Dans l'actualité :

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...

Compensation carbone : forte demande et offre hétérogène

La compensation carbone, popularisée par Yann Arthus Bertrand et son association GoodPlanet, consiste à « compenser » volontairement l’émission d’un volume de gaz à effet de serre généré par une activité en finançant un projet réduisant les émissions d’autant. Si les demandes de « compensation carbone » explosent, le calcul ou le contrôle se révèlent très différents d’un acteur à l’autre ce qui nuit à la transparence et la cohérence du système. Un effort d’harmonisation s’impose.

La première conférence de presse certifiée « carboniquement neutre » a été organisée à Paris, le 20 février 2007, à l’initiative de l’industriel informatique VIA Technologies. Déplacements de l’intervenant (Londres-Paris par avion) et des journalistes présents, chauffage et électricité consommé sur place, papier du dossier de presse… « L’ensemble représente 1 464 kg de CO2. Ce total a été intégralement compensé par des mesures de prévention climatique de qualité, à travers l’achat par l’entreprise de crédits de réduction d’émission », précise André Jacquesson, du bureau français ClimatePartner, nouveau venu dans le conseil à la compensation carbone.

En novembre 2006, l’ADEME a dressé un état des lieux qui recensait 31 « compensateurs ». Ces opérateurs étaient présents dans une dizaine de pays dont une moitié basée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Chacun travaillait avec 7 ou 8 prestataires chacun. Structures à but non lucratif ou agence conseil pour un tiers d’entre elles, ces organisations sont très récentes. Plus de la moitié existe depuis moins de 2 ans, et leur nombre ne cesse de s’accroître.

La compensation volontaire de carbone est loin d’être la panacée puisque l’objectif final est d’abord la réduction des émissions. C’est pourquoi la compensation ne s’envisage, en théorie, qu’en bout de chaîne, après la réduction des émissions suscitées par les changements de comportements ou l’adoption de technologies énergétiquement efficaces. De plus, pour être valable, on considère en général que la démarche doit répondre aux exigences fixées par la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCC). Flexible et non contraignant, le mécanisme repose aussi sur des critères très précis. Pour que les projets engagés soit recevable, ils doivent pouvoir répondre à une des caractéristiques suivantes, l’additionnalité qui implique que les projets financés n’aient pu voir le jour sans la compensation, l’unicité, un projet ne doit être financé qu’une seule fois, ou encore la pérennité qui implique une validation à posteriori du gain en CO2 attendu.

Mis en place à la suite du Protocole de Kyoto, le processus de la compensation volontaire de carbone combine trois mécaniques. Celle du calcul des émissions proprement dit ; puis la conversion monétaire de ce volume, destinée à financer un « projet » de compensation ; et le suivi du projet, permettant de certifier « le gain de CO2 » obtenu.

Quelques liens à visiter :

L’état des lieux des prestataires de la compensation carbone réalisé par l’ADEME (février 07)

Co2 Solidaires

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...