CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en action
COMMUNIQUE | Association Energie Environnement

Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones

Une énergie propre et inépuisable pour l’ensemble des hommes

lundi 8 octobre 2007
Posté par MAUGIS

Imprimer Enregistrer au format PDF

Si la Commission Européenne s’intéresse à ce projet hors norme, c’est que nous tenons enfin l’arme absolue contre l’énergie chère, le réchauffement climatique, la désertification, la misère des pays pauvres, ... Nous n’avons jamais été aussi prés de la réalisation d’un vieux rêve, alimenter de manière équitable l’ensemble des hommes avec une énergie propre et inépuisable : l’hydrogène.



COMMUNIQUE de Novembre 2006 – actualisé en Septembre 2007

La vérité sur les tours solaires

Les énergies renouvelables sont-elles, oui ou non, en mesure de remplacer le charbon, le pétrole, l’énergie nucléaire ?
Les tours solaires de type « vortex » (rotational flow wirling system) sont à l’heure actuelle les seules unités de production d’énergie comparables, en terme de puissance, aux centrales électriques modernes.
Toute la question est de savoir si ces tours solaires peuvent atteindre les performances annoncées. Si tel était le cas, l’espèce humaine pourrait, sans pénaliser son avenir, abandonner les techniques classiques polluantes et chères. Ce que l’on appelle aujourd’hui les centrales aérothermiques ou tour à vortex, (Atmospheric Vortex Engine), dont le principe repose sur la domestication des tourbillons ascensionnels ou mini tornade, doivent être distinguées des simples cheminées solaires (single flow upwind system) dont on a beaucoup parlé (projet de tour australienne de 1000 m en particulier), mais dont le rendement est beaucoup plus faible, et la rentabilité, douteuse. (Voir conclusions du rapport de l’Université de Stuttgart sur les essais de la cheminée solaire de Manzanares).

Energie Environnement fait le point sur cette question et dévoile certaines informations inédites.

 LA CENTRALE SOLAIRE AEROTHERMIQUE

Le seul projet "énergie douce" à la dimension des besoins de la planète.

Indépendamment l’un de l’autre, deux chercheurs sont arrivés à la même conclusion :

- Il s’agit tout d’abord du professeur français Edgard NAZARE, ingénieur aéronautique, spécialisé en mécanique des fluides, co-fondateur du Bureau de Recherche Aéronautique d’Alger, devenu, après la deuxième guerre mondiale l’ONERA. Ayant longuement travaillé au Sahara, il eut la possibilité d’observer de nombreux tourbillons de sable (dust devil). Ce sont ces observations mesurées scientifiquement, qui sont à l’origine du projet de construction d’une centrale aérothermique. [1] Après avoir fait plusieurs autres découvertes scientifiques d’importance, Edgard NAZARE est mort à Paris dans la misère le 13 septembre 1998, sans avoir pu construire la tour de 300 m qui lui tenait tant à cœur.

- Il s’agit ensuite de l’ingénieur canadien Louis Marc MICHAUD (Process control engineer) qui publia ses premiers travaux dans le bulletin de la Société Américaine de Météorologie en 1975. A l’époque, son projet était appelé : VORTEX POWER STATION. Le système d’amorçage du phénomène météorologique est un peu différent du projet Nazare puisque sa tour est cylindrique, moins haute que la tour Nazare qui, elle, adopte le profil caractéristique d’une tuyère de Laval. Autre différence essentielle : Nazare pense amorcer le phénomène tourbillonnaire grâce au simple effet de cheminée (tirage naturel), alors que Michaud propose l’utilisation de brûleurs pour amorcer le phénomène. [2]
- Site : http://vortexengine.ca

 DESCRIPTION SOMMAIRE DES DEUX PROJETS

La centrale aérothermique expérimentale en forme de venturi que souhaitait construire Nazare a une hauteur et un diamètre de base de 300 m, un diamètre au col du venturi de 30 m et, pour une différence de température (delta t) de 30 °C entre les couches hautes et basses de l’atmosphère, une puissance électrique de 200 MW (mégawatts) environ.


La centrale A.V.E. de Michaud est une tour cylindrique d’une hauteur de 100 m pour un diamètre de 400 m. Le tourbillon atmosphérique généré par cette tour aurait un diamètre de 50 m à la base et une hauteur pouvant atteindre plus de 15000m. Comme pour la tour Nazare, la puissance électrique annoncée de cette centrale est de l’ordre de 200 MW.

On est frappé par le parallélisme et les similitudes de ces deux projets. Compte tenu de l’acuité des problèmes énergétiques de notre planète, on comprend mal pourquoi, plus de 40 ans après la publication des premiers brevets, aucune étude sérieuse de faisabilité n’a été engagée. En privilégiant le pétrole puis le nucléaire, n’aurions-nous pas joué les mauvaises cartes ?

 LES AUTRES PROJETS DE CHEMINEE SOLAIRE

Installation expérimentale de Manzanares en Espagne, projets Russe, Australien, etc.

À ce jour, la seule réalisation connue de cheminée solaire est celle de Manzanares en Espagne. Cette tour expérimentale construite en 1982 par le bureau d’étude allemand Schlaich Bergermann & Partners est composée d’une cheminée cylindrique de 194 m de haut, de 10 m de diamètre, au centre d’un collecteur solaire circulaire de 250 m de diamètre (6000 m2 de vitrages à 2 m au-dessus du sol) et permettant de chauffer l’air.

Cliché du site http://www.enviromission.com.au/project/prototype.htm

Sa puissance est de 50 KW.
Selon les sites www.ergo.boom.ru et www.renewableenergyaccess.com/
il semble par ailleurs exister un projet Russe de générateur de cyclone artificiel (Air Thermal Power Plant) très largement inspiré du projet Nazare. [3]
Ce projet Russe distingue la cheminée solaire (single flow upwind system) de la tour à vortex (rotational flow whirling system) et confirme que ce dernier procédé augmente considérablement l’efficacité de la tour solaire.

S’il est effectivement possible de générer artificiellement une mini tornade et de la maîtriser (tour à vortex), les projets de simple cheminée solaire, beaucoup moins performants, seront certainement abandonnés. La simple cheminée solaire n’exploite que l’effet de cheminée (ascendance verticale de l’air chaud) alors que la tour à vortex exploite un phénomène naturel beaucoup plus puissant qu’est l’ascendance tourbillonnaire.

Pour résumer, on peur dire que la hauteur de la cheminée virtuelle (tourbillon atmosphérique pouvant atteindre l’altitude de 20.000 m), est sans commune mesure avec une construction humaine. Or, plus la hauteur de la "cheminée" est élevée, plus le "tirage" (donc le rendement) est important. Pour atteindre une puissance du flux d’air de 200 MW, il faudrait disposer d’une cheminée solaire traditionnelle de 1000m de hauteur, alors que la même puissance est obtenue par une tour à vortex de 300 m seulement. Il faut en outre rappeler que cette puissance de 200 MW est considérée comme la possibilité maximale de la tour australienne de 1000 m alors que, pour sa tour de 300 m Nazare annonçait une puissance de plus de 600 MW si la différence de température entre les couches hautes et basses de l’atmosphère (delta t) atteint 50 °C. [4]. La puissance des centrales nucléaires varie de 900 à 1450 MW. La puissance des phénomènes atmosphériques tourbillonnaires spontanés (trombes, tornades, cyclones, etc.), est en général bien supérieure. Des températures de 50 °C au sol sont fréquentes sous les tropiques et, même sous ces latitudes, la température de l’air en haute altitude est très largement inférieure à 0 °C. [5]

 LE PROJET FRANÇAIS DE CENTRALE AEROTHERMIQUE

Il s’agit du programme développé par la société Française SUMATEL [6]. Cette dernière avait été contactée par le professeur Nazare qui avait pu, avant son décès en 1998, en tracer les grandes lignes. Après les essais très prometteurs qui débutèrent en Savoie en 1997 sur une maquette de 6 mètres de hauteur (voir photo ci-contre), une nouvelle série d’essais sur une tour de 150 m, est prévue dans le désert Espagnol de Tabernas, dans le cadre du 7ème Plan Européen de Recherche Développement.

Ces nouveaux essais permettront en particulier d’affiner les prévisions des ingénieurs. En effet, selon les dernières études de SUMATEL, la puissance électrique d’une tour à vortex de 300 m de hauteur ne serait que de 180 à 310 MW alors que, dans les mêmes conditions (delta t compris entre 30 et 50°C) le professeur Nazare prévoyait une puissance de 200 à 600 MW. Mais, même dans l’hypothèse basse, le projet paraît intéressant, aussi bien sur le plan économique, possibilité de fabriquer de l’hydrogène à bas prix dans tous les pays tropicaux, que sur le plan écologique, énergie particulièrement propre et possibilité de provoquer la pluie dans les zones arides. On peut également penser que, comme les cyclones tropicaux, mais à plus petite échelle, la multiplication dans le Monde de ce type de centrales et le remplacement progressif des centrales polluantes auraient un effet régulateur du climat dû au brassage de l’air et permettrait de lutter contre le réchauffement climatique de la planète.

De nombreuses autres applications de ce nouveau concept sont probables : dépollution atmosphérique des mégapoles, lutte contre le brouillard sur les aérodromes, dessalement de l’eau de mer, production d’eau douce, etc. La tour à vortex atmosphérique pourrait en outre devenir un bel outil de développement pour les pays du Sud.

François MAUGIS ingénieur conseil
http://assee.free.fr/


Pour toute information complémentaire, contacter : François MAUGIS - Energie Environnement - 7 route de Fontaine
60300 MONTLOGNON (France) - Tel : 0627126914


[1Voir brevets français : N° 1439849 - P.V. 983953 demandé le 3 août 1964 à Paris (Générateur de cyclones artificiels) et la demande de brevet N° 8205544 - N° de publication : 2524530 (procédé pour la construction de tours de centrales aérothermiques) déposée le 31 mars 1982.

[2Un brevet pour cette centrale AVE (Atmospheric Vortex Engine) sera déposé aux USA le 17 juin 2004 sous le numéro 2004/0112055 A1. Les coordonnées de ce chercheur sont les suivantes :
Louis Marc MICHAUD – 1269 Andrew Court – SARNIA – Ontario – N7V 4H4 – Canada – Tel. : (519) 542 4464

[3Plusieurs certificats d’invention auraient été délivrés en URSS au nom de : George Mamulashvili
- N° 1319654 le 8 octobre 1985 (ATP “Trailing Solar Chimney”,Patent SU,Georgia)
- N° 1526335 le 25 mars 1988
- N° 1641962 le 27 janvier 1991.

[4Pour une tour de 600 m Nazare annonçait même 1400 MW pour un delta t de 30°C et 3900 MW pour un delta t de 50 °C

[5Dans chaque pays du Monde, ces données concernant température, pression et humidité de l’air sont collectées et diffusées pour la météo et la circulation aérienne dans différents documents comme les émagrammes et les adiabatiques.

[6Société SUMATEL, allée les Perce-neiges 73540 LA BATHIE (France)
Tel : 0479310320


Voir en ligne : Pour en savoir plus

Article lu 25292 fois



forum

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    30 avril 2013, par Daniela de Montmartre

    Le principal obstacle à son développement se trouve dans son énoncé.

    Notre système ne sait plus s’enrichir qu’en fabricant non des richesses, mais seulement de la pauvreté autour de lui.
    Le partage étant devenu un vilain mot, et le pillage, l’outil indispensable à toute réussite capitaliste.
    Nos démocraties donneuses de leçons, ne survivant qu’en exploitant les pays les plus pauvres après y avoir installé des dictatures à leur botte.

    Pourquoi dans ce cas vouloir faire mine de les aider, en leur présentant un outil si simple, qu’il permettrait aux pays sous-développés, de pouvoir rapidement régler les dettes auxquelles ils sont enchaînés, grâce à l’exportation d’une énergie totalement gratuite à produire et sans aucun dangers pour l’environnement, et ainsi réserver leurs plus précieuses ressources à leur seul développement.

    Or, comme nous vivons actuellement en l’ère oligarchique dite de la dictature du marché, grâce au piège alléchant de la mondialisation des échanges commerciaux, permettant le pillage en règle de la planète toute entière, sans aucune retombée positive sur l’immense majorité de ses habitants, humains y compris, la simple suggestion d’une solution alternative au modèle dominant, sonne comme un acte subversif de rébellion, voir même de piraterie, ayant vite fait de vous cataloguer Terroriste aux yeux des financiers tenant les réels rênes du pouvoir.

    Du coup, peut-être faudra-t-il attendre l’inévitable effondrement de se système aussi inique que bancale pour voir enfin resurgir les plus belles idées, les projets les plus progressistes et généreux, au lieu de semer aux quatre vents, les graines de l’injustice et de la colère ?

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    27 avril 2012, par Charlotte Cordais

    et son système antipollution diesel, toujours rien ?

    Obtenir L’hydrogène demande beaucoup d’énergie ?

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    24 juin 2011

    Attention !
    Rien ne dit que ces projets soit écologique on ignore les conséquences à long terme de ces centrales.
    Je me permets d’apporter une précision la géothermie n’est pas forcément une énergie renouvelable, par exemple dans le cas de la réalisation d’un puit refroidi la terre autour de celui-ci bien plus vite que celle ci n’emmagasine de la chaleur si bien qu’au bout d’un certain temps il perd en productivité et il faut en percer un nouveau, il a fallu des millénaires pour que cette chaleur s’emmagasine et la libérer pour nos besoins revient à stériliser le sol autour du forage...
    Donc attention aux solutions miracles qui à moyen / long terme pourraient êtres plus désastreuses que celles existantes...

    • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
      25 juin 2011, par MAUGIS

      Tout a fait d’accord avec vous en ce qui concerne la géothermie (technique du doublet pour exploiter les calories des nappes souterraines profondes). C’est d’ailleurs mon père Pierre MAUGIS, l’inventeur de cette technique. Il n’y a pas de risque de refroidir la surface du sol, mais uniquement la zone profonde d’où est extraite l’eau chaude (en général salée à ces profondeurs). Par contre, pour la tour à vortex, on sait vraiment trop peu de chose pour se prononcer sur son impact écologique, et savoir si le bilan global de cette technique (s’il elle fonctionne) sera positif ou négatif pour la planète.
      Le seul point sur lequel je souhaite (avec mon association ENERGIE ENVIRONNEMENT) me battre, c’est l’intérêt de construire un ou deux dispositifs expérimentaux (en vrai grandeur) pour effectuer les diverses mesures qui permettront de valider ou pas cette technologie. De toute manière, nous connaissons très mal certains comportements de l’atmosphère et ces tours expérimentales devraient être très utiles à nos amis de la météorologie pour approfondir leurs connaissance des ascendances tourbillonnaires et autres "dust devil".
      Il n’est d’ailleurs pas exclu, que, même si ces tours ne sont pas intéressantes pour produire de l’énergie, elles pourraient être utiles pour d’autres applications (dépollution des villes, refroidissement, production d’eau douce, déclencheur de pluie dans les régions sèches, etc.)

      François MAUGIS

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    27 septembre 2010, par JEAN PIERGENTILI

    Nous sommes convincu des etudes faites par Edgard Nazare ,la folie du petrole,et du nucleaire etant a leurs fins,alors que notre planete a besoin de RESPIRER,sinon arriverons nous a une catastrophe finale.
    Nous vous remercions pour cette excellente diffusion de l´application de L´EUVRE de ce cher professeur NAZARE
    l´europe doit s´unir pour fabriquer cette de vortex de NAZARE....
    SAUVERA NOTRE PLANETE....MERCI....

    • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
      10 mars 2011, par charles

      enfin en voila une idee q’elle et bonne

      • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
        11 mars 2011

        Bonjour,

        Ce projet de centrale aérothermique a sans doute trop tardé à sortir des cartons, mais si l’on en juge par l’agitation médiatique que suscite d’autre projets, beaucoup moins sérieux et beaucoup plus pharaoniques (projet ENVIROMISSION par exemple), on peut garder espoir. Autre élément positif, l’ingénieur canadien Louis Marc MICHAUD qui ne connaissait pas le projet Nazare, a, de son côté développé un projet très proche de tour à vortex. (Voir : http://vortexengine.ca/index.shtml ou : http://vortexengine.ca/misc/Thermo_Pres_Short.pdf
        ).
        Avec Monsieur Daniel GROS de la Sté SUMATEL, nous continuons à travailler pour que ce superbe projet sorte de l’ombre. Nous remercions à l’avance tous ceux qui peuvent nous aider à transmettre, diffuser et multiplier l’information à ce sujet. Je me tiens personnellement à disposition de ceux qui souhaitent en savoir plus, mais mes coordonnées ont changé. On peut désormais me joindre 45 bis Chemin des Pruniers - F 97490 Ste CLOTILDE - Tel : 0692 12 19 77 - Mail : energie.environnement@wanadoo.fr

        François MAUGIS
        http://assee.free.fr

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    14 juillet 2010, par Garfy

    pauvre Edgard - on en est toujours au même point - Tour à vortex - système anti-pollution diesel !!!!

  • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
    25 septembre 2008

    C’est intéressant de voir que des moyens sont mis en oeuvre pour utiliser l’énergie solaire cela est encouragant pour l’avenir de notre planète

    • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
      27 août 2011, par Michel SASSIAT

      Bonjour

      Ce qui est énervant c’est le silence autour de cette invention que je suis depuis ses balbutiements ( eh oui..suis pas de l’année..)
      Encore dernièrement sur une radio nationale connue il y avait un débat sur les énergies renouvelables, et à part le photovoltaïque et l’éolien...rien...
      Cela gène qui d’en parler ?

      Michel

      • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
        7 septembre 2013, par François Martzel

        Certes , il convient de préciser la rugosité du caractère d’Edgard Nazare qui a pu décourager nombre de gens qui auraient pu l’aider à réaliser ce projet , mais ne nous voilons pas la face , Nazare , chercheur indépendant dérange la nomenklatura des cloportes comme les nomme Pierre Lance dans ses excellents livres "Savants Maudits Chercheurs Exclus".Il dérange les intérêts de tous ces gens pour qui le profit est un dieu .Quoi ? Aller fournir de l’énergie quasi gratuite ( L’amortissement du coût de fabrication et de maintenance d’une tour à vortex est assurément rapide avec la production de 200 à 300 MW ! )à tous ces peuples que l’on ne pourrait plus maintenir en quasi esclavage et qui n’ont pour seule richesse que le soleil , je pense au Sahel notamment,
        Vous n’y pensez pas ! Et que deviennent alors les profits de ces pillards ???? Mais ne nous y trompons pas , il est inexorable que des solutions comme celle de Nazare voient le jour car nous sommes bel et bien confrontés à la survie de l’humanité sur la terre .Il en va de même pour toutes les découvertes passées sous silence ou bloquées par cette nomenklatura sclérosée : elles deviendront évidentes au fur et à mesure de l’avancée de la destruction planétaire .
        Merci Mr Nazare et bien d’autres .Je me souviens de l’émission de Michel Polac en 1985 ( Droit de réponse )et de la sérénité avec laquelle il répondit et exposa son sujet. Je me suis dit à l’époque que ça y était , il avait atteint le grand public , donc on allait enfin voir se concrétiser ses projets car dans ma naïveté je pensais qu’un tel retentissement médiatique allait le propulser au devant de la scène ... Mais ... Rien ! De même pour son brevet de moteur diesel propre , de mémoires électrostatiques pour les ordinateurs , de l’Hélitor (Pillé par les canadiens) de son projet de centrale au thorium et j’en passe !
        Polac concluait son émission ainsi : "On est en droit de se dire que la France est passée à côté d’un homme de génie !"
        L’avenir nous révèlera sans aucun doute qu’il avait raison.

        • Tour solaire à vortex : maitriser la puissance des cyclones
          26 mai 2015, par ThierryH

          Blabla, toujours la même rengaine quand un chercheur n’a pas les fonds pour produire une idée.
          Il faudrait arrêter le couplet complotiste toutes les deux minutes pour se rendre à l’évidence : le monde "CHERCHE" depuis des lustres à se passer des énergies fossiles ! Vous palabrez sur le besoin de "garder en esclavage" les populations, mais vous avez réfléchis à qui possède ces ressources ? Entre le gaz russe et le pétrole des pays du golfes, des pays comme les US aimerait grandement arrêter de "dépendre" des approvisionnements de ces pays (et parallèlement, arrêter d’intervenir partout pour protéger leur approvisionnement). C’est aussi simple que ça ! C’est pour ça qu’une palanqué de chercheur continue à faire des recherches sur l’économie hydrogène, le solaire, et toute énergie à même de remplacer leur "gloutonnerie" energétique - et que le gouvernement l’encourage (http://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Hydrogen_Policy) !

          Et vous pensez que si un chercheur avait trouvé la solution "ultime", ces pays préfereraient s’en passer et continuer de dépendre d’intérêt étranger ? Puéril et naïf mon cher...visiblement, l’age ne vous réussit pas !

          Lorsqu’un tel projet est montré, soyez sur que d’autres équipes se penchent sur le projet (l’expertise fait aussi partie de la puissance industrielle d’une nation). Lorsque ce genre de projet n’aboutit pas, il y a différentes raison : trop chère, les autres équipes ne retrouve pas les même résultat, les technologies ne sont pas encore au point (cas de la fusion par exemple)....bref, tout sauf un complot.


Par : MAUGIS

 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 10384958

46 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable