Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...

Adopter une vision européenne commune sur les réformes de l’architecture financière internationale pour le développement durable

Cette Note relate les échanges qui se sont tenus lors d’une table ronde organisée en mars 2023 par l’European Think Tanks Group (ETTG, réseau auquel appartient l’Iddri) sur le rôle de l’Europe dans la réforme de l’architecture financière internationale pour le développement durable. Quelles priorités sont en jeu et quelles actions sont possibles pour que l’Europe puisse pleinement peser sur les réformes en faisant valoir ses propres idées et en nouant des alliances progressistes avec des États tiers ? pour_le_site_11_.png

Extrait

Le contexte européen révèle que le type de réformes actuelles des banques multilatérales de développement et de l’architecture financière internationale pour le développement durable est en fait débattu depuis longtemps sous diverses formes et dans plusieurs forums. Cependant, en 2023, une véritable tribune permet d’aborder ces questions urgentes et de concrétiser un ambitieux programme de réformes. L’Europe a donc un rôle central à jouer pour atteindre cet objectif. Les parties concernées sont déjà d’accord sur un certain nombre de questions et il y aura de nombreuses occasions de les approfondir tout au long de l’année. Si une coalition européenne de « champions » pouvait émerger de ce processus pour appliquer concrètement et dans les plus brefs délais certaines des actions proposées et construire des alliances progressistes avec des pays du Sud, cela permettrait vraiment à l’Europe de rétablir la confiance et de retrouver sa crédibilité auprès de ses partenaires du monde entier. Adopter une vision européenne commune sur les réformes de l’architecture financière internationale pour le développement durable

CONCLUSION

Le contexte européen révèle que le type de réformes actuelles des BMD et de l’architecture financière internationale pour le développement durable est en fait débattu depuis longtemps sous diverses formes et dans plusieurs forums. Cependant, 2023 constitue une opportunité pour aborder ces questions urgentes et concrétiser un ambitieux programme de réformes. L’Europe a donc un rôle central à jouer pour atteindre cet objectif. Les parties concernées sont déjà d’accord sur un certain nombre de questions et il y aura de nombreuses occasions de les appro- fondir tout au long de l’année. Si une coalition européenne de « champions » pouvait émerger de ce processus pour appliquer concrètement et dans les plus brefs délais certaines des actions proposées et construire des alliances progressistes avec des pays du Sud, cela permettrait vraiment à l’Europe de rétablir la confiance et de retrouver sa crédibilité auprès de ses partenaires du monde entier.
Une note de Élise Dufief (Iddri), Danièle Fattibene (ETTG), Niels Keijzer (IDOS), San Bilal (ECDPM) et Frédérique Dahan (ODI)

Sommet pour un nouveau pacte financier mondial : quelles conditions de succès ?

Financement%20monde.png?itok=E8MVXcJf Les 22 et 23 juin prochains, Paris accueillera le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, sous l’égide du Président Emmanuel Macron, de la présidence indienne du G20, et de la Première ministre de la Barbade Mia Mottley. L’objectif annoncé est de jeter les bases d’un nouveau système pour relever les défis mondiaux communs, en particulier la lutte contre les inégalités, le changement climatique et la protection de la biodiversité, de définir les principes des réformes à venir et de fixer une trajectoire vers un partenariat financier plus équilibré entre le Sud et le Nord. Dans un contexte multilatéral crispé et de crises environnementales aiguës, qu’attendre d’un sommet à la fois nécessaire et sous tension ?

Un système défaillant, des enjeux cruciaux

Si les ambitions affichées pour ce sommet sont aussi fortes, c’est que les attentes sont importantes. Comme le rappellent les Nations unies , le constat de l’incapacité de l’architecture internationale actuelle à remplir ses missions essentielles et à soutenir un financement stable à long terme en faveur des Objectifs de développement durable est largement partagé. Les retards pris dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris et de l’Agenda 2030 apparaissent de plus en plus dûs à des besoins de financement non couverts, notamment en raison de l’incapacité de l’architecture financière internationale à canaliser les ressources à l’échelle et à la vitesse nécessaires vers les économies les plus vulnérables du monde. Pour le secrétariat général des Nations unies, cet échec constitue une menace croissante et systémique pour le système multilatéral lui-même, car il entraîne une aggravation des disparités, de la fragmentation géoéconomique et des fractures géopolitiques à travers le monde. Début 2023, 52 pays en développement à revenu faible ou intermédiaire, représentant plus de 40 % de la population la plus pauvre du monde, étaient soit en situation de surendettement, soit exposées à un risque élevé de surendettement ; parmi eux, 25 ont des remboursements du service de la dette extérieure supérieurs à 20 % de leurs recettes totales[[PNUD, 2023.]]. Les coûts d’emprunt sont ainsi plus élevés pour les pays en développement sur les marchés financiers, surtout en tenant compte du risque de défaillance et de la volatilité des marchés, et de nombreux gouvernements endettés sont incapables d’investir suffisamment dans la réalisation des droits fondamentaux en matière de santé, d’éducation et de protection sociale. L’accès des pays aux liquidités en temps de crise varie considérablement, et seule une petite partie des droits de tirage spéciaux (DTS) est allouée aux pays en développement : le continent africain, qui abrite 1,4 milliard de personnes et plus de 60 % de l’extrême pauvreté dans le monde, n’a ainsi reçu que 5,2 % de la dernière émission de DTS. De fait, les pays à faible revenu réclament de plus en plus de progrès sur des questions telles que l’allègement de la dette, et dénoncent l’incapacité des pays riches à respecter les engagements mondiaux existants, comme celui de contribuer à hauteur de 100 milliards de dollars de financement climatique chaque année. Aujourd’hui, les flux de financement de la lutte contre le changement climatique n’atteignent pas les pays qui en ont le plus besoin, mais sont orientés là où il est le plus rentable . Au résultat, l’endettement des pays les plus pauvres ne fait qu’augmenter, et les rend encore plus vulnérables à la prochaine catastrophe. capture_d_e_cran_2023-06-16_a_17.03_39.png

Une nouvelle méthode, une nouvelle approche

Le défi pour le sommet de juin n’est donc ni plus ni moins que de reconstruire la confiance dans le système international et de déterminer des règles du jeu équitables et plus favorables aux pays en développement pour répondre aux enjeux de développement, de lutte contre le changement climatique et de protection de la biodiversité. Des discussions sont ainsi nécessaires à la fois sur la réforme des institutions issues de Bretton Woods qui ne peut plus être incrémentale, et sur ce qui dysfonctionne dans le système financier international et ses règles ; le tout en privilégiant un ancrage renforcé dans la réalité et les besoins des pays. Pour être efficace, la réforme du système financier doit mieux appuyer les dynamiques nationales existantes afin de mieux identifier les besoins et de contribuer à une approche cohérente permettant de trouver les solutions au niveau national, qui s’inscrivent dans des trajectoires de développement durable sur le long terme.
The 2022 Bridgetown Initiative
The 2022 Bridgetown Initiative
Un sommet ne peut seul répondre à ces différents défis, mais il doit pouvoir faire la démonstration d’un constat partagé et d’une volonté politique au plus haut niveau de trouver les solutions effectives aux problèmes identifiés. Le sentiment d’une conversation dispersée entre plusieurs espaces différents, et au sein de laquelle les pays les plus vulnérables estiment n’avoir que peu de voix, devra d’abord être dissipé. Et l’espace des solutions devra être plus ouvert aux innovations, trop souvent jugées irréalistes, tant économiquement que juridiquement, techniquement ou encore politiquement. Ces options, proposées notamment par la société civile, les Nations unies ou l’agenda de Bridgetown, doivent pourtant être analysées et débattues, en traitant les points clés qui empêchent une réforme réussie de l’architecture financière multilatérale :
  • l’échelle : répondre aux enjeux de développement, climatiques et environnementaux avant la fin de cette décennie nécessite un afflux massif de capitaux au-delà de ce que les pays peuvent mobiliser aujourd’hui. Au-delà du slogan, « passer de milliards à des milliers de milliards » nécessite un changement d’approche pour atteindre l’échelle ;
  • l’innovation : des approches et des instruments innovants sont nécessaires pour atteindre cette échelle, inaccessible dans le cadre de la structure actuelle.
  • le changement systémique : seule une approche radicale et globale peut permettre d’atteindre l’échelle et l’innovation nécessaires.
Our Common Agenda Policy Brief 6 – Reforms to the International Financial Architecture

Quels résultats possibles pour le sommet ?

Certaines limites et imperfections peuvent être corrigées dès cette année et dans les années à venir, malgré le manque de confiance dans le système. Parmi les possibles résultats du sommet pourraient être annoncés un cadre pour la suspension des remboursements de la dette pour les pays frappés par des catastrophes naturelles (voire les pandémies), un état des lieux de la façon dont les pays développés pourraient réacheminer leur allocation de droits de tirage spéciaux du FMI, de nouvelles voies pour réacheminer les DTS, et la présentation et éventuellement l’annonce de nouveaux partenariats pour une transition énergétique juste. Mais des changements progressifs, s’ils sont utiles, ne suffiront pas pour les pays qui en ont le plus besoin, ni pour rétablir la confiance entre les pays du Sud et les pays déjà industrialisés. Le chantier étant immense, le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial n’est pas une fin en soi, mais doit contribuer à renforcer une dynamique politique sur un triple horizon temporel : (1) conforter lors du sommet un cadre politique et des coalitions pour le mettre en œuvre et des premières actions concrètes, (2) poser les bases pour des décisions plus difficiles en 2023 et 2024 dans le cadre du G20 en s’appuyant sur le leadership des présidences actuelle du G20 (Inde) et à venir (Brésil), (3) à l’horizon 2030 environ, ouvrir des discussions encore plus difficiles politiquement sur des mécanismes financiers internationaux (comme la création d’un nouveau mécanisme soutenu par des DTS pour accélérer les investissements dans la transition vers une économie sobre en carbone et la résilience) ou la mise à jour des règles du système financier pour mieux assurer la stabilité et la durabilité. Ces discussions sont indispensables pour jeter les bases d’un nouveau système capable de relever les défis communs. android-icon-192x192.png

 

Documents joints

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...