Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Feux de forêts en Gironde : il faut construire le monde qui vient rappelle la SNPN

Depuis quelques jours la Gironde est confrontée à des feux de forêt violents sur des surfaces importantes. Ainsi, plus de 20 000 hectares ont malheureusement déjà brûlé, et les flammes sont encore actives même si les feux semblent désormais maîtrisés. L’urgence semblant désormais derrière nous, il est temps de tirer quelques analyses de ces événements, de remettre en perspective ces incendies et d’esquisser des pistes afin d’envisager l’avenir.

1. CES FEUX REPRÉSENTENT DES DÉSASTRES HUMAINS ET ÉCOLOGIQUES.

Ils provoquent d’abord des pertes économiques directes (filière forestière publique et privée ; campings et restaurants détruits) et indirectes (baisse de la fréquentation touristique en pleine saison, dévalorisation foncière…). Celles-ci peuvent être compensées en partie ou en totalité par la solidarité nationale. Ces incendies constituent aussi un choc culturel et patrimonial puissant pour les habitants car c’est le paysage et les imaginaires de cette terre de Gascogne qui sont affectés par les flammes. Seule une reconstruction qualitative associant la population peut effacer ou surmonter ce choc. Les pertes en matière de biodiversité sont immenses et ce sont deux écosystèmes forestiers très différents qui sont profondément affectés. Le premier est la forêt dite usagère du cordon dunaire, ancienne et relictuelle, très variée et d’une incroyable richesse écologique. Elle témoigne aussi de fonctions sociales héritées du Moyen âge dans son mode d’exploitation, qui constituent également un véritable patrimoine. La forêt de Landuras est une forêt d’exploitation, plus récente (les grands peuplements en pins maritimes datent du XIXe siècle et ont perduré jusqu’à présent) avec un modèle d’exploitation plus intensif, mais qui contient également une biodiversité significative et intéressante. Ce ne sont donc pas que les arbres qui sont affectés par les incendies, même s’ils en sont la partie la plus visible mais bien des écosystèmes forestiers dans l’ensemble de leurs composantes floristiques arborées, arbustives, et herbacées, mais aussi faunistiques, fongiques, microscopiques, etc.

2. APRÈS LE FEU IL EST IMPORTANT DE METTRE EN PLACE PLUSIEURS ACTIONS, AVEC DIFFÉRENTES TEMPORALITÉS.

D’abord, à court terme, il s’agit d’évaluer l’ampleur réelle des dégâts, économiques comme écologiques. Ces derniers peuvent être variables en surface et en intensité selon la façon dont le feu s’est comporté. Ensuite, à court et moyen terme, il s’agit de mettre en place des actions impactantes pour préserver ce qui subsiste et permettre la restauration des écosystèmes forestiers en conservant les potentialités écologiques et les capacités de régénération, et notamment :
  • Protéger et fixer les sols comme les dunes de l’érosion (vent marin, houle et tempêtes, pluies et ravinement). La pose de ganivelles, de freins à l’écoulement, la replantation d’oyats et d’autres techniques éprouvées peuvent être employées.
  • Protéger les sols du tassement (gros engins pour débarder le bois brûlé): les forestiers savent mettre en œuvre des techniques pour cela. Une aide financière de l’État pourrait être nécessaire pour compenser les éventuels surcoûts d’exploitation.
  • Protéger les espèces végétales et animales survivantes du piétinement et du dérangement (qui ajouteraient du stress supplémentaire). Il convient donc de limiter ou d’interdire temporairement les circulations humaines non indispensables, pendant un à deux ans, afin de laisser la nature tranquille.
  • Protéger les zones humides (mares, pannes dunaires, marais, ruisseaux…) de toute dégradation supplémentaire et du colmatage par des sédiments.
Enfin il est indispensable de prendre le temps de réfléchir à l’avenir de ce territoire, des humains qui y vivent et de sa biodiversité, et de se projeter à long terme. En effet, dans un contexte de réchauffement climatique prononcé qui va se renforcer, il est essentiel d’éviter le renouvellement d’un incendie d’ici 30 à 50 ans car ce pas de temps mettrait gravement en cause les écosystèmes et les espèces, et le devenir économique de la production forestière. La seule amélioration de la défense forestière contre les incendies (DFCI) et des moyens de lutte, même si elle est sans doute nécessaire, ne saurait suffire. Il paraît donc tout aussi indispensable d’accompagner également l’ensemble des propriétaires, forestiers et habitants de tout le territoire des landes de Gascogne (y compris celui qui n’a pas brûlé) pour éviter que se reproduisent de tels incendies en d’autres lieux et ainsi leur permettre de se projeter et de mieux construire un long terme viable, résistant et résilient. Pour cela, il apparaît nécessaire de repenser nos choix individuels et collectifs pour anticiper les changements environnementaux et climatiques et ne pas reproduire à l’identique un modèle économique et d’aménagement qui montre d’ores et déjà ses limites. En effet, une bonne partie de ces paysages végétaux n’ont pas beaucoup plus d’un siècle et les conditions climatiques, écologiques et sociales ont considérablement évolué depuis. Il est donc légitime de penser que d’autres solutions de renaturation sont possibles, voire souhaitables. Ainsi il paraitrait particulièrement mal avisé de replanter rapidement, massivement et de façon quasi exclusive en pins maritimes ou en espèces d’arbres exotiques à destination de la seule activité forestière industrielle.

3. DÉFINIR UNE TRAJECTOIRE ET UN PROJET DE TERRITOIRE BENEFIQUE A LA FOIS AUX HUMAINS ET A LA BIODIVERSITÉ

Il conviendrait davantage de privilégier une mosaïque paysagère avec :
  • Des espaces de régénération naturelle des écosystèmes et de la forêt où la biodiversité pourrait évoluer plus librement. La création d’espaces naturels protégés (espaces naturels sensibles, arrêtés de protection de biotope, réserves naturelles régionales ou nationales, parc national) pourrait permettre d’une part d’accompagner les propriétaires forestiers en difficulté économique en faisant racheter les parcelles par des structures comme le département, une association ou le Conservatoire du littoral, et d’autre part de constituer de réels réservoirs de biodiversité et d’expérimentation d’une adaptation aux changements climatiques. Ces espaces permettraient d’envisager une mutation et une diversification socio-économique avec une part plus importante d’éco-tourisme et de nouveaux métiers de gestion, de protection et de sensibilisation à l’environnement par exemple.
  • Des espaces de forêts de production mais avec davantage de mixité dans les boisements, intégrant systématiquement des essences endogènes, des cortèges variés, des modalités d’exploitation différenciées, etc. afin de sortir d’une logique de monoculture résineuse, et développant des expérimentations diversifiées pour ouvrir le champ des possibles face à un avenir incertain.
  • Des coupe-feux naturels larges et contenant une biodiversité riche afin de fragmenter le massif forestier. La restauration du caractère humide originel de parties de ce territoire gascon serait sans doute une solution à privilégier afin d’allier restauration des écosystèmes humides particulièrement menacés et raréfiés en France, reconstitution de fonctionnalités écologiques (ressource en eau par exemple) mises à mal par les changements environnementaux, réhabilitation de modes d’exploitation agro-pastoraux qui ont façonné l’identité gasconne pendant longtemps, et lutte contre les futurs incendies.

4. UNE MÉTHODE POUR CONSTRUIRE EN COMMUN L’AVENIR : LE DIALOGUE TERRITORIAL

Tout cela ne doit pas être décidé de façon verticale ou par l’influence de lobbies économiques sectoriels ou d’intérêts privés. Un dialogue territorial doit se mettre en place au niveau local, associant tous les élus, tous les acteurs, tous les habitants, et bénéficiant de l’éclairage de scientifiques indépendants, afin que ce territoire puisse construire collectivement une trajectoire et un avenir durable face aux changements environnementaux et climatiques qui s’accélèrent. Rémi LUGLIA, Président de la Société Nationale de Protection de la Nature

À propos de la SNPN

LOGO_SNPN_OFFICIAL_RVB.png La SNPN est une association à caractère scientifique qui se consacre à l’étude et à la protection de la nature, pour permettre aux écosystèmes et aux espèces d’exprimer le plus librement possible leurs potentialités adaptatives et évolutives. La qualité de leurs interrelations avec les sociétés humaines est également prise en compte. Fondée en 1854, elle est reconnue d’utilité publique depuis 1855. La SNPN a participé à la création de la convention de Ramsar de 1971 sur les zones humides et assure aujourd’hui sa politique de sensibilisation en France. L’action de la SNPN en faveur de ces milieux remarquables est quotidienne : elle gère deux réserves nationales en zones humides (Camargue et Grand-Lieu) et œuvre, depuis 2007, à la préservation des milieux humides d’Île-de-France. Enfin, elle coordonne et anime le laboratoire d’idées « Zones humides » qui émet des avis et fait des propositions pour la préservation de ces milieux.

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les arguments régulièrement invoqués par les opposants aux projets d'énergies renouvelables tels que les éoliennes ou...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...