Dans l'actualité :

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits...
Tribune de Jean-Luc Martin-Lagardette

Environnement, social, énergie : des ONG veulent défendre l´aspect « santé » dans les futures conférences gouvernementales

publiée par Ouvertures, le temps du citoyen

Le Rassemblement pour la planète, né de la coopération de cinq ONG, Écologie sans frontières, Générations futures, Réseau environnement santé (RES), Respire et Robin des toits, a bien l’intention de s’inviter aux conférences sociale, environnementale et énergétique, annoncées par le gouvernement. Objectif : y défendre partout le lien santé/environnement.

Mi-juillet, la conférence sociale ; septembre, la conférence environnementale puis, sans date connue, la conférence énergétique. Ces grands rendez-vous annoncés par le gouvernement doivent rassembler les principaux acteurs institutionnels, économiques et syndicaux pour bâtir des stratégies dans chacun de ces domaines. Des associations citoyennes, associées dans le Rassemblement pour la planète présidé par Nadine Lauverjat (Générations futures), veulent dire leur mot et faire entendre leur expertise dans ces débats pour éviter qu’ils ne reconduisent le « modèle de prédation des ressources de la planète qui a été le modèle de développement des deux siècles passés ». La crise écologique qui en résulte est d’une « extrême gravité ».
Nadine Lauverjat, de Générations furures, préside le Rassemblement pour la planète. Photo : JLML.
Nadine Lauverjat, de Générations furures, préside le Rassemblement pour la planète. Photo : JLML.
Et, aujourd’hui, au réchauffement climatique, à l’épuisement des ressources naturelles et à la chute de la biodiversité, il faut, selon ces associations, ajouter la crise sanitaire. Cancer, maladies cardiovasculaires, diabète et obésité, maladies respiratoires et maladies mentales : ces maladies chroniques sont devenues le « principal challenge auquel doit faire face l’humanité », selon l’OMS. Et, représentant 83 % des dépenses de santé en France, elles menacent notre système de protection sociale. Pour une « sortie de crise par le haut » Or « ces maladies trouvent majoritairement leur cause dans l’environnement moderne : alimentation déséquilibrée, pollutions, sédentarité, précarité sociale ». Conséquence, l’espérance de vie en bonne santé stagne en France et même diminue dans certains pays européens. Au moment où tous les pays européens décident de reculer l’âge de la retraite, ce « fait majeur, curieusement, n´a pas été mis dans le débat public ». Le Rassemblement pour la planète voit dans le changement politique en France « une formidable opportunité ». Les conférences annoncées pourraient être l’occasion d’amorcer « une sortie de crise par le haut », en n’ignorant plus le lien entre environnement, social et énergie, dont la santé est le dénominateur commun : « On veut des Français en bonne santé plutôt que mieux remboursés ! » Il faudra également, préoccupation chère à André Cicollela, du Réseau environnement santé, « revoir la place de la science pour la mettre au service des citoyens et non à celui d’un modèle de développement prédateur et mortifère ». Un objectif à défendre dans une future conférence sur la recherche et l’enseignement. – Lors d’une conférence de presse tenue le 3 juillet 2012 à Paris, l’association a présenté son Manifeste qui fixe sa philosophie, ainsi que ses premières propositions : une loi, 4 axes et 25 idées pour réformer la sécurité sanitaire. – Déçues par les maigres suites du Grenelle de l’environnement ainsi que par le flop de Rio+20, les ONG ne baissent pas les bras. Elles tenteront de se faire accepter par les débatteurs « officiels », ministères, institutions, organismes représentatifs et entreprises, qui goûtent très modérément les débats publics contradictoires. Les responsables du « changement » promis sauront-il les accueillir plus largement ? En effet, le gouvernement précédent avait singulièrement réduit les possibilités, pour les associations écologistes, de participer à la politique de l’environnement en fixant par décret (du 12 juillet 2011) une procédure d’agrément beaucoup plus sévère. Ce qui a eu pour résultat d’exclure un grand nombre d’associations d’experts qui avaient pourtant joué un rôle essentiel de lanceur d´alerte environnementale : Cniid, inf’OGM, Criirem, Criigen, Générations futures, Réseau environnement santé, etc. Plusieurs d’entre elles ont même déposé un recours contentieux devant le Conseil d’État pour demander l´annulation de ce texte. L’autre difficulté qu’aura à surmonter le Rassemblement pour la planète est la résistance que ne manqueront pas de lui opposer les associations patronales (souvent en conflit avec ces associations sur le terrain), les syndicats (qui voient d’un mauvais œil une concurrence contestataire) et surtout le lobby médical (qui fait tout pour que la moindre question concernant la santé lui soit exclusivement réservée).
Ouvertures, le temps du citoyen
Ouvertures, le temps du citoyen

 

Documents joints

Le Rassemblement pour la planète réunit :

– Écologie sans frontières (pollution de l´air et gouvernance environnementale),
– Générations futures (pesticides, etc.),
– RES (santé environnement),
– Robin des toits (champs électromagnétiques des technologies sans-fil),
– Respire (pollution de l´air),
– Sea Sheperd (biodiversité, océans),
– Green Cross France et Territoires (eau, alimentation, énergies, éducation).

D’autres ONG, spécialisées notamment dans les déchets et les énergies renouvelables, devraient rejoindre le réseau.

Porte-parole national : Etienne Cendrier. Tél. : 01 40 18 02 81.

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle Greenpeace qui sort de sa neutralité comme certains syndicats. "Après le choc des élections européennes,...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité ? Dans quelle mesure les transitions actuelles – écologiques, énergétiques, technologiques… – annoncent-elles des changements...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits avec le mouvement de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui place les...