CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Média du Développement durable > Cinéma
Mardi 25 septembre 2012 sur France 2 à 20h40

Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud : un hymne à la mer

vendredi 21 septembre 2012
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Filer à 10 noeuds au coeur d’un banc de thons en chasse, accompagner les dauphins dans leurs folles cavalcades, nager avec le grand requin blanc épaule contre nageoire… Le film OCEANS c’est être poisson parmi les poissons. Après HIMALAYA et LE PEUPLE MIGRATEUR, Jacques Perrin nous entraîne, avec des moyens de tournage inédits (deux ans de préparation et quatre années de prises de vues), des banquises polaires aux tropiques, au coeur des océans et de ses tempêtes pour nous faire redécouvrir les créatures marines connues, méconnues, ignorées. Océans s’interroge sur l’empreinte que l’homme impose à la vie sauvage et répond par l’image et l’émotion à la question : "L’Océan ? C’est quoi l’Océan ?"



Océans : 4 ans de tournage sur plus de 50 lieux des mers du globe. Les techniques les plus modernes ont été utilisées pour ce film dont la plus grande partie a été tournée en HD... Une torpille équipée dune caméra, trainée par une fibre optique et pouvant atteindre 5 nœuds a été utilisée pour suivre les animaux marins... Pour les prises de vues nocturnes, les techniques d’éclairage conventionnelles ont été modifiées. Oubliés les projecteurs et les flashs trop agressifs, un nouveau procédé imitant le clair de lune a été mis au point... Tous ces outils ont été conçus au fur et à mesure des besoins du film, jusqu’à l’utilisation d’un hélicoptère miniature pour les prises de vue en surface... Un film époustouflant, aux images impressionnantes présentant les animaux marins filmés au quotidien comme aucun cinéaste ne l’avait fait auparavant. A voir ou revoir sur France 2, mardi 25 septembre 2012 à 20H40.

La bande-annonce du film Océans

 Jacques Perrin : "OCEANS n’est pas un documentaire mais un opéra sauvage"

Jacques Perrin : "Progressivement, l’homme s’est aventuré sur la mer. Ses découvertes furent autant de conquêtes. Naviguant au-dessus d’un monde mystérieux, il n’en soupçonnait pas l’infinie richesse et diversité. Si les secrets océaniques ont fasciné les explorateurs, ils ont aussi fait naître les convoitises. On n’a jamais tant découvert, on n’a jamais tant agressé. Et pourtant, la mer est encore un immense territoire sauvage. Les portes océanes offrent toujours des espaces de liberté illimités. La mer, les bateaux, les poissons, c’est ce que dessinent les enfants. L’histoire naturelle des espèces cachées dans la mer est un merveilleux conte du vivant… OCEANS n’est pas un documentaire mais un opéra sauvage. Chaque plongeur cameraman, chaque opérateur a apporté des fragments de la partition : celle d’un hymne à la mer".

Tortue verte - Copyright : Galatée

 Jacques Cluzaud : "un conte fantastique et magique"

Jacques Cluzaud : “L’Océan ! C’est quoi l’Océan ?” demande un enfant au début du film. Pour lui répondre, commençons par oublier chiffres, explications et analyses.

Pour tenter de raconter l’histoire des océans, nous avons cherché à ouvrir d’autres portes que celles des statistiques : celles d’un conte fantastique et magique, des merveilles du petit monde du récif corallien, de l’héroïsme des dauphins en pleine charge, des danses gracieuses des baleines à bosse et des seiches géantes, de l’horreur des agressions faites aux océans et à leurs créatures, de l’incroyable spectacle de la mer déchaînée dans une tempête titanesque, du silence d’un muséum des espèces disparues…

Le film n’allait pas chercher à expliquer des comportements, ne donnerait pas d’informations sur les espèces, ne chercherait pas à enseigner… mais à faire ressentir. 50 ans après LE MONDE DU SILENCE du Commandant Cousteau, des centaines de cinéastes, de toutes nationalités, ont réalisé d’incroyables documentaires sur la plupart des espèces marines. Dans quelle direction aller pour trouver du “nouveau” ? Une seule réponse : dans toutes les directions possibles.

Le mouvement bien sûr, comme pour LE PEUPLE MIGRATEUR en accompagnant les espèces marines dans la dynamique de leurs déplacements. Mais aussi la recherche d’une nouvelle façon d’éclairer
dans l’obscurité ou dans la nuit des océans. Et avant tout, l’indispensable contact avec l’animal filmé jusqu’à obtenir les plans qui transformeront le sujet en personnage.

Manchot Adélie - Photo : Vincent Lecomte

Une chose rare et très particulière avec Jacques Perrin est que rien ne s’élabore avec une quelconque notion de limite, à commencer par
celle du temps. En tournage, le temps est notre allié le plus précieux : il est indispensable pour filmer les images qui permettront de monter une
séquence aussi riche et dynamique qu’on le ferait dans le cadre d’une
fiction alors que la nature n’est ni contrôlable ni tout à fait prévisible.
Le temps nous permet de recommencer encore et encore, quelle que
soit la difficulté de l’entreprise. Réaliser un film comme OCEANS implique une recherche permanente et je crois que c’est cette envie de chercher dans des directions nouvelles qui caractérise le mieux tous ceux qui ont accompagné le film jusqu’au bout. Car que demande finalement Jacques Perrin à ceux qui ont la chance de travailler avec lui si ce n’est d’aller au bout de leurs rêves, puisque le sien est infini…

Comme pour LE PEUPLE MIGRATEUR, deux familles de cinéastes se sont réunies ; des spécialistes du monde animalier aux cotés d’autres issus de la fiction pour qu’OCEANS , au-delà du documentaire, devienne tout simplement un film de cinéma. Quatre années de tournage nous ont menés en des lieux bien particuliers de notre planète que l’on pourrait classer en deux grandes catégories : ceux où la vie semble s’exprimer telle qu’elle le fit pendant des milliers, voire des millions d’années et ceux où manifestement l’ordre de la nature a sérieusement changé. La mer d’abondance que nous cherchions n’existe plus dans les endroits mis à mal par les activités des hommes : surpêche, pollution, côtes bétonnées… Comme une poignée de confettis jetés sur la planète, il reste ça et là des sanctuaires ; des espaces protégés où la vie s’exprime, ou bien renaît, avec ténacité et vigueur. Aux îles Cocos, au large du Costa Rica, il suffit de mettre la tête sous l’eau pour voir s’affairer poissons de toutes espèces, requins en tous genres, raies de toutes tailles et autres tortues et mammifères marins. Au nord de l’Arctique, sur la petite île de Coburg, où même nos guides Inuits n’avaient jamais posé les pieds, phoques, morses et ours polaires sont encore seuls chez eux. À l’extrême ouest des Galápagos, sur la pointe de l’île Fernandina qui ne voit guère plus d’un scientifique tous les vingt ans, les aigles, au milieu des iguanes marins, des otaries et des cormorans, sont venus se poser sans crainte à quelques mètres de nous, pour observer ces curieux bipèdes que nous sommes. C’est principalement sur ces petits endroits du monde qu’ont été tournées les images du film … avec l’espoir qu’il ne s’agisse pas là du reflet d’une diversité révolue mais d’une vie tenace, toujours renaissante, sauvage et libre.

Baleine à bosse et baleineau - Copyright : Roberto Rinaldi

 Disponible en DVD et Blu-ray

Article lu 20931 fois

lire aussi :
  • L’Appel de Paris pour la Haute Mer
  • De nouvelles perspectives pour les océans


  • forum

    • Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud : un hymne à la mer
      6 mars 2011

      je viens de revoir ce magnifique documentaire avec mon mari , nous qui aimons beaucoup les fonds marins , c’est l’apothéose , comme si on n’était rentré dans une cathédrale et que celle ci voulait nous délivrer un message : arrêtons la folie des hommes mais y arrivera t’on quand le monde de l’argent a pris le pouvoir !! on ne pourra pas dire qu’on n’a pas été prévenus ..... Merci M. PERRIN pour votre travail d’une grande qualité et en toute humilité ...

    • Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud : un hymne à la mer
      14 juillet 2010, par shak

      Je suis encore bouleversé par la beauté des images et de la musique.On quitte littéralement notre corps pour se plonger en apesanteur en plein coeur de cet opéra
      majestueux qu’est l’océan.A chaque instant l’image nous interpelle.
      On ne pourra pas dire, après le désastre qui est en cour, que l’on se savait pas. Les êtres humains doivent se tourner vers la nature, la protéger et l’orchestrer c’est pour cette raison que nous sommes doté d’une conscience.

     

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9829054

    58 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable