Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...
Le dossier du mensuel Territoires d'avril 2008 (n°487)

Des éco-quartiers aux villes durables

La revue Territoires [[La revue Territoires est composée de 50 pages pour plonger au coeur des initiatives citoyennes, être au fait de l’actualité de la démocratie locale en France et dans le monde, et avoir un autre regard sur les enjeux politiques et sociaux. Sans oublier, chaque mois, au centre du numéro, un dossier alliant pédagogie et présentation de multiples expériences de terrain qui permet d’approfondir une des multiples facettes de la démocratie locale. Le dossier est réalisé par des élus, des professionnels de l’action locale, des universitaires, des responsables associatifs et des journalistes.]] (n°487 – avril 2008) consacre un excellent dossier aux éco-quartiers et aux villes durables. L’occasion pour nous de vous encourager à soutenir la démarche de ce média indépendant édité par l’association ADELS (Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale) qui regroupe depuis son origine, en 1959, des élus locaux, des militants associatifs, des professionnels intervenant dans le champ local et des citoyens engagés dans la vie locale.

 » L’éco-quartier peut servir de levier à un changement de mode de vie « 

Extrait de l’entretien avec Cyria Emelianoff, maîtresse de conférences à l’université du Mans, auteur de  » Les quartiers durables en Europe : un tournant urbanistique ?  » Urbia, n° 4, juin 2007, université de Lausanne. Que vous inspire la construction d’éco-quartiers un peu partout en Europe ? Je trouve que cette nouvelle approche en matière d’urbanisme est indispensable et est plutôt positive. Les éco-quartiers tentent d’incarner un nouvel urbanisme, ce sont des espaces d’expérimentation. Car, dans le domaine de l’éco-construction et de l’urbanisme, il ne faut pas oublier que les idées doivent être expérimentées grandeur nature. Dans le quartier du Kronsberg, à Hanovre, en Allemagne, la suppression des ponts thermiques pour les maisons sans chauffage ne pouvait pas être appréhendée par le seul biais de la modélisation. Elle s’est réalisée au cours du chantier, en corrigeant les erreurs au fur et à mesure de l’avancée des constructions. Il faut reconnaître qu’en matière de durabilité urbaine, on sait encore peu de choses, d’autant que les enjeux et exigences évoluent très vite : l’expérimentation reste donc essentielle. Mais dans le domaine de l’innovation sociale, les éco-quartiers ont été assez timides. Un champ entier reste à explorer, pour croiser durabilités sociale et écologique.
Mensuel Territoires d'avril 2008 (n°487)
Mensuel Territoires d’avril 2008 (n°487)
Un second apport des éco-quartiers réside dans le fait que, dans certains cas, malheureusement pas très nombreux encore, les habitants sont très impliqués et participent à la gestion du quartier et à sa conception. Des groupes d’habitants-promoteurs se mettent en place, y compris en France, dans de nombreuses villes, en demandant aux municipalités un terrain pour pouvoir construire un petit éco-quartier. Ils peuvent s’associer à des bailleurs sociaux, comme c’est le cas à Strasbourg. Ce n’est donc pas seulement le passage vers un habitat durable qui se joue, mais aussi et surtout l’invention d’un mode de vie plus durable. En effet, il a été montré que la dynamique collective dans ce type de quartier (typiquement le Vauban à Fribourg, en Allemagne) entraîne l’individu dans des pratiques de consommation et de mobilité plus attentives à leurs impacts environnementaux et sociaux. Ce qui n’est pas suffisant pour éliminer les contradictions de la vie quotidienne, mais peut néanmoins réduire la dissonance cognitive vécue par les individus. D’une part, l’organisation collective permet d’adhérer à des groupements d’achat, des systèmes de partage de voitures, etc., et facilite ce type de choix ; d’autre part, ces pratiques sont socialement valorisées et reconnues par la communauté du quartier. L’individu est ainsi encouragé à franchir des étapes supplémentaires, alors qu’il peut en être dissuadé dans des secteurs qui n’offrent tout simplement pas ces possibilités, ni des modes de valorisation sociale de ces pratiques. Ainsi, dans l’éco-quartier d’Eva Lanxmeer, situé dans la ville de Culemborg aux Pays-Bas, dont l’une des spécificités est d’avoir été conçu par une association d’habitants, on sent une saine émulation entre les résidents, qui n’ont de cesse de réfléchir à de nouvelles initiatives. Certains diront que cet  » entre soi « , cet esprit communautaire est problématique : je ne le pense pas. Il faut reconnaître que nous vivons tous dans des  » entre soi « , dans nos réseaux relationnels, professionnels, etc. Les éco-quartiers, dont la plupart intègrent une part d’habitat social, ne sont pas spécifiques à cet égard, sauf dans quelques cas de dérapage des coûts de construction et de ségrégation socio-environnementale. Eva Lanxmeer, pour revenir à cet exemple, accueille 30 % d’habitat social, un institut pour des handicapés mentaux et quelques équipements. Certes, ce sont aujourd’hui des personnes au capital culturel élevé, à l’image de l’électorat type des Verts, qui s’investissent dans ces éco- quartiers. Mais ce sont aussi celles qui sont à la fois le plus à même d’avoir le temps et les moyens de mettre en pratique cette forme d’éco-citoyenneté et, surtout, d’ouvrir des voies montrant des réalisations concrètes, qui inspirent de nombreux techniciens, élus, professionnels et acteurs civils. L’enjeu est de dépasser ces premières réalisations, pour réfléchir à la manière d’encourager des modes de vie durables, sans se contenter d’une approche architecturale. L’éco-quartier n’est pas une question d’habitacle, de coque mais, au contraire, il peut servir de levier à un changement de mode de vie, qui lui-même engage une autre perception des solidarités. Il reflète aussi un changement culturel profond, mais encore latent. Enfin, le développement des éco-quartiers répond à la nécessité de tester des solutions décentralisées et diversifiées, qui dépendent des énergies locales utilisables, des sites et des milieux, des traditions de démocratie locale, des cadres réglementaires ou incitatifs eux aussi assez divers, en fonction des pays et régions. Je crois que l’éco-quartier, étant fortement lié au milieu dans lequel il est construit, n’est pas exportable et diffusable, il nécessite à chaque fois une démarche d’expérimentation.
A lire sur le site de Territoires » L’éco-quartier peut servir de levier à un changement de mode de vie. «  Entretien complet avec Cyria Emelianoff.

Egalement au sommaire de Territoires:

Extraits choisis de l’ouvrage Pour un nouvel urbanisme (en vente sur Cdurable.info) suivis d’un entretien avec Denis Clerc, conseiller de la rédaction d’Alternatives économiques, coauteur de Pour un nouvel urbanisme. – Grand Lyon : Maisons passives pour développement durable actif – L’éco-quartier qui cache la ville durable par Taoufik Souami, urbaniste et sociologue – Seine-Saint-Denis. Une coopérative d’accession à la propriété : durable parce que social ? – Norvège : Une concertation d’aménagement urbain alternative à Oslo – Abonnez-vous à la revue Territoires

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

1 COMMENTAIRE