ensemble de 10 principes destinés à...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la performance durable des entreprises et investisseurs, décrypte pour nous les grands thèmes de la CSRD...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation l'objectif de la neutralité carbone d'ici 2050, conformément à l'Accord de Paris sur le changement...

1 COMMENTAIRE

  1. L’assainissement au coeur de la Journée mondiale de l’eau
    L’assainissement dans sa concession, c’est possible et c’est rentable

    La salubrité et l’assainissement dans les quartiers des grandes villes Africaines et dans les villages peuvent passer par des solutions locales et familiales. Ceci quand les familles ne peuvent être raccordées à de grands réseaux de traitement des eaux usées.
    Dans ce cas les familles peuvent avoir recours à des puisards et à des plantations d’arbres comme c’est le cas dans certains pays sahéliens.Ce dispositif permet de résoudre trois problèmes
    – améliorer le confort des familles et des habitants des quartiers;
    – Produire du bois en en ville;
    – et assainir l’environnement.

    Il me semble que cette proposition pourrait être largement diffusée car elle est peu coûteuse à la portée des toutes les familles.

    Je relate cette expérience dans un petit livre 70 histoires d’arbres en Afrique : Les arbres un moyen efficace de lutte contre la pauvreté.
    Cet ouvrage édité aux Editions Ganndal est aujourd’hui épuisé.
    En attendant les grands financements , il n’est pas interdit d’agir avec des moyens simples qui sont déjà expérimentés.

    Jean Yves CLAVREUL Consultant en Communication pour le Développement Durable
    Courriel : jean-yves.clavreul@wanadoo.fr