CDURABLE
Cdurable
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Planète - Contribution Ecologique
COP 15 - Nations Unies

Pourquoi la biodiversité est bonne pour notre santé

Le monde naturel offre à l’humanité des bienfaits incalculables pour la santé

dimanche 18 décembre 2022
Posté par Cyrille Souche

Imprimer

Le monde naturel offre à l’humanité des bienfaits incalculables pour la santé, et on pense qu’il recèle de nombreuses autres percées en matière de santé qui n’ont pas encore été découvertes. Cependant, nous risquons de perdre ces avantages si nous continuons à dégrader l’environnement. Les menaces qui pèsent sur la nature sont au cœur des discussions de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, la COP15, qui doit s’achever le 19 décembre.
Pourquoi la biodiversité est bonne pour notre santé ? Les Nations Unies nous rappellent que les écosystèmes naturels fournissent des biens et des services qui soutiennent toute vie sur cette planète, y compris la vie humaine et notre santé.



La biodiversité est cruciale pour la santé.
PNUD

Un million d’espèces sont menacées d’extinction, et si les pertes d’espèces continuent d’augmenter, les fonctions écosystémiques vitales pour la santé et la vie humaines continueront d’être perturbées.

Les écosystèmes fournissent des biens et des services qui soutiennent toute vie sur cette planète, y compris la vie humaine. Bien que nous en sachions beaucoup sur le fonctionnement de nombreux écosystèmes, ils impliquent souvent une telle complexité et sont à une échelle si vaste que l’humanité trouverait impossible de les remplacer, quel que soit l’argent dépensé dans le processus.

Des microbes découverts dans le sol de Rapa Nui (île de Pâques) combattent les maladies cardiaques en réduisant le cholestérol.
PNUE

Un laboratoire vivant

La majorité des médicaments prescrits dans les pays industrialisés sont dérivés de composés naturels produits par des animaux et des plantes. Des milliards de personnes dans le monde en développement dépendent principalement de la médecine traditionnelle à base de plantes pour les soins de santé primaires.

De nombreux remèdes de la nature sont familiers : la morphine provient du pavot à opium, la quinine antipaludique de l’écorce du quinquina d’Amérique du Sud et l’antibiotique pénicilline est produit par des champignons microscopiques.

Des microbes découverts dans le sol de Rapa Nui (île de Pâques) combattent les maladies cardiaques en abaissant le cholestérol. L’AZT, l’un des premiers médicaments contre le VIH/sida, provient d’une grande éponge d’eau peu profonde qui vit dans les Caraïbes et qui la même éponge ayant produit des antiviraux pour traiter l’herpès et servant de source au premier médicament anticancéreux d’origine marine à être autorisé aux États-Unis.

Des ours polaires.
© Unsplash/ Hans-Jurgen-Mager

Un réservoir crucial pour les futures guérisons

À ce jour, seulement environ 1,9 million d’espèces ont été identifiées (et dans de nombreux cas à peine étudiées). On pense qu’il y en a des millions d’autres qui sont complètement inconnues.

Tout ce qui est vivant est le résultat d’un « laboratoire vivant » complexe qui mène ses propres tests cliniques depuis le début de la vie, il y a environ 3,7 milliards d’années. Cette bibliothèque pharmaceutique naturelle abrite une myriade de remèdes non découverts, si seulement nous ne les détruisons pas avant qu’ils ne soient reconnus.

Prenez l’ours polaire, désormais classé comme « menacé ». Alors que son habitat arctique fond en raison du changement climatique, le plus grand prédateur terrestre du monde est devenu une icône des dangers posés par la hausse des températures mondiales. Cela pourrait aussi être une icône pour la santé. Les ours polaires amassent d’énormes volumes de graisse avant d’hiberner. Bien qu’ils soient gros à un degré qui mettrait la vie des humains en danger, ils sont apparemment immunisés contre le diabète de type II. Ils restent immobiles pendant des mois, mais leurs os restent inchangés. Pendant leur sommeil, ils n’urinent pas, mais leurs reins ne sont pas endommagés. Si nous comprenions et pouvions reproduire comment les ours détoxifient les déchets pendant l’hibernation, nous pourrions peut-être traiter - et peut-être même prévenir - la toxicité de l’insuffisance rénale chez l’être humain.

Actuellement, 13% de la population mondiale est cliniquement obèse et le nombre de personnes atteintes de diabète de type II devrait atteindre 700 millions d’ici 2045. Au cours de leur vie, 1 femme sur 3 âgée de plus de 50 ans et 1 sur 5 hommes subiront des fractures osseuses liées à l’ostéoporose. Aux États-Unis seulement, l’insuffisance rénale tue plus de 82.000 personnes et coûte à l’économie américaine 35 millions de dollars par an. Les ours polaires ont naturellement développé des « solutions » à ces problèmes - diabète de type II dû à l’obésité, ostéoporose due à l’immobilité et toxicité due à l’insuffisance rénale - qui causent tous des souffrances à des millions de personnes.

Les récifs coralliens ont le potentiel de résoudre de nombreuses maladies.
© Unsplash/Teddie Humaam

Récifs coralliens et morphine

Un autre exemple est celui des récifs coralliens, parfois appelés « forêts tropicales de la mer » en raison de leur grande biodiversité. Parmi la myriade d’habitants de ces récifs se trouvent des coquilles coniques, un mollusque prédateur qui chasse avec des fléchettes qui libèrent 200 composés toxiques distincts.

Le médicament Ziconotide copie exactement le peptide toxique d’une coquille conique, et n’est pas seulement 1.000 fois plus puissant que la morphine, mais évite également la tolérance et la dépendance que les opioïdes peuvent causer. À ce jour, sur les 700 espèces d’escargots coniques, seules six ont été examinées en détail, et parmi les milliers de composés uniques qu’elles abritent, seules 100 ont été étudiées en détail. Les récifs coralliens et tous leurs occupants sont détruits à un rythme alarmant.

Fournir des composés chimiques n’est pas la seule façon dont la biodiversité est cruciale pour notre santé. Un nombre surprenant d’espèces ont contribué à révolutionner les connaissances médicales. Le poisson zèbre a joué un rôle central dans notre connaissance de la formation des organes, en particulier du cœur. Un ascaris microscopique a permis de comprendre la « mort cellulaire programmée » (apoptose) qui non seulement régule la croissance des organes, mais qui, lorsqu’elle est perturbée, peut provoquer le cancer. Les mouches des fruits et les espèces bactériennes ont été les principaux contributeurs à la recherche qui a cartographié le génome humain.

Il peut y avoir des espèces non découvertes qui, comme les animaux de laboratoire scientifique, possèdent des attributs les rendant particulièrement bien adaptées à l’étude et au traitement des maladies humaines. Si ces espèces sont perdues, leurs secrets seront perdus avec elles.

Qu’est-ce qui cause la perte de biodiversité ?

Le principal facteur à l’origine de la perte de biodiversité est la destruction de l’habitat — sur Terre ; dans les ruisseaux, les rivières et les lacs ; et dans les océans.

À moins que nous ne réduisions considérablement notre utilisation de combustibles fossiles, le changement climatique à lui seul devrait menacer d’extinction environ un quart ou plus de toutes les espèces terrestres d’ici 2050, dépassant même la perte d’habitat comme la plus grande menace pour la vie terrestre.

Les espèces des océans et d’eau douce sont également très menacées par le changement climatique, en particulier celles comme les coraux qui vivent dans des écosystèmes particulièrement sensibles au réchauffement des températures, mais l’ampleur de ce risque n’a pas encore été calculée.

Sensibilisation au VIH/sida au Myanmar.
© UNICEF/Zar Mon

Planète saine, humains sains

Les pertes de biodiversité affectent la santé humaine de nombreuses manières. La perturbation des écosystèmes et la perte de biodiversité ont des impacts majeurs sur l’émergence, la transmission et la propagation de nombreuses maladies infectieuses humaines. Les agents pathogènes de 60% des maladies infectieuses humaines, par exemple le paludisme et le COVID, sont zoonotiques, ce qui signifie qu’ils sont entrés dans notre corps après avoir vécu dans des animaux.

Le virus qui cause le VIH/sida, et qui a tué plus de 40 millions de personnes à ce jour, a probablement franchi la barrière des espèces avec les chimpanzés abattus pour la viande de brousse en Afrique centrale occidentale. Au total, il pourrait y avoir 10.000 virus zoonotiques capables de passer d’une espèce à l’autre qui circulent silencieusement dans la nature aujourd’hui.

Cela rend l’approche One Health - une approche collaborative, multisectorielle et transdisciplinaire qui rassemble diverses agences intergouvernementales, gouvernements et acteurs locaux et régionaux pour aborder ensemble la santé humaine et la santé environnementale - essentielle pour minimiser le risque de propagation future des maladies.

Égoïstement, si le monde naturel est sain, nous le serons aussi.

Assurance vie planétaire

Un défi majeur pour les organisations travaillant à la préservation de la biodiversité est de convaincre les autres - les décideurs politiques et le public en particulier - que les êtres humains et notre santé dépendent fondamentalement des animaux, des plantes et des microbes avec lesquels nous partageons cette petite planète. Nous sommes totalement dépendants des biens et services fournis par le monde naturel et nous n’avons d’autre choix que de le préserver.

Le Forum économique mondial estime que la moitié du PIB mondial (44.000 milliards de dollars) dépend de la nature. À l’échelle mondiale, les revenus annuels de l’industrie pharmaceutique s’élèvent à 1.270 milliards de dollars et chaque année, aux États-Unis, les soins de santé coûtent plus de 4.000 milliards de dollars.

En comparaison, le montant d’argent nécessaire pour combler le déficit de financement pour conserver la biodiversité n’est que de 700 milliards de dollars par an. Pour l’assurance maladie planétaire, ce chiffre n’est pas seulement une aubaine, c’est une nécessité.

L’être humain ne peut exister en dehors de la nature. Protéger les plantes, les animaux et les microbes avec lesquels nous partageons notre petite planète n’est pas volontaire, car ce sont ces organismes qui créent les systèmes de soutien qui rendent possible toute vie sur Terre, y compris la vie humaine.


Cet article est basé sur la brochure "How Our Health Depends on Biodiversity"


Programme mondial de Biodiversité du PNUD

Depuis 2000, le programme mondial de biodiversité du PNUD, financé par le Fonds pour l’environnement mondial et d’autres sources, a réussi à : aider à renforcer plus de 3 000 aires protégées, couvrant plus de 680 millions d’hectares, y compris des aires marines, terrestres, indigènes et communautaires conservées ; et entreprendre des interventions dans les secteurs de production et la planification du développement, couvrant plus de 250 millions d’hectares de paysages terrestres et marins de production.


Article lu 1470 fois



 
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable