CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en débat
ATTAC pointe les méprises de l’économie verte et prône la transition écologique

Rio+20 : du développement durable à l’économie verte, quels enjeux ? Quelle alternative ?

vendredi 25 mai 2012
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Du 20 au 22 juin, Rio de Janeiro (Brésil) accueillera une nouvelle Conférence des Nations-Unies pour un Développement Durable (CNUDD), vingt ans après le Sommet de la Terre de 1992, déjà à Rio. Sujet principal : l’économie verte. "Elle est en passe d’être promue par les institutions internationales comme la solution aux multiples crises actuelles, comme le fut le développement durable en son temps" estime ATTAC.



Que signifie passer du développement durable à l’économie verte ? Que se cache-t-il derrière ce nouveau concept d’économie verte : la croissance verte ? le capitalisme vert ? autre chose ? Quel bilan faut-il tirer de ces ving dernières années alors que la dégradation écologique s’est accélérée, les inégalités se sont creusées et que les démocraties sont mises à mal ? Quelles perspectives ? Quelles alternatives pour une économie du bien vivre dans un monde soutenable ? Autant d’enjeux que la vidéo suivante réalisée par ATTAC (16 minutes – sous-titrée en français) aborde à partir d’interviews de chercheurs et militants engagés, réalisées ces derniers mois :

Comme vous l’aurez compris en regardant cette vidéo, ATTAC considère l’économie verte comme un leurre de la finance. Dans une tribune publiée le 24 mai, intitulée "Croissance et climat : la schizophrénie politique", ATTAC explique son positionnement en commençant par un constat : "C’est dans l’indifférence quasi générale que les négociations internationales sur le climat ont repris à Bonn, cinq mois après la conférence de Durban qui avait fini par entériner le fiasco de Copenhague. En effet, loin d’avoir sauvé le protocole de Kyoto, Durban l’avait vidé encore un peu plus de sa substance, renvoyant à la prochaine conférence, au Qatar (26 novembre -7 décembre 2012) la définition du contenu d’une nouvelle feuille de route. Dans le même temps, les financements promis par les pays du Nord ne sont toujours pas là et le réchauffement global s’accélère. Et le G8, dans sa bulle, parle croissance mondiale au nom du monde entier."

"Entamées suite à la conférence de Rio de 1992, les négociations internationales sur le climat sont dans l’impasse. Il y a tout juste deux ans se tenait le sommet de « la dernière chance » à Copenhague" rappelle ATTAC. "Depuis, un nouveau record d’émissions de gaz à effets de serre est battu quasiment chaque année : + 6 % en 2010. Les niveaux d’émissions sont aujourd’hui plus hauts que le pire des scénarios publiés par les scientifiques il y a à peine 5 ans. Nous allons vers plus de 4°C de réchauffement climatique global et la consommation d’énergie carbonée s’accroît. Les conséquences à travers le monde sont désastreuses : sécheresses en Australie et en Afrique, inondations au Pakistan et en Thaïlande, feux de forêts en Russie, montée des eaux qui menacent les îles du Pacifique, changement des saisons des pluies dans les Andes ou en Asie du Sud-Est, etc. En Europe, la dépendance aux énergies fossiles et aux matières non renouvelables s’accroît. Elle alourdit la dette extérieure et menace envore un peu plus la stabilité de la zone euro".

"A Bonn, puis au Qatar, il sera seulement question de trouver un accord sur la façon de négocier lors des trois prochaines années, le négociateur américain considérant que nous sommes dans une « phase conceptuelle » (sic). Déjà vidé de sa substance depuis Copenhague, le principe de responsabilités communes mais différenciées, qui devait guider les négociations en intégrant un critère de justice, est aujourd’hui purement et simplement abandonné par les pays du Nord dans le cadre des négociations préalables à la conférence internationale de Rio+20 (20-22 juin)" estime ATTAC. "Ces derniers s’opposent en effet à ce que la déclaration finale comporte tout langage prescriptif, toute référence à des principes qui pourraient quelque peu les engager, toute référence aux droits des populations pour l’accès aux ressources vitales".

Certes le climat est bien considéré comme « un des plus grands défis de notre temps » et sont reconnus ses « effets négatifs (...), y compris les évènements climatiques extrêmes, les sécheresses, la montée du niveau des mers, l’érosion des côtes et l’acidification des océans », le tout « compromettant gravement la sécurité alimentaire, les efforts pour éradiquer la pauvreté et parvenir à un développement soutenable, menaçant l’intégrité territoriale, la viabilité et l’existence même de petits Etats insulaires ». Mais face à ces constats partagés, aucune mesure ou objectif contraignant n’est en vue regrette ATTAC.

"Les mécanismes de marché et la compensation carbone mis en œuvre depuis 2005 ont échoué, comme le montre le marché du carbone européen. Ils sont pourtant cités en exemple pour la mise en place de nouveaux dispositifs visant à protéger la biodiversité et plus largement l’ensemble des services écosystémiques que la nature nous fournit gratuitement. Alors que l’industrie financière est en train de provoquer un chaos économique et politique en Europe, c’est son extension qui est proposée par la voie de la financiarisation des ressources naturelles, au nom d’une économie et d’une croissance vertes".

"Pour Attac France, cette « économie verte », largement décrite dans de nombreux rapports d’institutions internationales, transcrit la volonté de soumettre tous les cycles vitaux de la vie aux règles du marché et à la domination de la technologie. Pour sortir de l’alternative suicidaire austérité ou croissance, une transition écologique est urgente, notamment en matière énergétique. Créatrice d’emplois et ouvrant les possibilités d’un avenir commun entre les peuples du monde, elle pourrait faire de l’Europe un continent moteur pour ces transformations. C’est dans cette optique qu’Attac France, en lien avec ses partenaires français, européens et internationaux participera et contribuera au Sommet des Peuples qui se déroulera en parallèle de la conférence de Rio+20 (15–23 juin) ainsi qu’aux initiatives des 9 juin (débat public à Paris) et 20 juin (journée d’actions globale)".

Pour celles et ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet, ATTAC publie (le 30 mai) aux éditions Les Liens qui Libèrent "La nature n’a pas de prix, les méprises de l’économie verte". Pour les auteurs, "l’économie verte ne se résume pas au green-washing ou à la croissance verte. Elle se fonde sur l’octroi de nouveaux droits de propriété privée sur les biens naturels, sur le libre échange et sur la négation des droits des populations. Une marche de plus est en passe d’être franchie. Les grandes fonctions écologiques de la planète – stockage du carbone, purification de l’eau, pollinisation – pourraient être transformées en « services écosystémiques » échangeables et valorisables ou en nouvelles marchandises globales et lucratives". "Au lieu de prendre acte du fait que l’économie est un sous-système de la biosphère, cette « économie verte » transforme la nature en une entreprise géante, productrice de services, bientôt contrôlée, si les peuples ne s’en mêlent pas, par quelques firmes et fonds financiers" écrivent les auteurs de ce livre dans lequel on découvre que la biodiversité, le climat et les ressources minières et fossiles "sont devenus de nouveaux terrains de jeu pour firmes transnationales et projets technoscientifiques".

Article lu 1079 fois

lire aussi :
  • Rio + 20 : ce qu’il faut retenir de ce sommet de la Terre "brûlée"
  • Rio+20 : pourquoi les ONG refusent l’économie verte
  • Spécial Rio+20 : engagements et contributions
  • Dossier Rio+20 : Quel cosmopolitisme ?
  • Le scénario de l’effondrement l’emporte
  • Rio+20 : le Sommet de la Terre brûlée !
  • Opportunités du changement climatique et développement durable de la France
  • Osons l’économie circulaire !


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9838706

    47 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable