Dans l'actualité :

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...
En Quête de Demain

Initiatives individuelles et collectives pour protéger les ressources en eau

Une mobilisation Sparknews de la Presse Quotidienne Régionale (PQR)

A la veille de la COP 28, Sparknews, un pionnier du journalisme de solutions, mobilise à nouveau la presse quotidienne régionale pour publier un supplément éditorial, « En Quête de Demain », dédié à l’eau. Distribué le 29 novembre dans tous les kiosques de France et réalisé en coordination avec 50 rédactions de la PQR, ce numéro spécial fait la part belle aux mesures concrètes et inspirantes menées par des particuliers, des collectivités, des associations, … pour repenser nos usages de l’eau et préserver cette précieuse ressource.

L'eau, une ressource rare et précieuse
L’eau, une ressource rare et précieuse

Quand l’eau ne coule plus de source …

Les pluies exceptionnelles de ces dernières semaines pourraient amener à penser que la difficile et cruciale question de la préservation des ressources en eau peut être repoussée à plus tard. Pourtant les faits sont têtus : les réserves en eau renouvelable disponibles en France ont bel et bien diminué de 14 % entre la période 1990-2001 et 2002-2018. La situation est, par ailleurs, bien plus critique dans nombre d’autres pays. Pour aller au-delà du constat, Sparknews a souhaité dédier la nouvelle édition de son supplément « En Quête de Demain » à toutes les solutions qui existent, se testent et se développent sur nos territoires.
La consommation d'eau en France et les usages de l'eau à la maison
La consommation d’eau en France et les usages de l’eau à la maison

Stop aux constats, l’heure est aux solutions de terrain

Ce ne sont pas moins de 50 rédactions qui se sont mobilisées pour rendre compte des projets et des actions actuellement menés sur le terrain. Le supplément, né du travail conjoint de toutes ces rédactions, ouvre une perspective positive et inédite sur les initiatives de particuliers et d’institutionnels qui ont déjà pris le sujet à bras le corps. Ces cas concrets contribuent à répondre à des questions aussi cruciales que : comment préserver l’eau ? comment faire face aux pénuries de plus en plus fréquentes ? quelles pratiques mettre en place ?
Les actions pour préserver l'eau
Les actions pour préserver l’eau

50 articles inédits pour répondre aux enjeux de l’eau dans les territoires

Réparti en 5 thématiques « du champ à l’assiette », « des commerces à nos poubelles », « de la ville à la campagne », « des océans aux forêts », « de l’individu au collectif », le supplément « En Quête de Demain » donne la parole aux scientifiques et agriculteurs qui œuvrent pour adapter les pratiques agricoles aux conséquences du dérèglement climatique ; aux élus et pouvoirs publics qui réhabilitent les réseaux d’eau potable des communes rurales ; aux entreprises et acteurs industriels qui repensent leur gestion des eaux pluviales ou intègrent la circularité de l’eau dans leurs process de fabrication. Et bien d’autres encore à découvrir.
« Les rivières ne coulent pas ou peu l’été, c’est normal » : vrai ou faux ?
« Les rivières ne coulent pas ou peu l’été, c’est normal » : vrai ou faux ?
Pour introduire ce numéro spécial, Gonéri Le Cozannet, ingénieur au Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM), contributeur du 6e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) sur les impacts, l’adaptation et la vulnérabilité au changement climatique en Europe et en Méditerranée s’est prêté au jeu de l’interview.
Gonéri Le Cozannet, ingénieur au BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières).
Gonéri Le Cozannet, ingénieur au BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières).

Favoriser les solutions fondées sur la nature

L’eau est une ressource vitale et précieuse dans un monde qui se réchauffe. Au moment où s’ouvre la COP28, l’ingénieur Gonéri Le Cozannet ouvre des perspectives d’adaptation au changement climatique. Gonéri Le Cozannet, ingénieur au Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM),est un contributeur du 6e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) consacré aux impacts, à l’adaptation et à la vulnérabilité au changement climatique en Europe et en Méditerranée. 2311_eqdd5_vd2_002.jpg Qu’attendez-vous de la COP28 organisée à Dubaï ? « On attend des mesures concrètes et on espère une avancée sur les compensations financières aux pays pauvres. L’adaptation au réchauffement climatique n’est possible que dans un monde où l’on parvient à le stabiliser. La trajectoire actuelle, à trois degrés d’augmentation, nous projette vers une planète où personne n’a envie de vivre. « On sait qu’on va dépasser les 1,5 °C d’augmentation, mais il faudra très vite y revenir, parce que c’est entre cette température et 2 °C que se joue, par exemple, l’avenir des coraux tropicaux qui hébergent 30 % de la biodiversité marine. Cela signifie également davantage de journées où les conditions deviennent létales à certaines heures pour des travailleurs extérieurs. » À quoi ressemble un monde où l’évolution de la température est stabilisée à 1,5 °C ? « C’est un monde où chacun se dit que c’est une bonne idée de limiter le réchauffement climatique. La production d’énergie y est totalement dé-carbonée. Transports, agriculture, pêche… Tout tombe à zéro émission de gaz à effet de serre. « Les entreprises, soucieuses de leur réputation, présentent des stratégies climat. L’agroécologie s’est développée. Les villes ont organisé la décarbonation des moyens de transport. Ceux qui sont inutiles sont évités, la marche, le vélo et les transports en commun sont privilégiés. Le trafic rési- duel, celui dont on ne peut se passer, est totalement électrifié. » Un parfait contre-exemple, selon vous, ce serait quoi ? « Certaines villes continuent à aménager leur espace comme dans les années 70. Où, pour refaire une rue, on a coupé les arbres pour faire de la place à des places de parking. On a donc aggravé les effets des îlots de chaleur et la dépendance à la voiture. » f26kw-ixmaaz-sb.jpg?1691743000 Le réchauffement climatique influence le cycle de l’eau. Comment ? « Ce qui est paradoxal, c’est que la même loi physique crée à la fois des situations de pénurie et des risques d’inondation. Un air chaud contient plus d’humidité. À chaque degré supplémentaire, l’atmosphère est capable de transporter 7 % d’eau supplémentaire, ce qui signifie des précipitations intenses, extrêmes, et des inondations. » En matière de gestion de la ressource, des modèles sont aujourd’hui critiqués et combattus… « Dessaler l’eau de mer avec une énergie carbonée n’est pas souhaitable. Stocker de l’eau, c’est efficace, nous dit le rapport du Giec. Tant que l’on parvient à la collecter et que cela ne se fait pas au détriment des écosystèmes aquatiques et terrestres. « Construire une mégabassine, comme le projet de Sainte-Soline (Deux-Sèvres), ça coûte quatre millions d’euros. La viabilité économique d’un tel ouvrage, financé par de l’argent public, a-t-elle été évaluée ? N’est-on pas en train de créer une dépendance à une eau abondante, verrouillant les agriculteurs dans des pratiques de cultures intensives ? « Imaginons une sécheresse semblable à 2022 qui se prolongerait un ou deux ans de plus, privant les agriculteurs de ressources. Dans un monde à + 2 °C, ce scénario devient réalité. »
Le sol est creusé sur plusieurs hectares et les déblais servent de digue à la bassine.
Le sol est creusé sur plusieurs hectares et les déblais servent de digue à la bassine.
Ces bassines sont-elles des exemples de mal-adaptation ? « Trop souvent, ce sont les habitudes qui déterminent les seuils de prélèvement de l’eau, pas les critères scientifiques. Construire une bassine ou seize, sur un même territoire, ce n’est pas du tout la même histoire en termes de conséquences. « La construction de ces ouvrages devrait être encadrée par des critères stricts. Elle devrait être soumise à la discussion. C’est ce que recommande le Haut Conseil pour le climat. Le risque avec les mégabassines, c’est que le jour où une sécheresse pluriannuelle survient, les agriculteurs dont la production en dépend se trouvent pris au dépourvu. Ils n’ont plus d’eau. » Comment stocker au mieux cette ressource vitale ? « Tout ce qui favorise l’infiltration dans l’écosystème et les sous-sols pour recharger les nappes mérite d’être envisagé. Cela suggère de limiter l’artificialisation des sols, de planter des haies… « Toutes les solutions qui sont fondées sur la nature sont favorables. Une bonne adaptation serait d’encourager l’agriculture à migrer vers un système plus soutenable. » f_cxiqoxcaa45516.png Que faire pour définir une gestion durable de l’eau sur une planète plus chaude ? « Lancer des politiques qui tiennent compte de la demande et définir une réglementation qui favorise la réduction de la consommation. Cela passe également par la mise en place d’une tarification progressive d’accès à l’eau et de mesures qui permettent d’éviter d’en dégrader la qualité en li- mitant l’usage des nitrates, des pesticides. « Ce chemin, qui suppose de la concertation, est la seule voie pour régler les conflits entre les usagers. Les partis politiques doivent être au clair sur ces sujets-là. Le Giec le constate : les parlements élus à la proportionnelle sont aussi les plus efficaces car le consensus est recherché. » Propos recueillis par Alan Le Bloa Ouest-France
eqdd_nouvelle_republique.pdf

 

Documents joints

À propos de Sparknews

Pionnier positif depuis 2011 et labellisé B Corp, Sparknews a choisi pour raison d’être de faire émerger de nouveaux récits pour accélérer la transition environnementale et sociale.
Cela requiert une transformation culturelle profonde de tous les acteurs de la société.

Sparknews développe donc une activité à 2 échelles :

  • La transformation culturelle du grand public en acculturant à l’impact positif ceux qui participent à façonner nos imaginaires : les médias, les artistes et les influenceurs.
  • La transformation culturelle des entreprises en acculturant à l’impact positif leurs dirigeants et toutes leurs parties prenantes pour intégrer l’impact positif dans le business et rendre les entreprises contributrices.

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...