CDURABLE
Cdurable
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en action
Climat et Environnement

Le Cap Vert, archipel d’îles dans l’océan atlantique, est en première ligne de la crise climatique

Selon António Guterres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

mardi 24 janvier 2023
Posté par Cyrille Souche

Imprimer

Comment un pays peut-il s’assurer un avenir durable alors que 99,3% de son territoire est constitué d’eau ? A l’occasion de la course de voiliers The Ocean Race, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est venu à Cabo Verde pour examiner certaines des réponses et des solutions innovantes mises en œuvre dans cet archipel de 10 îles situé au milieu de l’Atlantique pour lutter contre la sécheresse ou protéger l’océan, source de survie avec l’économie bleue.



La réponse remonte à 2015, lorsque le gouvernement national a détaillé un plan stratégique visant à donner à l’économie bleue une place centrale dans l’avenir de cette nation insulaire, et à lancer une série d’investissements qui ont été réalisés depuis lors.

« Devenons tous les champions dont l’océan a besoin » - António Guterres
Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, durant son discours inaugural du Sommet de la Ocean Race à Cabo Verde : « la crise que connaît l’océan est une course que nous devons remporter ». « En travaillant ensemble, c’est une course que nous pouvons gagner. Devenons tous les champions dont l’océan a besoin. Mettons fin à la crise que connaît l’océan et préservons ce précieux cadeau bleu pour nos enfants et petits-enfants », a exhorté le chef de l’ONU.
UN Photo/Mark Garten

En contemplant les 11 bateaux participant à l’Ocean Race amarrés dans le port de Mindelo, leurs mâts hauts de 10 étages tranchant le ciel de l’île de São Vicente, M. Guterres a pu observer les résultats les plus visibles de ce pari.

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général a qualifié l’économie bleue « d’opportunité fondamentale pour promouvoir le développement durable dans l’archipel » et a déclaré que l’ONU était impatiente de travailler avec son gouvernement et son peuple pour « traduire cette ambition en réalité ».

Le Premier ministre de Cabo Verde, José Ulisses Correia e Silva, a déclaré que son pays voulait être « mieux connu et compter plus » sur la scène internationale, et l’océan est le secteur où ils veulent faire entendre leurs voix.

« Il est logique de nous positionner dans ce domaine spécifique et de le faire avec pertinence. Il est logique que ce message vienne d’ici », a-t-il déclaré.

Au cours des cinq dernières années, dans le cadre de cet effort, le pays a organisé une « Semaine de l’océan » chaque année.

Antonio Guterres avec le Premier Ministre de Cabo Verde lors de la conférence de presse
UN Photo/Mark Garten

Une menace existentielle

L’engagement de Cabo Verde pourrait ne pas suffire. Comme l’a averti M. Guterres, le pays est « en première ligne d’une crise existentielle » – le changement climatique.

« L’élévation du niveau de la mer et la perte de biodiversité et d’écosystèmes constituent des menaces existentielles pour l’archipel », a-t-il expliqué. « Je suis profondément frustré que les dirigeants mondiaux n’accordent pas à cette urgence de vie ou de mort les mesures et les investissements nécessaires ».

Certaines de ces conséquences peuvent déjà être ressenties dans le port accueillant la course, l’un des meilleurs de toute la côte ouest de l’Afrique, un qualité qui lui a valu d’attirer les marchands et les pirates il y a des siècles et d’accueillir aujourd’hui la plus importante course de voile autour du monde.

Au cours des dernières années, les pêcheurs de Cabo Verde ont noté une baisse des prises de maquereau noir, l’un des poissons les plus appréciés parmi les habitants. En 2022, l’industrie de l’emballage a signalé une diminution des pêches de thon et l’absence de maquereau noir, matière première pour l’industrie.

Selon les résultats préliminaires d’une estimation menée par l’ONU qui devrait être présentée et discutée avec les principales parties prenantes nationales au début de cette année, d’ici 2100, la biomasse des grands poissons pélagiques – ceux qui vivent dans la zone pélagique des eaux océaniques ou lacustres, n’étant ni près du fond ni près du rivage – tels que l’albacora, une espèce de thon, pourrait diminuer de 45%. Dans le bassin sénégalo-mauritanien voisin, la réduction sera encore plus importante.

De tels changements peuvent avoir un impact profond sur l’économie des îles. En 2018, le secteur de la pêche a fourni des emplois à 6.283 personnes et a été la base du régime alimentaire des 588.000 habitants. Ces produits représentaient également près de 80% des exportations du pays.

« Le changement climatique est une menace évidente pour l’avenir de la pêche, mais aussi pour toute la biodiversité »

« Le fait est qu’il existe un lien très clair entre l’industrie de la pêche et la protection du climat. L’expérience a montré que lorsque vous protégez une certaine région, cela a un effet multiplicateur dans d’autres domaines, et tout le monde en profite  », a ajouté le Secrétaire général.

Le Secrétaire général participe à un débat avec le Premier Ministre de Cabo Verde, José Ulisses Correia e Silva
UN Photo/Mark Garten

Organiser la défense contre les défis climatique

Les deux hommes étaient assis devant une annexe du Centre national, sa façade décorée de cercles métalliques provenant de couvercles de barils de pétrole peints de couleurs vives.

L’installation proclame l’engagement du pays en faveur de la durabilité, mais représente aussi un clin d’œil à sa grande diaspora de plus d’un million de personnes. Ces barils sont souvent utilisés par les migrants pour envoyer des cadeaux à leurs familles depuis l’étranger.

« Les défis climatiques deviennent plus forts et plus fréquents, mais nous avons toujours fait face à des difficultés et avons toujours trouvé un moyen de les surmonter », a déclaré le Premier ministre.

Selon M. Correia e Silva, la perte d’espèces marines peut affecter Cabo Verde d’une autre manière.

L’archipel est considéré comme l’un des 10 principaux points chauds de la biodiversité marine au monde et, depuis des décennies, les 24 espèces de baleines et de dauphins enregistrées dans ces eaux – près de 30% de toutes les espèces de cétacés – attirent de nombreux visiteurs qui érigent le tourisme en pilier de l’économie du pays.

Durant la seule année 2022, après plusieurs années dominées par la pandémie de Covid-19, les îles ont reçu près de 700.000 touristes, élevant la contribution du secteur à environ 25% de son PIB.

Un combat contre la sécheresse

Le Secrétaire général devant des produits d’agriculture résiliente à Cabo Verde
UN Photo/Mark Garten

Après cinq années de sécheresse intense, plusieurs projets de développement soutenus par les Nations Unies contribuent à transformer l’agriculture locale à Santo Antão, une île située à l’extrême ouest de Cabo Verde.

Pendant des heures, la voiture d’António Guterres a parcouru une route sinueuse bordée d’un paysage aride, mais après un dernier virage, et à quelques centaines de mètres au sommet d’une colline, la vue de sa fenêtre éclate en mille nuances de vert, devant une succession de petites terrasses retenues par des murs de pierre, toutes emplies de bananiers, de palmiers et de canne à sucre, bordées au loin par de scintillants ruisseaux argentés.

La luxuriante vallée de Paúl se trouve sur l’île montagneuse de Santo Antão, à l’extrême ouest de Cabo Verde, et constitue une oasis dans un archipel où seulement 10% des terres sont arables. Sur cette zone déjà réduite, près de 18% ont été perdues entre 2000 et 2020.

Lors de sa visite de ces terrasses, le deuxième jour de sa visite dans le pays, António Guterres a été accueilli par un groupe d’agriculteurs. Présente parmi eux, une experte de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Katya Neves, a expliqué qu’ils se trouvaient au cœur d’un jardin expérimental, où des hommes et des femmes expérimentent de nouvelles variétés de plantes et s’initient à des techniques durables.

Santo Artao, l’une des iles les plus luxuriantes et montagneuses de l’archipel de Cabo Verde
UN News/Mark Garten

« Muitos Parabéns », « toutes mes félicitations », s’est exclamé le Secrétaire général en portugais, en montrant une table colorée débordant de grains de café, de choux, de tomates, d’ignames, de manioc et d’autres produits. Cette abondante récolte représente une rareté dans un pays qui doit d’importer 80% de la nourriture dont a besoin sa population.

Le chef de l’ONU a été informé que certaines des plantes qui poussent dans le jardin sont un nouveau type de manioc, dont les experts espèrent qu’il sera plus résistant à la sécheresse qui a affecté le pays au cours des cinq dernières années. Il a également été informé sur la façon dont les agriculteurs ont appris de nouvelles techniques d’irrigation ou de fertilisation de leurs terres.

L’initiative bénéficie à environ 285 agriculteurs et participe d’un grand nombre de projets menés par des agences des Nations Unies et d’autres partenaires qui espèrent transformer l’agriculture dans le pays pour nourrir plus de personnes et être plus durable pour la planète dans son ensemble.

Gérer l’eau en période de sécheresse

« Gota a gota » est l’une des initiatives, et elle a rendu l’irrigation au goutte à goutte plus accessible à des centaines d’agriculteurs. « Seuls 3.000 hectares répartis sur les 10 îles sont irrigués, mais des études montrent que ce nombre pourrait atteindre 5.000 », a expliqué Mme Neves, Représentante assistante auprès de la FAO.

Angela Silva, qui vit à proximité, a également rencontré le Secrétaire général. Elle est l’une des bénéficiaires qui espèrent commencer bientôt à installer le système de goutte à goutte.

« Je suis né dans une famille d’agriculteurs, mes parents, mes grands-parents, mes arrière-grands-parents. Mais jusqu’à ce que je sois séparée de mon mari, il s’occupait de la terre », a-t-elle expliqué.

Angela Silva, une enseignante qui, pour cultiver sa terre, a profité des formations offertes par les agences de l’ONU
UN Photo/Mark Garten

Il y a deux ans, l’enseignante a décidé de commencer à travailler les parcelles de terre dont elle avait hérité.

« J’apprends encore, mais je veux en apprendre davantage et être capable de transformer cet endroit en source de revenus », a-t-elle déclaré. « Mon rêve est de le transformer en une forêt de nourriture, qui peut être appréciée par mes enfants et petits-enfants ».

Ses terres ont été principalement utilisée pour la production de canne à sucre, une culture qui n’est pas très rentable ou durable. Elle a donc commencé à la remplacer par des bananiers et des papayers et une variété d’autres légumes. C’est l’une des leçons qu’elle a apprises lors d’un cours de formation prodigué avec l’aide de l’ONU.

L’ONU aide au projets d’irrigation au goutte à goutte, comme ici dans cette zone désertique proche de Porto Novo
UN Photo/Mark Garten

Avec le nouveau système d’irrigation, elle espère éviter certaines des pires conséquences de la sécheresse et faire un meilleur usage de l’eau au cours d’une année moyenne. Des études montrent que, même lorsqu’il pleut au Cabo Verde, environ 20% de l’eau est perdue par le ruissellement de surface, 13% s’infiltrent dans la terre et 67% s’évaporent.

C’est l’un des défis que rencontre Dairson da Cruz Duarte, le jeune agriculteur local qui a surpris le Secrétaire général en lui apportant un café. António Guterres ignorait que l’île en produisait.

Pointant du doigt le fond de la vallée, près d’un ruisseau bordé d’ignames, le fermier a expliqué que les haricots sont cultivés tout en haut à Santa Isabel, une localité au sommet de la plus haute montagne des lieux, dont les flancs déchiquetés unissent le vert de la terre au bleu du ciel.

Ce village de 100 personnes n’est accessible qu’à pied, et toute l’agriculture locale dépend des eaux de pluie ce qui a rendu les cinq dernières années de sécheresse particulièrement difficiles pour la population.

Lorsque les pluies ont cessé, les jeunes ont été les premiers à partir.

« Je ne sais pas si 10 jeunes y vivent encore en ce moment », a expliqué M. Cruz Duarte. «  Les autres sont tous partis ailleurs, à cause du manque d’emplois, de la pluie, de la sécheresse. Parfois, même si vous avez du bétail, vous n’avez pas assez de fourrage pour les nourrir. Il n’y a pas d’autre moyen de subsistance, alors ils sont partis à la recherche d’une vie meilleure ».

Amilcar Veracruz, un agriculteur local espère vendre ses produits à l’aide des infrastructures soutenues par l’ONU
UN Photo/Mark Garten

Pic d’insécurité alimentaire

Après des années de sécheresse incessante, la production s’est avérée nulle pour la saison agricole 2021-2022. À ce moment-là, le changement climatique, la pandémie de COVID-19 et les retombées socio-économiques de la guerre en Ukraine se sont combinés pour créer un désastre pour les petits États insulaires en développement (PEID), et le gouvernement de Cabo Verde a été contraint de prendre la décision difficile de déclarer un état d’urgence social et économique en juin de l’année dernière.

Jusqu’à très récemment, l’archipel, qui se trouve dans l’océan Atlantique au large des côtes de l’Afrique de l’Ouest, aurait pu être considéré comme un champion des efforts de réduction de la pauvreté parmi les pays subsahariens. Les estimations de la Banque mondiale montrent que les taux de pauvreté ont diminué de six points entre 2015 et 2019, passant de 41% à 35%.

Mais en juin dernier, le nombre de personnes touchées par l’insécurité alimentaire était sur le point d’augmenter, selon les données du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies. Plus de 46.000 femmes, hommes et enfants – près de 10 pour cent de la population totale du Cap-Vert – ont été confrontés à une grave détérioration de leur sécurité alimentaire entre juin et août.

Cette situation représente une menace pour les gains de développement durement acquis par le pays ces dernières années. Cabo Verde s’est engagé à éliminer l’extrême pauvreté en 2026 et, samedi, le Premier ministre du pays a assuré le Secrétaire général que le pays maintient cet objectif. Mais, a-t-il admis, les dernières années ont rendu les conditions beaucoup plus difficiles.

Un projet d’agriculture résiliente en terrasse à Santo Antao
UN Photo/Mark Garten

Faisant écho à ce sentiment, le Secrétaire général a déclaré lors du même événement : « Je sais que pour Cabo Verde – tout comme pour les autres petits États insulaires en développement – qui représentent une priorité dans le partenariat et l’action des Nations Unies – fait face à des défis majeurs, tels que les conséquences de la pandémie et, surtout, l’augmentation du coût de la vie, qui a toujours un impact dévastateur sur la population ».

Le chef de l’ONU a ajouté que « l’élévation du niveau de la mer et la perte de biodiversité et d’écosystèmes constituent des menaces existentielles pour cet archipel, comme pour beaucoup d’autres archipels ».

Katya Neves, l’experte de la FAO, a déclaré à ONU Info que la crise de l’année dernière donné une nouvelle urgence aux efforts de l’ONU et de ses agences. « Nous pouvons atteindre ces objectifs, en améliorant la façon dont nous faisons de l’agriculture ».

De retour dans la vallée, M. Cruz Duarte n’abandonne pas non plus. Même après avoir vu la plupart de ses amis quitter sa petite ville, il a pris la décision inverse. Après avoir passé des années dans une île voisine, São Vicente, le fermier est retourné travailler la terre de ses ancêtres. « L’agriculture est ma vocation », dit-il.

Il a deux enfants, qui ont dû rester sur l’autre île, parce que la localité éloignée a fermé son école quelques années, mais il a été en mesure de subvenir à leurs besoins depuis lors. Il est fier d’énumérer tous les produits qu’il cultive – patates douces, haricots, citrouilles, le café qu’il vend dans d’autres îles à un prix élevé – et comment elles changent avec les saisons. « Je sais maintenant comment faire. Je peux continuer », dit-il.

Ce n’est pas une tâche facile dans ces îles. Mais même après une récolte réussie, il reste encore un long chemin à parcourir.

Justice pour Cabo Verde

Cabo Verde a commencé à lutter contre ces changements.

Le Secrétaire général a déclaré que le pays « a fait preuve de leadership climatique en paroles et en actions » et a souligné les « efforts pour convertir la dette en projets climatiques, y compris dans l’économie bleue ».

Jusqu’à 20% de la production d’énergie de Cabo Verde provient désormais de sources renouvelables – l’’un des taux les plus élevés d’Afrique subsaharienne – et l’objectif est d’augmenter l’utilisation des énergies renouvelables de 50% d’ici 2030.

Le Premier ministre a déclaré que son pays devait « concilier les besoins de l’économie, de l’environnement, des communautés » car il a besoin de « ces ressources qui produisent de la richesse pour le pays ».

M. Correia e Silva a cité un exemple de réponses possibles. Dans la communauté de São Pedro, sur l’île de São Vicente, une partie de la population est passée ces dernières années de la pêche à l’offre d’un service local offrant aux touristes la possibilité de nager en toute sécurité avec les tortues.

Il a ensuite mis en avant une série d’initiatives visant à lutter contre la pollution par les plastiques et à promouvoir l’économie circulaire. Il a également rappelé que le pays avait approuvé une nouvelle loi « exigeante » régissant la pêche et travaillait à étendre de six à 30% la taille de la zone protégée. « Nous voulons aller plus loin, mais nous avons besoin de ressources pour le faire », a-t-il déclaré.

« Nous demandons justice pour ceux qui, comme Cabo Verde, ont peu contribué à provoquer cette crise, mais qui paient un lourd tribut », a convenu le Secrétaire général.




Voir en ligne : Source : ONU infos

Article lu 349 fois



 
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable